Top 14

Combezou : "Persuadé de pouvoir faire mieux"

Cette saison de Top 14 a été riche en émotions, en surprises et en révélations. Dans chaque équipe, un joueur a particulièrement brillé. Elément clé du système rochelais, le trois-quarts polyvalent Thomas Combezou est sorti du lot malgré la relégation. Au point d'avoir signé deux ans à Montpellier.

 
"Je peux faire mieux" - Rugby - Top 14Icon Sport
 

A titre personnel, quel bilan tirez-vous de votre saison ?

Thomas COMBEZOU : Pour ce qui me concerne, ça s'est plutôt pas mal passé. Malgré la descente en Pro D2, je rebondis à Montpellier alors c'est plus que positif. Passer deux ans à La Rochelle a été très bénéfique pour moi. C'était une bonne formation. Quand je suis arrivé, le club avait de vraies ambitions. Il est monté dès la première année et cette saison en Top 14 m'a forcé à tout donner pour essayer de rivaliser avec les autres. Ça a vraiment été une bonne saison, même si je suis persuadé que je peux faire encore mieux.

Vous avez terminé la saison en grande forme puisque vous joué l'intégralité des quatorze dernières rencontres.

T.C. : J'ai été blessé à une épaule lors de la cinquième journée et ne suis revenu qu'à la treizième journée. Comme j'avais un peu d'appréhension, j'ai été remplaçant deux matchs. Puis il y a eu une semaine de vacances, qui m'a permis de récupérer. J'ai été titularisé à Bayonne et ça s'est bien passé alors j'ai repris confiance et tout s'est enchaîné par la suite.

Avez-vous le sentiment d'avoir franchi un palier ?

T.C. : Oui, comme chaque année. Quand j'étais venu de Clermont à La Rochelle, cela avait déjà été le cas. Passer une année en Pro D2, en enchaînant enfin les matchs alors que je jouais peu à l'ASMCA, m'avait déjà fait progresser. Ensuite, la densité physique et le rythme très élevé qui règnent dans le Top 14 m'ont encore forcé à m'améliorer. Ceci dit, j'espère franchir un autre palier la saison prochaine. C'est pour ça que je vais à Montpellier.

Dans quels secteurs possédez-vous une marge de progression ?

T.C. : Sur la vitesse en premier lieu. Jusqu'en moins de 19 ans, je jouais en troisième ligne... Et je sais que je peux encore progresser dans ce secteur. J'ai été recruté comme premier centre à Montpellier, même si je peux jouer deuxième centre ou ailier. Il y aura de la concurrence à ce poste alors je veux franchir un cap pour avoir du temps de jeu.

Justement, vous faites un pari risqué. Ne craignez-vous pas de tomber dans l'anonymat en intégrant un club plus prestigieux ?

T.C. : Beaucoup de gens me posent la question mais je n'avais pas trop le choix : il n'y a que des clubs prestigieux en Top 14 ! Le MHR a beau être finaliste, il a terminé sixième de la phase régulière et, avant la dernière journée, neuf équipes pouvaient encore se qualifier pour les demies. La concurrence est partout, il faut faire avec et avancer. On n'a plus le temps de se former, il faut s'y confronter. Je sais que la saison risque d'être très compliquée mais ce sera forcément une bonne expérience pour moi. Peut-être que ce sera un mauvais choix, mais ce qui est sûr, c'est que j'arriverai déterminé. J'ai envie de prouver des choses mais aussi d'intégrer ce groupe qui a l'air formidable. Avec la H Cup et la Coupe du monde, l'effectif devrait tourner et je pense que tout le monde aura sa chance.

Comme La Rochelle, Montpellier est une équipe résolument tourner vers le jeu. C'est ce qui vous plaît ?

T..C : Oui ! Je n'aime pas être enfermé dans un type de stratégie particulier, où on ne touche pas de ballons. J'aime créer et le MHR propose des choses très intéressantes sur ce plan-là. Avec le jeu qui est mis en place depuis le début de la saison, ce club est promis à un bel avenir.

 - Rugbyrama
 
 
 
À ne pas manquer
  • Abonnement

    Gérez votre abonnement ou abonnez-vous à Midi Olympique, le journal du rugby : voir toutes nos offres…

  • La chronique de Pierre Villepreux

    Ancien international français, il a également été entraîneur du XV de France et reste encore aujourd'hui un des personnages phare du rugby Français.

  • Toutes nos vidéos

    Retrouvez toutes nos vidéos de rugby…

Suivre Eurosport.com
 
Sur Facebook
 
Sur Twitter
 
Sur Mobile
iPhone | Android |