Top 14

Le Tour de Midi Olympique

Comme chaque semaine, les envoyés spéciaux de Midi Olympique décryptent, à travers une anecdote, un joueur ou une image insolite, les moments forts du week-end. Là, ils reviennent sur les performances de Murimurivalu, Coetzee, Nyanga, Lakafia et sur le fidèle public de La Rochelle.

 
Le Tour de Midi Olympique - Rugby - Top 14Icon Sport
 

Bourgoin/Castres: 22-33 - Jean-Pierre DUNAND

Tout le monde a parlé de ce point de bonus que les Castrais se devaient de rapporter de Bourgoin, puis, le match passé, de ce point de bonus qu’ils n’ont pas su décrocher. Tout le monde ? Pas exactement car les principaux intéressés ont su recadrer leurs attentes à hauteur des réalités du match. Quand d’une même voix, à l’issue de la rencontre, les joueurs et l’encadrement castrais ont mis en avant les vertus du CSBJ, ile ne l’ont pas fait par simple culte de l’image d’Epinal. Sur le terrain, dans un match au cours duquel le vaincu a inscrit autant d’essais que son vainqueur, le combat a été rude et le duel riche en rebondissements. A la ténacité des Berjalliens, à leur détermination parfois trop débridée pour être efficace, les Castrais ont opposé réalisme et pragmatisme, conscients que dans ce match l’essentiel relevait du résultat, pas de la manière.

Perpignan/Racing: 23-16 - Clément MAZELLA

Bien évidemment, l’essai de 70 mètres marqué par Sébastien Chabal - la star du rugby français – a constitué l’image marquante de ce match. Mais, pour une fois, on ne s’attardera pas sur le barbu le plus célèbre de France. Mais plutôt sur la personne que Chabal a raffûté et prise de vitesse, la reléguant au rang de simple faire-valoir sur l’action: Rudi Coetzee. En voila une sacrée recrue pour Perpignan ! Cinq matchs joués depuis son arrivée à l’Usap: quatre essais marqués. Une statistique décoiffante. Surtout quand on regarde son début de saison avec Bourgoin où il n’avait franchi qu’une seule fois l’en-but adverse. Evoluant au centre pour ses premiers matchs avec Perpignan, il a dépanné à l’aile gauche en l’absence de Candelon. Avec réussite. Il n’est pas le plus véloce mais sa capacité à avancer à l’impact et à gagner les un contre un constitue un avantage indéniable pour les Catalans. Un atout de plus dans le sprint final pour aller décrocher une place en barrages.

La Rochelle-Agen: 19-29 - Emilie DUDON

Vendredi soir contre Agen, La Rochelle a chu. Cruellement, à l'image de ce contre assassin de Silvère Tian sur la dernière action du match alors que les Maritimes s'arc-boutaient à quelques centimètres de la ligne depuis de longues minutes et qu'ils avaient nettement dominé l'ensemble de la rencontre. Une partie à l'image de leur saison finalement. Malgré leurs valeurs, leur courage et leur jeu séduisant, les Rochelais n'ont pas gagné. Et ce vendredi, c'était la fois de trop... Cette défaite, la septième en huit matchs, a (quasiment) réduit à néant leurs espoirs de maintien. Pourtant, le public avait encore répondu présent. Pour la dixième fois en douze rencontres à domicile, La Rochelle jouait dans un stade à guichets fermés. Les 12 300 places avaient toutes trouvé preneur. Un engouement exceptionnel qu'il convient de souligner. Malgré une deuxième partie de saison difficile et des tensions extrêmes en son sein, ce club génère toujours un soutien populaire exceptionnel. Et son public méritait certainement mieux que l'issue fatale du match contre Agen vendredi soir... Pourtant, on parie que Marcel-Deflandre sera une nouvelle fois plein à craquer pour le dernier match en Top 14, contre Bayonne le 7 mai.

