Noa Nakaitaci Clermont Racing - Icon Sport
 
Article
commentaires
Top 14

Clermont : Richesses du centre

Clermont : Richesses du centre

Par Rugbyrama
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 14/02/2012 à 14:45 -
Par Rugbyrama - Le 14/02/2012 à 14:45
A l’instar des Toulousains, les Clermontois ne pâtissent pas des nombreuses absences en période internationale. C’était déjà le cas pendant le Mondial, ce le fut à nouveau samedi dernier, contre le Racing-Métro 92. La richesse de l’effectif fait mieux que compenser les destins internationaux.
 

Rougerie-Fofana, paire de centre alignée par Philippe Saint-André pour son premier match à la tête des Bleus, irremplaçable en club? Pas vraiment. L’absence d’une telle doublette, cumulée à celle de l’Italien Gonzalo Canale, aurait pourtant de quoi faire tanguer beaucoup d’écuries du Top 14. Pas Clermont. En Auvergne, un (bon) centre peut en cacher un autre. La preuve: pour la réception du Racing-Métro 92, ce samedi au Parc des sports Marcel-Michelin, l’ASMCA avait aligné une paire inédite King-Nakaitaci. Et n’y a pas perdu au change.

Toujours aussi juste dans la gestion de ses ballons, Regan King s’est fait un malin plaisir à travailler ses vis-à-vis pour mettre sur orbite son associé. Une copie qui aurait bien mérité une palme, si le All Black ne s’était rendu coupable d’une grosse faute de défense sur l’essai de François Steyn. Sans conséquence, le bonus offensif ayant été assuré un amont par les Clermontois.

À ses côtés, Noa Nakaitaci s’est révélé au grand public au centre de l’attaque. Pas à ses entraîneurs. Titularisé à l’aile tout le début de saison, le Fidjien est en fait un centre de formation, poste auquel il évoluait encore l’an dernier avec les espoirs de l’ASMCA. Directement impliqué sur deux essais clermontois, dont un qu’il se charge lui-même d’inscrire, Nakaitaci se positionne comme une solution de secours de luxe dans l’effectif clermontois, que ce soit à l’aile ou, donc, au centre.

Concurrence à tous les étages

Si les problèmes de riche s’accumulent au centre l’attaque clermontoise, ils ne sont pas moindre aux autres postes. Avec le retour sur les terrains de l’arrière Anthony Floch, titulaire du poste l’an dernier, et la performance trois étoiles du jeune Jean-Marcellin Buttin contre le Racing, le numéro 15 que l’on pensait dédié au Gallois Lee Byrne devrait être l’objet d’une lutte acharnée jusqu’à la fin de la saison. Idem en troisième ligne, avec le retour au premier plan d’Alexandre Lapandry, en deuxième ligne avec quatre internationaux (Hines, Pierre, Jacquet, Cudmore) ou en première ligne, où le jeune Raphaël Chaume s’affirme comme un client sérieux dans le jeu de la concurrence à gauche. Avec un effectif de trente-cinq joueurs particulièrement homogène, Clermont découvre les joies d’une concurrence exacerbée. Et s’en sort pour l’instant avec les honneurs.