Regis BIANCO - septembre 2009 - Brive - Icon Sport
 
Top 14

Bianco: "Rester dans le rugby pro"

Bianco: "Rester dans le rugby pro"

Par Rugbyrama
Dernière mise à jour Le 11/07/2010 à 18:52 -
Par Rugbyrama - Le 11/07/2010 à 18:52
A 28 ans, Régis Bianco fait partie de la liste des chômeurs du rugby professionnel. Après être passé par Toulouse, Toulon, puis Brive, l'ailier n'est aujourd'hui plus sous contrat. Sollicité par des clubs amateurs, il ne veut pourtant pas s'éloigner trop longtemps du milieu professionnel.
 

Comment s'est passé votre départ de Brive ?

Régis BIANCO : C'est une fin de contrat non prolongé. J'ai passé deux ans à Brive, et cela s'est avéré être deux années compliquées, avec des blessures qui m'ont empêché de m'imposer. Je n'avais pas beaucoup de temps de jeu, donc je comprends que les dirigeants ne m'aient pas fait prolonger. Mais c'est sûr que si on m'avait proposé quelque chose, vu ma situation actuelle, j'aurais dit oui.

Quelles explications vous a-t-on donné ?

R.B : C'est Ugo Mola qui me l'a annoncé. Cela s'est fait assez rapidement. Il m'a expliqué qu'ils dégraissaient l'effectif, pour des raisons financières. Et comme je ne jouais pas beaucoup, j'étais sur la liste. Mais il était vraiment peiné de devoir me dire ça.

Donc vous n'en voulez pas aux dirigeants brivistes?

R.B : Absolument pas ! Je les comprends, ils ne peuvent pas garder des joueurs qui ne jouent pas. A aucun moment ils ne se sont mal comportés avec moi, je n'ai rien à leur reprocher. Et puis Ugo Mola m'a prévenu assez tôt dans la saison, vers le mois de mars.

Aujourd'hui, avez-vous des contacts avec d'autres clubs?

R.B : Non, pas avec des clubs professionnels. Après, j'ai quelques contacts dans le rugby amateur, du côté de ma région (il est originaire d'Ollioules dans la banlieue toulonnaise, ndlr). Nice, la Seyne-sur-Mer, ces clubs sont intéressés, et ça me permettrait de me rapprocher de ma famille.

Vous allez donc tenter l'aventure dans le monde amateur?

R.B : Je veux rester dans le rugby professionnel, mais je n'ai pas encore dit non à ces clubs. J'attends de voir si j'ai d'autres propositions, mais je ne veux pas non plus fermer la porte du rugby amateur, parce que si rien ne se présente en pro, je pense commencer la saison avec un de ces clubs de Fédérale 1 tout en restant libre, sans contrat. L'idée, c'est de pouvoir continuer à m'entraîner et à pratiquer le rugby afin d'être prêt si un club professionnel m'appelle dans le courant de la saison.

Quand donnerez-vous votre décision définitive?

R.B : Je prendrai ma décision courant juillet. Je veux retourner vivre auprès de mes proches, et avec Nice ou la Seyne, j'en ai l'opportunité. Mais cela pourrait mettre un frein à ma carrière et je dois en tenir compte. A ce jour, je n'ai pas encore pris de décision concernant mon avenir, parce que je veux attendre jusqu'au dernier moment au cas où une proposition professionnelle se présente.

N'avez-vous pas envisagé de partir à l'étranger?

R.B : Si, bien sûr, et j'ai même eu des propositions. Mais je ne voulais partir que si j'avais quelque chose de vraiment sérieux et les quelques contacts que j'ai eus n'étaient pas assez intéressants, je ne pouvais pas prendre le risque. Je ne tiens pas à aller me faire oublier loin de chez moi si en plus, c'est pour ne pas jouer. Mon objectif premier est de rester en France.

 
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
 
×