Jean-Baptiste Elissalde 2009 - Icon Sport
 
Article
commentaires
Top 14

JBE : Le premier jour du reste de sa vie

JBE : Le premier jour du reste de sa vie

Par Rugbyrama
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 05/07/2010 à 18:38 -
Par Rugbyrama - Le 05/07/2010 à 18:38
Ce lundi à Ernest-Wallon, l'ancien demi de mêlée de l'équipe de France Jean-Baptiste Elissalde (32 ans, 35 sélections) a étrenné sa fonction d'entraîneur des arrières du Stade toulousain. Accompagné de Yannick Bru, il a pris ses marques "tranquillement", alors que tout le groupe n'a pas repris.

Ça s'est passé "tout simplement". A son image, serait-on tenté de dire. Pour le premier jour de Jean-Baptiste à la tête des lignes arrières du Stade toulousain ce lundi à Ernest-Wallon, seulement huit joueurs étaient présents. L'équipe, qui fournit de nombreux internationaux aux différentes sélections nationales, ne reprendra l'entraînement que progressivement. Alors, quand le préparateur physique Zeba Traore menait les séances, le néo-coach prenait "tranquillement" ses marques. "Je suis arrivé un peu avant comme quand j'étais joueur. J'ai discuté avec Yannick. J'ai dit bonjour aux mecs et les ai regardés courir. Il nous manque encore beaucoup de joueurs qui vont rentrer au fur et à mesure, je découvre de nouvelles problématiques et j'essaie de les aborder du mieux possible".

Guidé par Novès et Bru

Sous le soleil toulousain, l'ancien demi de mêlée international n'a pas fait de grands discours. Il a observé. Car il a tout à apprendre. Il est, pour cela, accompagné de l'entraîneur le plus titré du monde en la personne de Guy Novès. L'expérience de Yannick Bru, aussi, lui sera bénéfique. Promu entraîneur des avants il y a trois ans, l'ancien talonneur n'a pas mis beaucoup de temps à s'imposer dans son nouveau rôle. Il s'est même fait un nom, en transformant littéralement la mêlée des champions d'Europe. Les deux hommes ne lui mettent pas de pression : "La seule pression que j'ai c'est d'arriver à faire en sorte que les gars puissent sortir de l'entraînement un peu moins cons que quand ils l'ont débuté. Après, bien sûr qu'il faudra gagner le week-end, il ne faudra pas insulter les arbitres, etc. Tout ça je vais l'apprendre au contact de Yannick et Guy Novès, qui sauront me guider".

"Je ne sais pas comment les gars vont réagir"

Lucide, Jean-Baptiste Elissalde se dit "intimement persuadé" qu'il va "se planter" à un moment. Passer de l'autre côté n'est pas si simple... "Mais il faut en passer par là", assure-t-il. Et il ne s'en fait pas. Le regard toujours droit, l'ancien international tricolore a gardé l'assurance qui a fait de lui l'un des meilleurs joueurs de l'histoire du rugby français. Ses principales interrogations tiennent en fait dans la réaction de ses anciens partenaires au fur et à mesure qu'ils reprendront l'entraînement. "C'est la plus grande part d'inconnu. Je ne sais pas comment les gars vont réagir à ma nouvelle fonction. Je ne sais pas encore comment je vais réagir à mon nouveau positionnement vis-à-vis d'eux. Je suppose que tout cela va se faire naturellement au fur et à mesure". L'un de ses anciens coéquipiers, le centre Yann David, en est persuadé : "Nous avons tous hâte de travailler avec lui et ça va très bien marcher, personne n'en doute", assure-t-il. Ce lundi, Jean-Baptiste Elissalde a entamé le premier jour du reste de sa vie. Et ça s'est très bien passé.