Matt Giteau - toulon racing - 26 mai 2012 - AFP
 
Article
commentaires
Top 14

Bilan: Toulon si proche, si loin

Bilan: Toulon si proche, si loin

Par Rugbyrama
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 29/06/2012 à 17:02 -
Par Rugbyrama - Le 29/06/2012 à 17:02
Suite de notre bilan des clubs de Top 14 avec Toulon, qui a fini troisième de la saison régulière et qui aura disputé deux finales cette saison.

TOUR D’HORIZON

Quelle saison pour Toulon ! Des polémiques en pagaille ont fait le buzz autour du club. Mourad Boudjellal et Bernard Laporte ont eu maintes occasions de pousser des cris d’orfraie. Comme pour la suspension non levée de Carl Hayman pour la finale de Top 14. Sur le terrain, Toulon a obtenu des résultats à la hauteur de l’investissement consenti par le Président avec deux finales. Le palmarès n’a jamais été aussi proche d’être dépoussiéré.

LE TOP: Une saison de finale (s)

Il s’agit ici de faire le bilan du Top 14. Mais soulignons tout de même que les Toulonnais auront disputé deux finales en comptant celle de l’Amlin Cup. Les deux ont été perdues mais peut-être faut-il en passer par là pour soulever un trophée à court terme. En Top 14, Toulon a été admirable de régularité. Le départ a été un peu poussif mais le RCT, cornaqué par Laporte, a su lancer sa saison à temps. Au printemps, après deux défaites à Brive et Agen, le RCT était tenu en échec par Castres à Mayol après une deuxième mi-temps indigente. Laporte s’inquiètait mais ses hommes réagissaient en champions et tombaient Toulouse. En phase finale, le RCT sortait le Racing puis éliminait Clermont qui lui avait fait si mal en 2010. En finale, Toulon s’inclinait face à plus fort.

LE FLOP: Un fond de jeu indigne de l’effectif

Si les résultats ont été à la hauteur du statut toulonnais, que dire du jeu ? Certes, le rugby français dans son ensemble semble s’être donné le mot cette année pour éviter soigneusement les envolées. Mais une telle stratégie a sûrement conduit Toulon à sa perte. Autant face à Biarritz que face à Toulouse. Yachvili les a mis au pas dans le jeu au pied puis Toulouse les a muselés en mêlée, Toulon n’arrivant pas à écarter les ballons. Le plan a fonctionné contre Clermont qui a, pour le coup, pas assez varié son jeu. Mais en finale, au moment de culbuter Toulouse, Toulon fut rattrappé par son manque de repères dans les lignes arrières. Résultat, un en-avant qui aurait dû faire place à un plongeon dans l’en-but et dans l’ivresse pour une ville qui trépigne depuis 1992.

LE JOUEUR: Matt Giteau

Comment dit-on superstar en Australien ? Matt Giteau. Le centre/ouvreur international (92 sélections) débarque sur la Rade avec une sacrée réputation. Il n’aura pas failli tant par ses appuis que par sa capacité à lire le jeu. On se souvient de son départ derrière un regroupement contre Toulouse en fin de championnat lorsqu’il déposa son monde pour faire chavirer Mayol. Avec ce genre de joueur, qui plus est dans la plénitude de ses moyens (30 ans), le RCT peut voir venir.

Icon Sport

LA REVELATION: Pierrick Gunther

"Un petit Chabal". Voilà comment l’a qualifié Philippe Saint-André en début de saison. Son jeu debout et son impact physique expliquent ce joli sobriquet. Car Pierrick Gunther, natif de Roubaix, a su se faire une place là où le rugby est passion. Son émergence a certes été favorisée par les blessures, celles de Fernandez Lobbe et Van Niekerk, et par la suspension d’Olivier Missoup. Mais son éclosion lui a permis d’entrer en jeu jusqu’à la finale de Top 14 malgré le retour de toutes les vedettes.

L’AVENIR 

Michalak, Mermoz, Masoe, Sheridan, Jenkins, les frères Delon et Guy Armitage... Le RCT effectue une fois encore un recrutement grandiose. La boulimie de stars va bien finir par payer. Après deux finales, Boudjellal et Laporte voudront faire mieux, c’est-à-dire ramener le Bouclier sur la rade. Au pire, une H Cup ferait l’affaire... L’effectif à venir semble en tout cas n’avoir jamais été aussi complet. Ca promet...

LES CHIFFRES-CLES
Classement final : 3e
Classement attaque : 5e
Classement défense : 2e
Meilleur réalisateur : Jonny Wilkinson (273 points)
Meilleur marqueur : Steffon Armitage (7)