Alexis PALISSON - 05.03.2011 - Brive - Icon Sport
 
Top 14

Brive grille son droit à l'erreur

Brive grille son droit à l'erreur

Par Rugbyrama
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 06/03/2011 à 18:05 -
Par Rugbyrama - Le 06/03/2011 à 18:05
Les Brivistes comptaient sur le programme du week-end dernier pour respirer au classement et réaliser une bonne opération en vue du maintien. C'est raté. Malgré leur domination, les Corréziens se sont encore inclinés à domicile, contre Castres (12-20) cette fois. Et se retrouvent sous pression...
 

L'occasion était parfaite de s'éloigner de la zone de relégation. Peut-être définitivement. Pendant que La Rochelle se déplaçait à Biarritz et Agen à Montpellier, les Brivistes recevaient Castres. Une équipe qui ne s'était plus imposée à l'extérieur depuis un an et demi, et 21 rencontres... Un sort pourtant conjuré en Corrèze samedi. Le CO l'a emporté (20-12), infligeant au CABCL son cinquième revers de la saison à Amédée-Domenech et replongeant le club en plein doute. "C'est un sale après-midi, reconnaissait Mathieu Bélie après la rencontre. On ne peut qu'être déçus." Ce même samedi, Rochelais et Agenais ramenaient de précieux bonus défensifs du Pays basque et de l'Hérault. Les hommes d'Ugo Mola, eux, allaient jusqu'à le laisser filer dans les dernières minutes. "Bien sûr qu'il fallait au moins prendre ce bonus, regrettait Bélie. Mais il fallait surtout gagner." "Alors que les autres ont grappillé des points hors de leurs bases, nous en laissons trop à domicile, renchérissait Thibault Dubarry. Et après, on perd beaucoup d'énergie à aller en chercher à l'extérieur où on se casse souvent les dents."

Manque de réalisme

Paradoxalement, les Brivistes n'ont pas livré une performance indigne samedi. Au contraire, cohérents sur leurs lancements de jeu ou en conquête, ils ont eu la possession du ballon et ont largement dominé territorialement. Se créant de nombreuses occasion d'essais. "Brive avait clairement les moyens de battre Castres, affirme Didier Casadéi, l'entraîneur des avants. Nous avons franchi plusieurs fois leur rideau défensif mais avons fait preuve d'une grande stérilité." "Les opportunités ont été flagrantes mais nous n'avons pas su les concrétiser, que ce soit à la main ou au pied", confirmait Mola, en référence aux quatre pénalités ratées dans le second acte. Pourtant, ses hommes ont longtemps menés au score (12-10 entre la 35e et la 60e). Mais ne sont jamais parvenus à prendre le large. "On sent qu'il faut cravacher pour arracher le moindre point, analyse Mola. Malgré des occasions franches, on ne prend pas l'ascendant, on ne se met jamais à l'abri. Et on sent que les événements ne nous sourient pas..." " Pourtant, il faudrait que cela sourit maintenant. Et vite ", lui répond Régis Lespinas.

" Rapidement se parler"

En effet, le temps presse dorénavant. Et plus que jamais. Tout simplement parce que le club est de nouveau sous pression dans la lutte pour le maintien. Deux petites longueurs d'avance sur La Rochelle (premier relégable), deux de retard sur Agen. "Je ne me focalise pas sur eux, assure Mola. Je préfère me concentrer sur nos prestations. Et celle contre Castres méritait mieux. Il y a eu du positif et il faut s'appuyer dessus." "Nous ne devons pas baisser les bras, appelle Bélie. Maintenant, il faut être intraitables à domicile." Cela, tout le monde en a conscience alors qu'après un déplacement à Toulouse, les réceptions de Bourgoin et La Rochelle s'annoncent plus que décisives. "Il faut rapidement se parler pour se remobiliser ", note Dubarry. "Les joueurs ont démontré de l'envie et un investissement irréprochable face au CO. Nous devons rester unis pour nous en sortir", renchérit Casadéi. Rester unis et capitaliser au plus vite. La conclusion est signée Lespinas: "On ne peut plus sortir d'un terrain sans prendre le moindre point. Il faut arrêter avec les matchs à zéro point."

 
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
 
×