Top 14

Biarritz: mieux recruter pour ne plus regretter

Les Biarrots, qui ont présenté leur effectif ce mercredi a Aguiléra, espèrent avoir effectué un meilleur recrutement que celui de la saison passée.

 
Biarritz: mieux recruter - Rugby - Top 14Icon Sport
 

Combien de supporters biarrots se souviennent encore de noms tels que Matt Dunning, Dan Caprice, ou encore Albertus Buckle ? Peu, assurément. Pourtant, tous ces joueurs étaient (ou devaient être) biarrots lors du précédent exercice. Au final, le premier n’a jamais joué (échec à la visite médicale), le second n’a joué qu’un mois (cinq matchs, un essai), et le dernier, recruté en qualité de joker médical a finalement été libéré pour rejoindre les rangs de Grenoble. Heureusement, il y eut quelques pépites, comme le talonneur bayonnais Arnaud Héguy, le pilier sud-africain Eugène Van Staden ou le droitier Puma Francisco Gomez Kodela, qui firent passer la pillule par leurs performances et leur régularité. Voilà pourquoi l’intersaison des dirigeants biarrots fut studieuse : le seul chantier du recrutement biarrot comprenait déjà trois missions, qui sont les suivantes.

Renforcer la mêlée

Si elle a mieux terminé la saison qu’elle ne l’a commencé, la mêlée biarrote a toutefois souffert sur l’ensemble de la saison. Qu’il s’agisse de méforme ou de blessures (comme la défection de l’excellent Eduard Coetzee, contraint de jeter l’éponge en raison de K.O. à répétition), elle n’a pas pu compter sur l’intégralité de ses éléments. Pour ne plus revivre pareille mésaventure, les dirigeants biarrots ont commencé par conserver les éléments qui avaient donné satisfaction (Gomez-Kodela, Van Staden). Ils ont aussi attiré dans leurs filets pas moins de cinq avants : trois piliers, un talonneur et un deuxième ligne. En première ligne, on trouve le prometteur dacquois Thomas Synaeghel, le gallois Ben Broster (Wasps), le sud-africain Wicus Blaaw (Stormers) et le talonneur toulonnais Jean-Philippe Genevois. A ces quatre beaux bébés s’ajoute Thibault Dubarry (Brive), qui apportera sa polyvalence en deuxième ou troisième ligne, ainsi que son talent dans les airs.

Etoffer la charnière

Si, à 31 ans, Julien Peyrelongue n’a rien perdu de sa hargne, la saison dernière a tout de même montré qu’il avait besoin d’un remplaçant pour souffler. Et comme Jean-Pascal Barraque (qui vient de signer son premier contrat pro) est encore un peu vert pour prendre durablement les commandes de l’attaque biarrote, les dirigeants basques ont fait venir l’ouvreur néo-zélandais Matt Berquist, qui n’a pas pu lutter contre la concurrence de Jonathan Sexton au Leinster la saison précédente. Avec plus de trente matchs de Super Rugby au compteur, l’ouvreur kiwi devrait toutefois être une recrue sur laquelle Jack Isaac, l’entraîneur des trois-quart biarrot, devrait compter.

Trouver un nouveau marqueur d’essai

Le BO avait également besoin d’étoffer son potentiel offensif. Signe de cette faiblesse, le bilan des marqueurs biarrots à l’issue du précédent exercice n’est pas reluisant. Takudza Ngwenya n’a franchi la ligne qu’à cinq reprises, suivi par le polyvalent Dane Haylett-Petty (trois essais), lui même à égalité avec Dimitri Yachvili. Le BO a peut-être trouvé son arme fatale en la personne de l’international gallois Aled Brew (7 sélections) qui évoluait jusque là aux Newport Gwent Dragons. Avec trente essais sur les trois dernières saisons, l’ailier de 25 ans débarque à Aguiléra avec la ferme intention de s’installer dans un fauteuil de titulaire.

 - Rugbyrama@RugbyramaFR
 
 
 
À ne pas manquer
  • Abonnement

    Gérez votre abonnement ou abonnez-vous à Midi Olympique, le journal du rugby : voir toutes nos offres…

  • La chronique de Pierre Villepreux

    Ancien international français, il a également été entraîneur du XV de France et reste encore aujourd'hui un des personnages phare du rugby Français.

  • Toutes nos vidéos

    Retrouvez toutes nos vidéos de rugby…

Suivre Eurosport.com
 
Sur Facebook
 
Sur Twitter
 
Sur Mobile
iPhone | Android |