Remi VAQUIN - 11.09.2010 - Racing Metro - Icon Sport
 
Article
commentaires
Top 14

Le Racing monte en puissance

Le Racing monte en puissance

Par Rugbyrama
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 23/02/2011 à 12:02 -
Par Rugbyrama - Le 23/02/2011 à 12:02
Auteurs d'un match plein dans tous les domaines du jeu, les Racingmen se disaient satisfaits de leur victoire face au promu rochelais (32-24) samedi. Ils n'avaient pas pris ce match à la légère et ne regrettent pas de repartir sans le point de bonus offensif. Ils restent deuxièmes au classement.

Lorsque le deuxième de Top 14, le Racing-Metro 92, affronte le douzième, il paraît logique de s'attendre à un match un peu déséquilibré. Mais quand le douzième n'est autre que le Stade rochelais, et qu'il évolue dans son antre, au stade Marcel Deflandre, mieux vaut s'en méfier. Hors de question pour les Franciliens de prendre cette rencontre à la légère. C'est le mot qui revenait dans la bouche des Parisiens à la sortie des vestiaires. "Nous sommes venus pour respecter cette équipe et jouer notre match", affirme Lo Cicero. "Nous savions que ça allait être difficile, ajoute Benjamin Fall. La Rochelle est une bonne équipe, ils l'ont montré tout au long de la saison." Pour Jonathan Wisniewski: "La victoire est une très bonne nouvelle."

L'organisation du rideau satisfaisante

Heureux de repartir avec les quatre points, les Racingmen ne regrettaient pas de n'avoir pas pris le bonus offensif, pourtant envisageable en début de seconde période. "Le bonus, on s'en fout, lâche même le coentraîneur Simon Mannix. Nous avons été bien présents, c'est une satisfaction." Dominateurs en conquête, n'hésitant pas à relancer à la main dans leur camp, efficaces en défense comme en attaque, rapides dans tous les secteurs du jeu, les Parisiens ont maîtrisé leur sujet. "Nous réalisons un bon match, analyse Wisniewski. Notre lucidité nous a beaucoup aidés." Benjamin Fall, de retour sur un terrain, poursuit: "Nous avons joué sur ce que nous avons mis en place cette semaine: un gros travail sur l'organisation de notre rideau, des ballons mis dans l'axe... Nous avons mis un peu de temps, mais ça a payé. Quant à ma performance, je suis assez content mais je dois continuer à avoir du temps de jeu pour retrouver du rythme."

Le sans-faute de Wisniewski

Sur le terrain, le nombre d'internationaux du Racing a fait la différence face au groupe rochelais principalement composé de joueurs issus de Pro D2. Mais pas seulement. "La différence ? Elle est due aux quelques années de Top 14 que nous avons vécues, analyse Wisniewski. On maîtrise mieux les rencontres. Dans les temps faibles, on ne perd pas, et dans les temps forts, on score. Aujourd'hui, on réalise une super perf." Aurait-elle été aussi belle sans le sans faute de son buteur ? "J'essaie juste de récompenser tous les efforts de mes partenaires, répond l'ouvreur francilien. La grosse envie de l'équipe a été décisive."

"Passer une marche à la fois"

De son côté, Lo Cicero ne cachait pas son plaisir de revenir avec les Franciliens après la lourde défaite italienne face aux Anglais: "C'est important d'être avec le groupe. Le principal était de l'emporter, nous n'avions pas l'ambition de dire que nous venions pour prendre le bonus. Maintenant, il faut continuer la montée de l'escalier. Nous passons une marche à la fois. Jamais deux en même temps pour ne pas tomber." Toujours deuxièmes avec maintenant trois points d'avance sur leurs poursuivants clermontois, les Racingmen se sont rapprochés un peu plus des play-off ce week-end. Et leur niveau, en constante progression, pourrait les emmener encore plus loin...