Biarritz-Brive: 52-26 - Jérémy FADAT

Cela fait de longues semaines que l'on multiplie des superlatifs concernant Raphaël Lakafia. Alors forcément, il était très attendu il y a un peu plus d'une semaine en quart de finale de H Cup contre Toulouse. Et l'intéressé a quelque peu déçu et certainement été dominé par Louis Picamoles ce jour-là, l'un de ses principaux concurrents pour l'avenir du XV de France en numéro huit. Aurait-il été surcoté ? N'est-il qu'une énième promesse sans lendemain ? Franchement, c'est loin d'être loin le cas. Car si l'adversité n'était pas des plus féroces samedi (les Brivistes ayant assuré à 99% du maintien), le troisième ligne centre du BOPB a tout simplement été éblouissant. Des départs au ras impressionnants, une agilité déconcertante, un sens du placement irréprochable et une efficacité indéniable... Au final, des actions de grande classe et deux essais personnels à la clé. Cela ne sera pas le sommet de sa carrière mais une semaine après Anoeta, il est venu rappeler à tout le monde à quel point son potentiel est énorme et qu'il peut s'imposer comme le meilleur à son poste. La plus belle des réponses.

Montpellier/Bayonne: 17-22 - Vincent BISSONNET

Pendant quarante secondes, les supporters montpelliérains ont bien cru retrouver la brillante et pétillante équipe de l'automne. Une action d'école avec Trinh-Duc à la baguette, Pelo à la percussion puis une ouverture au large conclue par un épatant numéro de soliste de l'inarrêtable Nagusa. Malheureusement, les Héraultais n'ont jamais pu retrouver cette cohésion collective lors des 79 minutes restantes : contrés, repoussés par la valeureuse défense basque, ils ont "fini par jouer petits bras", analysaient les Bayonnais. Après avoir marqué le pas et bataillé pour dominer Agen, Paris ou Bourgoin, le MHR a vu sa perte de vitesse cruellement officialisée par le tableau d'affichage. Avant les deux rencontres à venir à Brive et contre Toulon, les protégés de Gatlhié et Béchu devront donc impérativement se remettre en question. Sans une rébellion dans les têtes, leur belle saison pourrait bien s'arrêter au terme de la 26e journée...

Stade français/Clermont: 12-20 - Arnaud BEURDELEY

A Clermont, un fidjien peut en cacher un autre. A l'heure où notre collègue Marc Duzan retrouvait la trace de Napolioni Nalaga au cœur de son village pour nous livrer un magnifique reportage, Kini Murimurivalu prenait la relève de son glorieux ainé. Sur la pelouse du Stade de France, le jeune Fidjien a notamment inscrit un essai digne de son prédécesseur. Tout en force au milieu des «gros». Mais la nouvelle trouvaille de l'ASM s'est aussi mise en évidence sur quelques ballons et ses appuis n'ont pas laissé indifférents les spectateurs du SDF. Ni les Parisiens d'ailleurs, rapidement déboussolés. «On avait déjà vu à l'entraînement qu'il avait de grosse qualités, a commenté Aurélien Rougerie à l'issue de la rencontre. Il l'a montré aujourd'hui (samedi) à tout le monde.» Aujourd'hui, on est même prêt à parier qu'il pourrait rapidement imiter «Napo» et devenir l'un des tous meilleurs marqueurs d'essais du Top 14.

Toulon/Toulouse: 21-9 - Pierre-Laurent GOU

Pour une fois, rendons hommage à l’un des perdants de la rencontre. Bien sûr, toute la presse a retenu (et nous les premiers) les deux essais de Paul Sackey et les a disséqués en long, en large et en travers. Non, retenons le retour en très grande forme de Yannick Nyanga, qui effectue une superbe saison avec le Stade toulousain, loin de toute médiatisation. Nyanga a deux turbos dans les jambes et les utilise à bon escient.

 - Rugbyrama
 
 
 
À ne pas manquer
  • Abonnement

    Gérez votre abonnement ou abonnez-vous à Midi Olympique, le journal du rugby : voir toutes nos offres…

  • La chronique de Pierre Villepreux

    Ancien international français, il a également été entraîneur du XV de France et reste encore aujourd'hui un des personnages phare du rugby Français.

  • Toutes nos vidéos

    Retrouvez toutes nos vidéos de rugby…

Suivre Eurosport.com
 
Sur Facebook
 
Sur Twitter
 
Sur Mobile
iPhone | Android |