DPPI
 
Article
commentaires
Top 14

Présentation : Montpellier

Présentation : Montpellier

Par Rugbyrama
Dans cet article
Par Rugbyrama - Le 11/08/2009 à 12:15
A une semaine de la reprise du championnat, début de notre tour d'horizon des clubs de l'élite. Aujourd'hui, c'est le tour de Montpellier. Le club héraultais a connu la saison dernière de nombreux déboires, sportifs et extra-sportifs. Retour au calme et à l'humilité cette saison.

MONTPELLIER HRC

Président : Thierry Pérez
Manager général : Denis Navizet
Entraineurs : Jean-Philippe Lacoste, Warren Britz, Didier Bés
Stade : Yves Du Manoir (15000 places)
Classement 2009: 8e

TOUR D'HORIZON

Montpellier ou la folie des grandeurs c'est bien fini, pour le moment en tout cas. La secousse sismique ressentie la saison dernière du côté du Manoir a laissé des traces. Rappel : Philippe Deffins débarque en tant que nouveau président en décembre 2008, d'entrée il annonce un projet ultra ambitieux pour le club, et ne cache pas ses objectifs : jouer les premiers rôles dans le Top 14 et gagner le championnat d'ici trois ou quatre saisons ! Pour étayer ses déclarations tapageuses, Deffins s'appuie sur l'arrivée de recrues prestigieuses, Nallet, Chabal, Audrin… Il parvient même à séduire et à convaincre les quatre fantastiques (Ouedraogo, Tomas, Trinh-Duc, Picamoles) de rester au club. Résultats des courses : sur le terrain, les résultats sont en parfait décalage avec le discours du néo-président. Début 2009, le MHR encaisse coup sur coup deux sévères défaites face à Toulouse (34-0) et Clermont (30-3). A cela vient s'ajouter un scandale financier. Deffins se dit "trahi", et un mois à peine après son arrivée, il démissionne. En pleine saison, Didier Nourault est débarqué, une équipe intérimaire est mise en place, avec Denis Navizet en tant que manager général, et le duo Didier Bés, Jean-Philippe Lacoste comme entraineurs. Bref c'est la crise, la fin de saison est décevante, tout est remis en question. Dans la tempête, Picamoles s'envole pour Toulouse.

OBJECTIF

L'équipe dirigeante installée à mi-saison a été maintenue dans ses fonctions. Une décision prise dans un souci de stabilité, et afin de ne pas perturber plus le groupe. C'est donc sur la pointe des pieds que le MHR se présente dans ce Top 14 2009-2010. L'heure n'est plus aux ambitions démesurées, on est manifestement redescendu sur terre et la prudence semble être de mise. Tout le monde est à l'évidence dans l'expectative quant aux potentialités réelles du groupe, comme en attestent les propos de Fulgence Ouedraogo: "On sait que ce sera une saison compliquée pour tout le monde, il ne faudra pas craquer. On va voir dans la difficulté le vrai caractère de cette équipe." L'intersaison s'est révélée plutôt encourageante. Si le démarrage a été laborieux avec une large défaite contre Toulouse, l'équipe a ensuite redressé la barre en remportant le challenge Vaquerin et signant deux victoires de rang face à Sale, puis à Leicester, champion d'Angleterre. Toutefois, dans ce championnat plus serré que jamais, le MHR va être en quêtes de certitudes : "On mesure l'ampleur de la tâche, il nous reste beaucoup de chemin à parcourir pour être au haut niveau" , déclare Lacoste réaliste. L'humilité retrouvée, l'objectif numéro un visé cette saison sera le maintien. Une place de 12e conviendrait à tout le monde.

LA STAR : Fulgence Ouedraogo

C'est une star, certes, mais le troisième ligne est bien plus que ça. Capitaine incontournable de cette formation montpelliéraine, il est un élément clé du collectif héraultais. Véritable leader sur le terrain, il montre la voie à ses hommes, son rendement exemplaire et son mental de guerrier en font un modèle qui pousse l'équipe vers l'avant. Bien que jouant dans une équipe en déroute totale, il est parvenu à tirer son épingle du jeu, et Marc Lièvremont lui a renouvelé sa confiance lors du Tournoi, mais aussi pour la tournée dans l'hémisphère sud. Et il est d'ailleurs une des grandes satisfactions de ce XV de France, dont il est en train de devenir un cadre, même si il conserve son humilité : "Je sais que personne n'est à l'abri en équipe de France, personne n'a une place garantie. Donc forcément, le but est de continuer à faire des efforts, de se battre pour y rester, et surtout ne pas s'arrêter à une performance qui a soi-disant donnée satisfaction. Le match d'après peut tout remettre en question." Bien que très convoité, il a choisi de rester à Montpellier. Un bon coup pour le club, son expérience du haut niveau sera un bonus significatif pour son équipe. Fufu justifie sa décision : "Je suis très attaché à cette ville. J'ai grandi ici. Sur le plan sportif, le potentiel de cette équipe a été un des éléments importants dans ma décision, j'y crois profondément."

LE JOUEUR A SUIVRE : Mickaël De Marco

Un pur joueur du cru. Le jeune deuxième ligne, âgé d'a peine 20 ans mais présentant déjà une dimension physique de haut niveau (1,97m pour 118kg), a été formé au club. International des moins de 20 ans lors de la Coupe du monde au Japon, il est annoncé comme une des grandes révélations et devrait suivre le sillage tracé par ses co-équipiers qui ont explosé au haut niveau, à l'instar de Trinh-Duc ou Picamoles. S'il n'a joué qu'un seul match la saison dernière avec les séniors, la signature de son premier contrat pro et l'accumulation de temps de jeu dans l'élite devrait lui permettre de s'épanouir et de donner toute sa dimension.

LE DEPART QUI FAIT MAL : Louis Picamoles

Il avait dans un premier temps annoncé qu'il resterait à Montpellier, mais c'était sous l'ère Deffins, qui a, comme on le sait, fait long feu. Le troisième ligne international s'est donc retracté, et s'est engagé avec Toulouse, qui avait fait de son recrutement une priorité, dixit Guy Novés. C'est dire si le joueur présente un potentiel de très haut niveau. Peur-être trop pour qu'il imagine son accomplissement sportif à Montpellier. Un départ de poids dans l'effectif de Montpellier qui va souffrir de son absence. Même si il s'est montré moins à son avantage la saison dernière, montrant quelques signes d'usure, de stagnation. Toulouse va être l'occasion pour lui de se relancer : "C'est un challenge excitant et pour évoluer, je suis le genre de personnes qui a besoin d'être poussé. J'ai compris que je devais me mettre en danger pour franchir un palier. Or ici, si je me relâche, je n'aurai pas ma place."

MOUVEMENTS

Départs : Thiery (Biarritz) - Figallo (Jockey de Salta) - Giraud (Mont-de-Marsan) - Matadigo (Auch) - Chkaidze (Racing-Metro

Arrivées : Picamoles (Stade toulousain) - Chouchan (Béziers) - Baïocco (Racing-Metro) - Welsh - McHugh - Bottini - Uva (Portugal)- Lubbe