Dimitri Yachvili- Toulon Biarritz - 18 mai 2012 - Icon Sport
 
Top 14

Bilan: Biarritz, l’effet Coupe du monde

Bilan: Biarritz, l’effet Coupe du monde

Par Rugbyrama
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 23/06/2012 à 17:01 -
Par Rugbyrama - Le 23/06/2012 à 17:01
Suite de notre bilan des clubs de Top 14 avec Biarritz, neuvième du championnat. Une saison pour le moins paradoxale pour le club basque qui a lutté jusqu’au bout pour se sauver et qui jouera l’année prochaine la H Cup grâce à sa victoire en Challenge européen.
 

TOUR D'HORIZON

Saison galère pour le BOPB. Longtemps relégables, les protégés du président Serge Blanco ont lutté jusqu’au bout pour se maintenir. L’histoire finit pourtant bien puisqu’ils terminent à la huitième place. Surtout, ils remportent le Challenge européen. Succès qui ouvre aux Basques les portes de la H Cup, compétition qu’ils disputent depuis douze ans sans discontinuer.

LE TOP: La victoire en Challenge européen

La récompense ultime. Après une saison passée à lutter pour se maintenir, Biarritz s’offre le premier trophée continental de son histoire. Une campagne européenne en guise de bouffée d’oxygène pour le BOPB. Après être allé s’imposer à Londres face aux Wasps lors des quarts de finale, les Rouge et Blanc vont disposer de Brive en demi-finale. Ils gagnent ensuite le titre contre Toulon grâce à la botte de leur demi de mêlée, Dimitri Yachvili, qui inscrira au pied l’intégralité des points de son équipe. Un titre qui permet au BO de retrouver ce qu’il a perdu en Top 14: un ticket pour la H Cup.

LE FLOP: La phase aller

Les premiers pas des Basques dans ce Top 14 version 2011/2012 sont catastrophiques. Après quatre défaites et un nul, Biarritz goûte enfin à la victoire en championnat lors de la sixième journée. Par la suite, les hommes de Patrice Lagisquet ne remporteront qu’un seul succès. Deux victoires en treize matchs. C’est peu. Trop peu. Résultat: les Biarrots finissent la phase aller en dernière position avec quinze points au compteur. Il faut dire que la Coupe du monde n’est pas étrangère à ces début ratés. Les absences de Traille, Ngwenya, Harinordoquy et surtout Yachvili, ont énormément pesé. Un début de saison que les Basques traîneront comme un boulet puisqu’ils lutteront jusqu’au bout pour rester dans l’élite.

LE JOUEUR: Dimitri Yachvili

Pas très original, mais le titre est largement mérité. Son génie et sa science du jeu ont littéralement porté le BO. Il est le chef d’orchestre du jeu biarrot. Son expérience a beaucoup servi et notamment lorsque que son équipe était en difficulté. En seulement onze matchs, l’international français a inscrit la bagatelle de 153 points. Énorme !

Icon Sport

LA REVELATION: Yvan Watremez

À 23 ans, il a profité de l’absence de Fabien Barcella (Coupe du monde) pour gagner du temps de jeu. Durant cette période, il confirme les espoirs placés en lui. À tel point qu’il restera titulaire au retour de Barcella. Sa disponibilité et sa mobilité ont impressionné. Preuve en est sa convocation par Philippe Saint-André pour les tests de juin.

L’AVENIR

En rapportant le Challenge, les joueurs de la côte atlantique l’ont rendu bien meilleur. Malgré le départ de Patrice Lagisquet, la continuité semble être de mise à Biarritz. Serge Milhas et Jack Isaac ont décidé de rester. Ils prendront les commandes du groupe. Seule la première ligne a été quelque peu chamboulée avec la retraite de Sylvain Marconnet et le départ de Yvan Watremez pour Montpellier. Cela a obligé les dirigeants à recruter. Une nouvelle qualification pour la H Cup parait être l’objectif logique de la prochaine saison.

LES CHIFFRES-CLES

Classement: 9e
Classement attaque: 12e attaque
Classement défense: 6e défense (avec Bordeaux-Bègles)
Meilleur réalisateur: Dimitri Yachvili (153 points)
Meilleur marqueur: Takudzwa Ngwenya (5 essais)

 
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
 
×