AFP
 
Article
commentaires
Top 14

Présentation: Racing

Présentation: Racing

Par Eurosport
Dans cet article
Par Eurosport - Le 08/08/2009 à 12:15
A une semaine de la reprise du championnat, début de notre tour d'horizon des clubs de l'élite. Gros plan ce samedi sur les deux promus, à commencer par le champion de Pro D2, le racing. Fort d'un recrutement impressionnant, les Parisiens ont de quoi nourrir d'emblée quelques ambitions.

RACING METRO 92

Date de fondation: 1890
Président: Jacky Lorenzetti
Manager: Pierre Berbizier
Stade: Yves-du-Manoir (12 000 places)
Classement 2008-2009: 1er (Pro D2)
Meilleur résultat: Champion (1892, 1900, 1902, 1959, 1990)

. TOUR D'HORIZON

Frustré d'avoir raté in extremis la montée en 2008 (défaite en finale d'accession contre Mont-de-Marsan), le Racing a reculé pour mieux sauter en 2009. Dominateurs d'un bout à l'autre de la saison, les hommes de Pierre Berbizier ont été sacrés champions de Pro D2 de manière incontestable, suite logique d'une montée en puissance enregistrée ces dernières années. Le club du président Lorenzetti va maintenant devoir s'ancrer au plus haut niveau de manière durable. L'effectif a été renforcé de façon spectaculaire avec les arrivées de Sébastien Chabal, Lionel Nallet ou François Steyn, pour ne parler que des recrues les plus célèbres. Avec une douzaine d'arrivées contre seulement trois départs, le Racing a voulu associer quantité et qualité. Il va créer l'évènement, à n'en pas douter. Reste à opérer au plus vite l'amalgame entre la base de l'effectif qui évoluait en Pro D2 et les nouvelles stars. Ce ne sera pas le plus simple.

. L'OBJECTIF

Pour tout promu en Top 14, l'objectif prioritaire est le maintien. Mais, à l'instar de Toulon la saison dernière, le Racing ne sera pas tout à fait un promu comme les autres cette année. Comme le RCT, le club parisien est porté à la fois par le poids de son histoire et celui de ses moyens économiques. "On a l'ambition de rivaliser avec les meilleurs", admet Jacky Lorenzetti. Du coup, les Ciel et Blanc espèrent déjà figurer dans la première moitié du classement. Et quand on sait que les six premiers disputeront les phases finales... Mais attention, l'exemple toulonnais doit servir d'exemple, et même de leçon: le RCT était tombé de haut en début de saison dernière, avant de dévoiler tardivement son réel potentiel. Les Parisiens ne devront jamais oublier d'où ils viennent. L'idée est d'assurer au plus vite le maintien, afin de pouvoir regarder devant.

. LA STAR : Sébastien Chabal

Son retour en France constitue l'évènement de l'été. Sébastien Chabal a choisi de s'établir à Paris. Le challenge offert par le Racing lui plait, et il va retrouver son pote Lionel Nallet. Au plan économico-médiatique, c'est une affaire en or pour Lorenzetti. A lui seul, Chabal focalise l'attention. Sportivement, le Racing récupère aussi un international à 50 sélections, ressorti sans doute plus fort et plus complet de son passage à Sale. Mais il sera attendu partout. Pour ses débuts sous le maillot parisien, à, Mayol, le public toulonnais lui a offert une énorme bronca et "Caveman" a dû essuyer quelques gros plaquages. On ne passera rien au grand barbu. C'est aussi ça, l'a rançon de la gloire. Mais Chabal a du répondant, non?

. LE JOUEUR A SUIVRE: REMY VAQUIN

Moins people que Chabal, moins glamour que Steyn, moins capé que Nallet, Rémy Vaquin est presque passé inaperçu dans la longue liste des recrues du Racing. Mais l'ancien troisième ligne de la Rochelle a pourtant tout de la bonne pioche. Le Racing le voulait absolument. Peu utilisé à Clermont, il avait décidé de se relancer en Charente-Maritime. Son abattage l'a rapidement propulsé au rang d'idole à Marcel-Deflandre. A Paris, il devra encore franchir un cap et confirmer en Top 14 le potentiel entrevu à l'étage inférieur.

. LE DEPART QUI FAIT MAL: MICKAEL COETZEE

Ce sont plutôt les arrivées qui ont marqué les esprits que les départs cet été du côté de Colombes. Le Racing a perdu un minimum de joueurs. Parmi les rares cadres du précédent exercice ayant quitté les lieux figure néanmoins le pilier sud-africain Mickael Coetzee. Pièce importante du pack parisien l'an dernier (26 matches dont 18 titularisations), il a effectué le chemin inverse de Lionel Nallet pour rejoindre le Castres Olympique.

. MOUVEMENTS

Arrivées: Fortassin (Montauban), Nallet (Castres) - Chabal (Sale) - Steyn (Sharks), Noirot (Biarritz), Orlandi (Rovigo), Cronje (Biarritz), Baïocco (Montpellier), Vaquin (La Rochelle) - Saubade (stade français) - Culine (Agen) - Masi (Biarritz) - Taione (Harlequins)

Départs: Coetzee (Castres) - Gérard (Marseille) - Chkaidze (Montpellier) - Héhéa (Lyon) - Valbon (arrêt) - Joly - Russel- Dubois (Massy) - Vulakoro- Dicka- Collazo (entraîneur jeunes, Racing-Métro 92)