Thierry Dusautoir Toulouse Top 14 2010-2011 - Icon Sport
 
Top 14

Dusautoir : "On fait le dos rond"

Dusautoir : "On fait le dos rond"

Par Rugbyrama
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 18/09/2010 à 17:08 -
Par Rugbyrama - Le 18/09/2010 à 17:08
Toulouse, vainqueur de Bayonne vendredi soir à Ernest-Wallon (29-20), est remonté à la deuxième place du classement. Malgré un match loin d'être parfait et des blessures qui handicapent toujours le groupe, les résultats sont là. Et le capitaine Thierry Dusautoir s'en réjouit.
 

Toulouse passait un test à domicile face à Bayonne. Pensez-vous l'avoir réussi ?

Thierry DUSAUTOIR : Il était important de gagner face au leader. Nous l'avons fait, dans la douleur, mais nous l'avons fait. Surtout, les Bayonnais sont rentrés sans bonus défensif et ça, c'est une bonne opération sur le plan comptable. Nous avons fait un peu plus que le minimum en les privant de ce bonus. Cette victoire va permettre au groupe de travailler avec plus de sérénité. Il faut se satisfaire de cela aujourd'hui mais ne pas être dupes pour autant. Il faut avouer que nous espérons jouer bien mieux que cela à l'avenir.

Après une bonne première mi-temps de votre part (23-10 à la pause), les Bayonnais sont revenus dans le match en deuxième période (23-20 à la 53e). Comment l'expliquez-vous ?

T.D. : Ils ont su profiter de notre fébrilité en inscrivant un essai qu'on pourrait qualifier d'essai gag. Ils ont remonté le ballon sur 80 mètres avec de nombreuses erreurs et des bons rebonds... Ils ont le mérite de suivre l'action et d'y croire mais je pense que c'est surtout notre fébrilité en deuxième mi-temps qui leur a donné l'opportunité de revenir. Nous avons ensuite réussi à nous "remettre la tête à l'endroit" pour l'emporter de neuf points au final.

Malgré les blessures, vous parvenez à gagner à domicile et à ramener des points de bonus défensifs de chacun de vos déplacements. Le bilan semble positif en cette période difficile, non ?

T.D. : Nous avons joué avec Jean Bouilhou et Louis Picamoles en deuxième ligne, avec Victor Paquet, qui est pilier, en talonneur... Mais nous avons tenu la route au final, en mêlée aussi d'ailleurs. C'est une grande satisfaction, cela prouve la force de notre collectif.

Vous avez peut-être fourni votre meilleure prestation individuelle à l'occasion de ce match. Qu'en pensez-vous ?

T.D. : Je n'ai pas trop focalisé mon attention sur ma prestation. En fait, j'ai surtout essayé de remettre l'équipe sur les rails car je sentais beaucoup de fébrilité. Ça n'a pas été évident. Dès que nous aurons évacué ce qui nous pollue l'esprit aujourd'hui, on retrouvera une très belle équipe du Stade toulousain.

Qu'est-ce qui vous pollue l'esprit ?

T.D. : Vous l'avez bien vu sur nos actions : une passe qui n'arrive pas, un en-avant inopportun, l'essai gag que nous prenons. Nous nous polluons l'esprit tout seul et permettons à nos adversaires de revenir dans la partie. Il faut arriver petit à petit à évacuer la pression négative que nous nous infligeons.

D'où vient cette pression négative ?

T.D. : Nous sommes conscients de nos capacités et, compte tenu de nos difficultés, on s'énerve et on se met la pression... C'est un peu le cas à chaque début de saison. Le groupe est frustré de ses prestations et il a envie de montrer autre chose. Le plus important, toutefois, reste que nous parvenons à faire le dos rond et à gagner des matchs, même si c'est au forceps. En attendant des jours un peu plus heureux, il faut garder un bon état d'esprit.

Retrouvez lundi dans Midi Olympique le compte-rendu et les analyses de cette rencontre entre Toulouse et Bayonne.

 
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
 
×