Midi Olympique
 
Top 14

Toulouse impressionne

Toulouse impressionne

Par Rugbyrama
Dans cet article
Par Rugbyrama - Le 25/07/2009 à 09:00
Le match entre Toulouse et Montpellier a bien failli ne pas se jouer vendredi soir à Mazamet en raison d'un problème administratif. Mais la rencontre a bien eu lieu, au plus grand plaisir des spectateurs qui ont vu les Rouge et Noir, très en verve, s'imposer largement 41-3.
 

Environ deux mille aficionados s'étaient donné rendez-vous vendredi soir pour assister au match entre le MHRC et le Stade toulousain. Alors que l'ambiance montait doucement, le coup d'envoi initialement prévu pour 19h45, se fit cruellement attendre. Sur la pelouse, les Montpellierains étaient bien là en train de trottiner, mais aucune trace des Toulousains rentrés au vestiaire après l'échauffement. Dans les travées déjà, commençait à circuler une rumeur selon laquelle le match serait annulé. Moment de flottement, grondement du public avant que le speaker n'annonce que le début de la rencontre serait rétardé en raison de "problèmes administratifs concernant certains joueurs toulousains".

Un psychodrame se jouait manifestement en coulisses sans que personne ne comprenne très bien de quoi il s'agissait. D'après nos sources, Guy Novès serait allé trouver l'arbitre un quart d'heure avant la rencontre en lui tenant ces propos : "On ne peut pas jouer !" Il venait d'apprendre que huit de ses joueurs n'étaient pas habilités à jouer au regard d'une convention unissant Provale et la Ligue. Le délai de congés obligatoires n'était pas respecté pour ceux ayant participé à la tournée des Barbarians (Donguy, Nyanga, Lamboley et Poux), à la Coupe des Nations avec France A (Maestri et Montes) ou au Mondial monde des Moins de 20 ans (Boukerou et Bezy) et le club risquait des amendes. Un coup de baguette magique finissait finalement par débloquer la situation, et les Toulousains sortaient du couloir sous les huées.

Place au sport

Les spectateurs allaient pourtant très vite retrouver le sourire. D'un côté comme de l'autre, en l'absence des internationaux, l'ossature des équipes se composait de jeunes joueurs, ce qui explique peut-être le jeu débridé auquel on a assisté. Sous le regard de supporters prestigieux, ayant un peu de mal à passer incognito, Louis Picamoles, Fulgence Ouedraogo visiblement en manque de terrain ou encore François trinh-Duc, perdu en tribune, la rencontre allait rapidement s'emballer. De l'engagement, des beaux gestes, les joueurs, en particulier les Toulousains, qui mettaient le feu sur chaque ballon, se faisaient plaisir et faisaient le spectacle en déployant tout leur arsenal technique. Les Montpellierains, bien que présents dans l'envie et l'engagement, ne tardaient pas à céder sous les inspirations et l'insolente réussite des trois quart haut-garonnais, qui se trouvaient les yeux fermés. Le MHRC encaissait au final quatre essais.

Comme le reconnaissait Jean-Philippe Lacoste, co-entraîneur héraultais, un niveau sépare pour le moment les deux équipes: "C'était un match de préparation de haut niveau. Nous avons vu que nous ne sommes pas prêts. Nous n'avons pas été en place, nous avons passé notre temps à courir après le ballon, et notre rideau défensif était trop souvent à la rue. On ne va pas se couper la tête suite à ce match, mais on mesure l'ampleur de la tâche, et le chemin qu'il nous reste à parcourir pour être à l'étage au dessus."

Des propos qui contrastaient forcément avec ceux d'un Guy Novès satisfait : "On peut être content. Il y eu très peu de déchets chez nos trois-quarts. Ils ont développé un jeu assez complet, ont usé avec intelligence de l'alternance. C'est encourageant après seulement une semaine de rugby, d'autant que les nouvelles recrues, Yann David (auteur d'un essai) et Yoann Maestri, ont fait une très belle prestation". Le patron toulousain revenait aussi sur la performance remarquable de son ouvreur, Frédéric Michalak: "On a vu un joueur en confiance. Il a été excellent dans le jeu au pied. C'est un nouveau Fred !" S'il ne faut évidemment pas tirer de leçons abusives d'un score aussi lourd, il semble clair que Toulouse entend marquer son territoire. Montpellier, pour le moment, essuie les plâtres.

 
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
 
×