Frederic Michalak - 12.03.2011 - Toulouse - Icon Sport
 
Top 14

Toulouse s'est fait très peur

Toulouse s'est fait très peur

Par Rugbyrama
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 12/03/2011 à 16:14 -
Par Rugbyrama - Le 12/03/2011 à 16:14
Le Stade Toulousain est passé proche de la correctionnelle face à des Brivistes accrocheurs (23-22). Au final, le leader s'en remet à la botte de Michalak (18 points) et à un exploit de Caucaunibuca. Les Brivistes ramènent un précieux point de bonus défensif mais peuvent nourrir des regrets.
 

Après leurs déconvenues respectives la semaine passée, Toulousains et Brivistes devaient absolument se racheter, L'on pouvait présumer que l'absence des internationaux allait être préjudiciable au leader du Top 14, De fait, l'hypothèse que les Corréziens réalisent un coup à Ernest-Wallon était plus que probable, comme cela avait été le cas en 2006. Cependant, il ne fallait pas s'attendre à de grandes envolées avec un temps pluvieux et un vent violent. Face à ce dernier, les Toulousains ont géré le premier acte en restant au contact de Brivistes maîtres de l'occupation mais incapables d'exploiter cet avantage. En effet, la possession du ballon était au profit des Toulousains ce qui limitait considérablement les situations dangereuses devant leur ligne.

La parole aux buteurs

L'indiscipline était de mise de part et d'autre et faisait la part belle aux artificiers. Le premier acte se résumait donc à un duel de buteurs, Michalak maintenant le Stade toulousain au contact de son adversaire par trois réalisations (8e, 24e, 32e) contre quatre pour Caminati (11e, 40e) et Bélie (17e, 29e). Pourvus d'intentions la semaine passée à Bayonne, les Toulousains affichaient pourtant quelques limites dans leur capacité à franchir le premier rideau briviste et leurs mines déconfites au sortir du vestiaire témoignait du mal dont ils souffraient,

Néanmoins, Michalak poursuivait sur sa lancée dès la reprise avec deux nouvelles pénalités à son actif (44e, 48e, 15-12). Brive tenait pourtant le choc avec un petit coup de pouce de son hôte, Delasau échouant en effet à cinq mètres de la ligne pour ce qui constituait la seule occasion d'essai de la rencontre (50e). Face à ses anciens partenaires, Bélie remettait les compteurs à zéro avec sa troisième réalisation de l'après-midi (15-15, 58e).

Palisson en vain

C'était sans compter sur l'imprévisible Caucaunibuca qui débloquait la situation au prix d'un incroyable exploit personnel. Sur son aile, il se défaisait de cinq défenseurs pour le premier essai de la rencontre (20-15, 60e). Michalak ajoutait trois points dans la foulée (65e) pour un écart de huit longueurs à un quart d'heure du terme que l'on pensait définitif.

Sorti des clous du bonus défensif, Brive jetait ses dernières forces dans la bataille et Palisson trouvait la faille dans son mince couloir après bon nombre de temps de jeu (23-22, 69e). Revenus à portée de fusil, les Corréziens ne parviendront pourtant pas à forcer la décision face à des Haut-Garonnais qui géraient de main de maître la fin de rencontre.

Au final, le Stade toulousain obtient dans la douleur un succès précieux qui lui permet de garder la tête du Top 14 (23-22). Il creuse l'écart sur le Racing-Metro, disposant de six points d'avance. En revanche, et malgré le point de bonus défensif, Brive se retrouve en position délicate puisque la victoire de La Rochelle place les Corréziens en position de relégables.

 
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
 
×