BAYONNE CASTRES TOP 14 2011 GERBER - Icon Sport
 
Article
commentaires
Top 14

Bayonne, le navire tangue

Bayonne, le navire tangue

Par Rugbyrama
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 23/12/2011 à 22:05 -
Par Rugbyrama - Le 23/12/2011 à 22:05
Pas au mieux, Bayonne doit se contenter de partager les points avec Castres sur sa pelouse de Jean-Dauger (16-16). Ayant très mal débuté la rencontre, les Basques ont du courir après le score sous des conditions climatiques dantesques. L'Aviron n'a que quatre points d'avance sur la zone rouge.

Il ne faisait pas bon porter un maillot floqué d'un numéro supérieur à la dizaine à Jean-Dauger ce vendredi soir. Si l'on excepte la fin de la première période ainsi que la période allant de la soixante-dixième à la soixante-quinzième minute, le jeu n'a pas primé sur le combat, dans des conditions certes difficiles.

Preuves s'ils en sont, les deux essais à zéro passe du match signés Martial côté tarnais, et Boutaty pour les Bayonnais. Le premier, plein d'opportunisme, provenait d'une mauvaise passe d'un Sione Lauaki, branché sur un courant bien trop alternatif, et puni par Jean-Pierre Ellissalde à la pause. Celui-ci tentait de trouver les extérieurs à hauteur de ses 22 mètres, mais a surtout envoyé un parpaing dont profitait Romain Martial pour filer, au nez et à la barbe de Joe Rokocoko qui ne pouvait rien faire. Le second, bien que sans passe, était autrement mieux construit par un pack bayonnais énorme en seconde période. Boutaty venant conclure une phase de jeu qui résumait à merveille le match.

Avant que celui-ci ne remette l'Aviron dans le sens de la marche, l'opportunisme et le réalisme des visiteurs plongeaient les Basques dans une pré-crise. Une crise qui se traduisait principalement par cette faiblesse offensive que Cédric Heymans seul ne peut pas résoudre. Et les Castrais de s'en remettre à la botte toujours aussi précise de Romain Teulet pour reprendre sept unités d'avance sur la sirène mettant fin au premier acte (6-13).

Les "Poilus" bayonnais

Dès la reprise donc, avec l'entrée de Baget en lieu et place de Lauaki, le "huit" basque prenait les choses en main. On avait déjà entrevu la supériorité dans ce domaine des pensionnaires de Jean-Dauger au cours des quarante premières minutes, mais elle était établie et définitive après un groupé pénétrant qui emportait sur trente bons mètres le pack tarnais (55ème). Une action qui, quelques minutes après, découlait donc sur l'essai d'Abdellatif Boutaty qui relançait la machine bayonnaise (13-13, 58ème). Autour d'un David Roumieu immense de combat et d'activité, les avants Bleu et Blanc remettaient aussitôt ça, et Pierre Bernard de faire une faute qui permettait à Benjamin Boyet de donner pour la première fois l'avantage aux siens (16-13, 61ème). L'on voyait alors se dessiner la victoire dans le camp de Jean-Pierre Ellissalde, arrachée au prix d'une guerre de tranchées énorme.

C'était sans compter sur l'abnégation et l'orgueil des Tarnais, venus à Bayonne pour faire un résultat. Et lorsque ceux-ci parvenaient à lâcher les chevaux de Baï ou d'Evans, la défense basque tremblait, jusqu'à commettre une faute, ou plutôt donner une offrande à Romain Teulet pour revenir à hauteur des hôtes du jour à quelques encablures du coup de sifflet final. Et malgré les efforts consentis par les avants basques, la défense castraise demeurait héroïque pour garder ce résultat qui n'a de nul que le nom. L'Aviron n'est pas coulé, mais le nouvel encadrement doit pas mal écoper pour sauver un navire en grand danger. Le CO se remet quelque peu dans le sens de la marche, même si le duo Labit-Travers aurait pu espérer mieux au vu de la première période.