Top 14

Bilan : Stade français

Suite de nos bilans de la saison des clubs de Top 14, avec le Stade français, 11e de la phase régulière. Les Parisiens ont véritablement déçus en championnat en raison de nombreuses blessures et d’une fin d’exercice catastrophique. Seule éclaircie de la saison : une finale de Challenge européen.

 
Bilan : Stade français - Rugby - Top 14Icon Sport
 

TOUR D’HORIZON

Le cauchemar des Parisiens vient à peine de toucher à sa fin. Au début de l'exercice 2010-2011, les Stadistes espéraient oublier leur saison précédente où ils n'étaient pas arrivés à se qualifier pour la H Cup. Finalement, le résultat final est très loin des prétentions de l’intersaison. Onzièmes au classement final et défaits quinze fois, leur saison peut être qualifiée de catastrophique. Les cinq dernières défaites de rang en sont la preuve. Mais les seuls malheurs du président Max Guazzini ne s'arrêtaient pas là. Son club a bien failli connaître un bien plus triste épilogue avec ses nombreuses comparutions devant la DNACG. Heureusement, le déficit a finalement été comblé. Pour mieux laisser le formation de la capitale se pencher sur l'avenir.

LE TOP : la finale de Challenge européen

Alors qu'ils stagnaient en milieu de tableau en Top 14, les hommes de Michael Cheika enchaînaient les victoires en Challenge européen. Dans une poule assez facile (Leeds, Bucarest, Crociatti), ils n'étaient pas défaits une seule fois. Et ne faisaient pas dans la demi-mesure. En six matchs, ils marquaient la bagatelle de 216 points (soit 36 par matchs), et quatre bonus offensifs. Ils s'offraient ainsi un quart (face à Montpellier), puis une demie à domicile. En l'emportant contre Clermont (29-25), ils croyaient à l'éclaircie... Jusqu'à la douche reçue à la 77e minute de la finale contre les Harlequins. Bilan: défaite 19-18. Et une saison pas vraiment sauvée par la compétition européenne.

LE FLOP : cinq défaites à domicile en Top 14

Évoluer à domicile n'aura pas été une partie de plaisir pour les Parisiens. Au Stade Charléty, ils ont été défaits à quatre reprises plus une fois au Stade de France contre Clermont. Le premier revers, face à Brive (27-29) lors de la sixième journée, était synonyme des premières difficultés des hommes de Max Guazzini en Top 14. Après les nouvelles déceptions contre Bayonne (20-24) et Perpignan (9-21), les Parisiens concluaient la saison par cinq défaites consécutives. Dont deux nouvelles dans la Capitale, 12-20 contre Clermont, et 16-29 face au Racing. Cette dernière rencontre s'est d'ailleurs déroulée devant un public pas vraiment venu en masse. Comme quoi, pour ces deux raisons, le stade Charléty n'aura pas été le théâtre d'une réussite.

LE JOUEUR : Julien Dupuy

Le demi de mêlée international fut l’un des rares à assumer son rang de leader. Elément de base de Michael Cheika, il a disputé 30 des 35 matchs joués par Paris cette saison et s’est montré régulier dans ses prestations, s’avouant toujours aussi bon dans l’animation que dans son jeu au pied. Partageant les tentatives de buts avec Lionel Beauxis, il termine l’année avec 195 points inscrits, toutes compétitions confondues. Il n’a pourtant pas pu éviter la triste fin de saison de son club et n’a pas été retenu par Marc Lièvremont pour le Mondial. L’an prochain, il devra faire face à une farouche concurrence avec les arrivées de Fillol et Kelleher.

LA REVELATION : Rodriguez Gurruchaga

L’Argentin est arrivé sur la pointe des pieds et il n’a pas déçu pour sa première saison dans la Capitale. Vif, doté de redoutables appuis et imprévisible dans ses relances, ses débuts s'avouaient de belle facture et Michael Cheika n’a pas hésité à lui faire endosser un rôle de titulaire. Sa polyvalence lui a été bénéfique - il peut aussi bien évolué au centre ou à l’arrière - puisqu’il a participé à 28 rencontres (20 titularisations). Agé de 25 ans, il devra confirmé lors du prochain exercice tout son potentiel. Un diamant brut qui doit encore être poli.

L’AVENIR

Il ne pourra qu’être que plus radieux. Sportivement la saison qui s’est achevée n’a pas été à la hauteur du standing du club parisien. Après des problèmes financiers, Max Guazzini a fait appel à Bernard Laporte pour relever le club. La Facem a alors apporté des fonds pour combler un certain déficit et en devenir l’actionnaire majoritaire. Après plusieurs passages devant la DNACG, le Stade français s’est vu notifier son maintien en Top 14 et s’avoue même ambitieux avec l’arrivée de plusieurs joueurs au talent reconnu: Kelleher, Sackey, Milloud ou Contepomi. Des arguments de poids qui devront redonner des couleurs à Paris qui vise un retour pour les phases finales du Top 14 après deux absences consécutives.

LES CHIFFRES CLES :

Classement final : 11e de la phase régulière
Classement attaque : 8e
Classement défense : 11e
Meilleur réalisateur : Julien Dupuy (179 pts)
Meilleur marqueur : Ollie Phillips (8 essais)

 - Rugbyrama
 
 
 
À ne pas manquer
  • Abonnement

    Gérez votre abonnement ou abonnez-vous à Midi Olympique, le journal du rugby : voir toutes nos offres…

  • La chronique de Pierre Villepreux

    Ancien international français, il a également été entraîneur du XV de France et reste encore aujourd'hui un des personnages phare du rugby Français.

  • Toutes nos vidéos

    Retrouvez toutes nos vidéos de rugby…

Suivre Eurosport.com
 
Sur Facebook
 
Sur Twitter
 
Sur Mobile
iPhone | Android |