Rudi COETZEE - Octobre 2010 - Bourgoin - Icon Sport
 
Article
commentaires
Top 14

Bourgoin : La fuite des talents

Bourgoin : La fuite des talents

Par Rugbyrama
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 17/02/2011 à 18:45 -
Par Rugbyrama - Le 17/02/2011 à 18:45
A Bourgoin, il ne se passe plus une semaine sans qu'un joueur quitte le groupe. Déjà quatre ont revêtu un autre maillot. Une solution qui permet au CSBJ d'alléger sa masse salariale et d'éviter le dépôt de bilan mais qui hypothèque ses chances sportives de se maintenir dans l'élite.

Mercredi, Perpignan a officialisé la venue du trois-quarts polyvalent Rudi Coetzee pour pallier la blessure de Maxime Mermoz, absent trois mois. C'était le quatrième joueur à quitter le navire depuis l'annonce du retrait de cinq points prononcés par la DNACG début janvier. Avant lui, l'ailier fidjien Nemani Nadolo avait été le premier à s'en aller, rejoignant Exeter à la mi-janvier. Le troisième ligne Alex Tulou et l'arrière ou ailier Silvère Tian lui avaient ensuite emboîté le pas, signant respectivement à Montpellier et Agen comme jokers médicaux de Jérôme Vallée et Romain Edmond-Samuel. Et le talonneur Tone Kopelani serait parti en direction du Stade français si le club parisien n'avait pas été empêché, pour raisons financières, de recruter un joueur supplémentaire après l'opération de Dimitri Szarzewski. Enfin, le pilier sud-africain Albertus Buckle, recruté en l'absence de Vigneaux, n'a pu être conservé dans l'effectif.

Tout ça pour dire que c'est une véritable hémorragie à laquelle le CSBJ doit faire face. Certes, ce ne sont pas les Milloud, Coux, Forest et autres historiques qui fuient. Et des départs sont nécessaires puisqu'ils permettent au club d'alléger sa masse salariale, condition sine qua none pour éviter un dépôt de bilan qui le conduirait tout droit en Fédérale 1. "C'est une situation qui satisfait tout le monde : pour Bourgoin au sujet de la masse salariale, et pour moi qui retrouve un objectif sportif, à savoir le maintien", confirmait ainsi Silvère Tian sur notre site lors de sa signature à Agen.

Une véritable purge ?

Mais la question de la gestion de cette fin de saison se pose forcément. Comme le relève Midi Olympique ce vendredi, on se demande si les nouveaux entraîneurs auront sous la main un effectif suffisant en nombre et en qualité pour bâtir l'équipe qui affrontera le Racing-Metro au Stade des Alpes le 5 mars... Et les jeunes alignés, aussi fougueux, motivés et déterminés soient-ils, manquent forcément d'expérience.

En ce sens, les huit prochains matchs pourraient se transformer en une véritable purge. Le nouveau coach Laurent Mignot assure pourtant le contraire : "On a perdu nos derniers matchs mais nous avons réalisé de bonnes prestations. On nous promettait une déroute à Agen, les Bayonnais cherchaient le bonus offensif et rien de cela ne s'est passé." La bonne performance réalisée à Jean-Dauger tend en effet à montrer que les Berjalliens sont capables d'aller chercher les ressources pour ne pas être réduits au rang de simples faire-valoir. Ils tenteront de le prouver en venant à bout de Perpignan samedi pour leur retour à Pierre-Rajon après le cataclysme rochelais. Reste que les Isérois n'ont plus que leur honneur à défendre. C'est beaucoup, mais peut-être pas suffisant alors qu'il reste encore trois mois de compétition.