Lionel MAZARS - 10.12.2011 - Bayonne - Icon Sport
 
Article
commentaires
Top 14

Mazars: "Se mettre au chaud rapidement"

Mazars: "Se mettre au chaud rapidement"

Par Rugbyrama
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 17/02/2012 à 09:31 -
Par Rugbyrama - Le 17/02/2012 à 09:31
Sorti de la zone rouge, Bayonne a pu travailler plus sereinement aux entraînements cette semaine pour préparer la venue de Clermont. Le centre bayonnais Lionel Mazars estime que la victoire face à Paris a soulagé les joueurs. Et il se veut optimiste quant à la fin de saison et la course au maintien.

Cette victoire face au Stade français (26-20) a-t-elle permis de travailler plus sereinement à l’entraînement cette semaine ?

Lionel MAZARS: Oui, car quand nous regardons le classement, même si nous en sommes très proches, nous sortons de la zone rouge. Cela fait beaucoup de bien dans les têtes. Cette victoire nous apporte énormément. Cela faisait un petit moment que nous n’avions pas gagné. C’est un soulagement.

Sur le terrain, cela faisait longtemps que l’on n’avait pas vu les trois-quarts bayonnais trouver autant de solutions. De quoi cela provient-il ?

L.M: C’est vrai qu’on a également eu ce ressenti. Nous avons pris du plaisir ensemble, pour peut-être l’une des premières fois de la saison. Pourquoi ? Je ne sais pas. Cela s’est fait tout naturellement. Nous avons mis beaucoup d’envie et de cœur. La chance nous sourit petit à petit…

Le spectre du maintien pèse-t-il au dessus de vos têtes ?

L.M: C’est sûr que ça nous pèse un peu. Nous serions au milieu de tableau, bien au chaud, les rencontres ne seraient pas abordées de la même manière. Nous nous sommes surtout rendus compte de la situation dans laquelle nous étions. Nous avons tous réalisé l’importance de nos derniers matches et que si nous voulions nous en sortir, il fallait être à 200% à chaque match. Nous nous sommes mis dans cette situation, à nous de nous en sortir le plus rapidement possible. Et de faire en sorte que la fin de saison se passe plus sereinement.

Comment est l’ambiance au sein du groupe ?

L.M: Je crois que là-dessus il n’y a pas de problème. Nous faisons de très bonnes semaines d’entraînement. L’ambiance est là, elle l'a toujours été et c’est une force de ce groupe. Nous étions arrivés dans une situation où tout devenait compliqué. L’arrivée de Denis Avril (nouvel entraîneur en charge des avants, NDLR) a été importante. Denis était avec nous en tant que joueur, il était très respecté au sein du groupe. Nous devons nous donner à fond sur le terrain, pour lui faciliter la tâche et pour qu’il en ressorte encore plus grand.

Quel projet de jeu doit adopter l’Aviron bayonnais pour se maintenir ?

L.M: Nous avons une équipe qui tente de passer surtout par le jeu et la dynamique. Nous n’avons pas les joueurs pour faire trois temps de jeu et occuper le terrain. Je pense que notre maintien passera par des performances où l’on prendra beaucoup de plaisir. Après le match face au Stade français, nous voyons enfin de quoi nous sommes capables. Il fallait lâcher le frein à main.

Comment abordez-vous la réception de Clermont ?

L.M: Aujourd’hui, avec Toulouse, c’est l’équipe qui est au dessus du lot. Bien sûr que nous craignons ce match. Nous savons que tous les joueurs qui composent ce groupe sont des internationaux ou peuvent l’être. A tous les postes, ils ont des doublures de très haut niveau. A nous de faire en sorte de donner le maximum pour l’emporter.

Un succès est-il impératif ?

L.M: Pour notre maintien, il nous faut absolument la victoire. Pour la dynamique et se rapprocher du maintien le plus vite possible, il faut gagner oui… Si nous perdons, nous nous remettrions dans une situation encore plus délicate qu’actuellement.

Concrètement, qu’est ce que cela change de ne plus être relégable ?

L.M: Même si la pression est toujours là, il y en a un peu moins. C’est toujours plus agréable de regarder le classement aujourd’hui que de le regarder il y a un mois.

Comment envisagez-vous cette fin de saison ?

L.M: Ca va être très compliqué et très dur. Chaque match sera très important pour nous. J’espère que nous ferons le nécessaire pour nous mettre au chaud rapidement et que le maintien ne dépendra pas d’autres équipes. C’est à nous d’aller le chercher.