fofana clermont toulon 2011 - Icon Sport
 
Article
commentaires
Top 14

Michelin résiste à l'assaut varois

Michelin résiste à l'assaut varois

Par Rugbyrama
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 04/03/2011 à 23:15 -
Par Rugbyrama - Le 04/03/2011 à 23:15
Malgré des intentions de jeu indéniables, les Toulonnais n'ont pas réussi à faire chuter les Clermontois à Michelin (12-19) mais ont empoché un précieux bonus défensif à la dernière minute. De leur côté, les Auvergnats, beaucoup plus réalistes, ont assuré l'essentiel en restant invaincus à domicile.

Ce n’est pas faute d’avoir tenté… Agressifs, ambitieux et particulièrement entreprenants, les Toulonnais ont affiché un visage séduisant sur la pelouse de Marcel-Michelin ce vendredi soir. Cela n’a pas suffi. Intraitables à domicile depuis l’entame de la saison, les Clermontois ont répondu aux intentions varoises par un opportunisme effroyable. Le meilleur exemple ? Le début de la seconde période. Alors que les hommes de Philippe Saint-André étaient menés de sept points à la pause, ils décidaient d’investir carrément le camp auvergnat durant de longues minutes. Les assauts se répétaient. Les temps de jeu aussi. Mais le tableau d’affichage n’évoluait pas. Il aura fallu une seule incursion de l’AMSCA dans la moitié de terrain toulonnaise pour que ce soit le cas (52e). Une passe sauté de James, un coup de pied à suivre de Rougerie, un autre de Bonnaire à la manière d’un footballeur pour prendre Wulf à contrepied et terminer l'action en solitaire. Et voilà Clermont qui marquait son seul essai du match (19-5).

Parra décisif au pied

Pourtant, les Varois n’ont jamais changé de philosophie, allant jusqu’à relancer depuis leurs propres 22 mètres et jouant la quasi-totalité de leurs munitions à la main. Ainsi, durant 80 minutes, ils ont proposé des séquences très longues avec parfois plus de huit, neuf ou dix temps de jeu… Ce qui peut en partie expliquer leur indiscipline chronique. En s’épuisant ainsi, ils ont par moments manqué de soutiens sur les phases de rucks et donc de joueurs disponibles pour venir déblayer. Les Auvergnats en ont profité pour faire la loi dans ce secteur et récupérer de précieuses pénalités. Morgan Parra étant visiblement dans un bon soir (3 sur 4 au pied), il est parvenu à convertir l’excellent travail de ses avants, également dominateurs en mêlée fermée. Deux pénalités, une transformation et un drop plein de malice… Le demi de mêlée international s’est montré décisif dans le succès des siens.

L’essai salutaire de Barthélémy

Pour autant, il aurait été certainement injuste que l’armada du président Boudjellal reparte de Marcel-Michelin sans le moindre point au compteur. Au terme d’un match électrique et marqué par de nombreuses échauffourées – trois cartons jaunes distribués à Genevois, Malzieu et Cudmore pour des mauvais gestes -, les Toulonnais ont dû attendre l’ultime minute pour voir leurs efforts récompensés.

Après avoir inscrit un essai dans le premier acte par l’intermédiaire d’Auelua (16e), ils allaient passer une seconde fois la ligne d’en-but adverse en toute fin de rencontre. Après une passe mal assurée par George Smith – auteur par ailleurs d’une performance remarquable et qui a fini le match au poste de demi de mêlée -, Brock James commettait un en-avant devant sa ligne d'en-but. Le jeune Romain Barthélémy, entré en jeu quelques minutes auparavant, récupérait le ballon pour offrir le bonus défensif à sa formation. Un point qui permet au RCT de ne pas être décroché dans la course à la qualification. Pendant ce temps-là, si Clermont ne s’est pas encore totalement rassuré sur le plan du jeu, le champion de France s’est emparé provisoirement de la deuxième place au classement et a fait un grand pas vers les phases finales. Sans faire de bruit…