John LEO'O - 26.03.2011 - Racing Metro 92 - Icon Sport
 
Top 14

Le Racing atomise Toulouse

Le Racing atomise Toulouse

Par Rugbyrama
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 26/03/2011 à 18:55 -
Par Rugbyrama - Le 26/03/2011 à 18:55
Le Racing-Métro a marqué les esprits en balayant le Stade toulousain au Stade de France (43-21). John Leo'o, Julien Saubade et Sébastien Chabal ont marqué les trois essais franciliens synonyme de bonus offensif. Jonathan Wisniewski, auteur de 28 points, a été le grand bonhomme de la rencontre.
 

Le Racing-Métro est monté dans le wagon du champion. Les Franciliens ont donné une leçon de réalisme au leader toulousain. On ne sait pas si c'est l'ambiance du Stade de France qui a motivé les Ciel et Blanc mais les Racingmen entraient tambour battant dans la partie. Jonathan Wisniewski marquait un drop dès les premières secondes de jeu. L'ouvreur du Racing enchaînait les pénalités avant le premier essai de la partie. Les hommes de Pierre Berbizier pilonnaient le camp toulousain depuis le début de la rencontre. Nicolas Durand décidait alors de tenter une belle chistera. John Leo'o pivotait sur lui même et aplatissait le ballon (10e). Les Toulousains commettaient bien trop de fautes pour pouvoir espérer revenir au score. Dan Scarbourgh se distinguait par un plaquage à retardement sur Clerc qui lui valait un carton jaune (17e). Wisniewski continuait son sans-faute mais Toulouse ne souhaitait pas en rester là. Frédéric Michalak réussissait ses trois tentatives et permettait à son équipe de recoller au score à la mi-temps (12-22).

Wisniewski, l'homme du match

On pensait les Toulousains revenir avec de bien meilleures intentions en seconde période. Mais c'était sans compter sur la défense francilienne, impeccable dans ce deuxième acte. A la 46ème minute, Ghezal empalait Human sur un plaquage. Le ballon retombait sur Wisniewski qui tapait au pied pour un contre. Julien Saubade n'avait plus qu'à aplatir après une course de plus de 40 mètres. Les Toulousains n'arrivaient toujours pas à marquer. David Skrela souffrait de la comparaison avec son homologue du jour. Jonathan Wisniewski terminait même la rencontre avec 28 points au compteur. A vingt minutes du coup de sifflet final, Sébastien Chabal rappelait à tous qu'il restait un des joueurs les plus puissants du Top 14. Le troisième ligne filait à l'essai sur une mêlée à 5 mètres (62e). Caveman emportait même Thierry Dusautoir sur son passage. Le capitaine de l'équipe de France était obligé de sortir peu de temps après, touché à une cheville.

Première délocalisation réussie

Le Stade de France a terminé la rencontre en ébullition, le Racing-Métro ayant réussi la première délocalisation de son histoire. Les Racingmen ramènent un carton plein de ce match avec un bonus offensif aussi mérité que surprenant. Toulouse n'est jamais entré dans la partie, trop occupé à franchir le rideau défensif adverse en première main. Le champion d'Europe voit son adversaire du jour revenir à une petite longueur au classement. Un genre de match que ne voudra pas répéter Guy Novès en cas de nouvel affrontement en phase finale. Une chose est sûre, les Toulousains ont trouvé, aujourd'hui, un adversaire à leur valeur.

 
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
 
×