Top 14

Le tour de Midi Olympique

Comme après chaque journée de championnat, les envoyés spéciaux du Midi Olympique décryptent pour vous les moments forts de la 17e journée du Top 14, retirant chacun un joueur, un instant clé, ou une image de chaque rencontre. Tour d'horizon.

 
Le tour de Midi Olympique - Rugby - Top 14 Icon Sport
 

Racing -Metro/Bourgoin : 17-18 - Léo HUISMAN

Le CSBJ sera-t-il en Top 14 la saison prochaine ? Sur ce que les Isérois montrent sur le terrain depuis le début de saison et après leur formidable victoire au Racing-Metro dimanche, il y a de fortes chances pour les voir l’année prochaine encore dans l’élite professionnelle du rugby français. En coulisses, rien n’est moins sûr. Le club est toujours en proie à de grandes difficultés financières et une rétrogradation administrative fait partie des hypothèses qu’il faut sérieusement envisager. Je ne suis pas isérois, encore moins berjallien. Je n’ai aucun intérêt dans la région et n’ai jamais été supporter des Ciel et Grenat. Je ne suis qu’un passionné de rugby comme il en existe tant en France. Mais sur la foi de ce qu’il m’ait été donné de voir à Colombes, je puis affirmer aujourd’hui que Bourgoin, ses joueurs, ses entraineurs, et allez, même son président tellement attachant Gaston Maulin, tous méritent que l’on se mobilise afin que le CSBJ vive. Organisons le Bourgointhon !

Montauban/Stade français : 6-6 - Bruno FABIOUX

6-6 ! C'est sur ce score antédiluvien que les débats se sont clos, dimanche à Sapiac, entre Montalbanais et Parisiens. Un score qui a ravi mon voisin de gauche, adepte du jeu de petit périmètre, de passes courtes et les plus rares possibles, ce jeu d'empoignades viriles et pas forcément correctes. Ce jeu, enfin, ce jeu, c'est une façon de parler... Du "rrruby", quoi, du boueux, du crotté, du "rrruby" de crampon long et de numéros qu'on finit par ne plus pouvoir lire au dos des maillots. Du "rrruby" qui fleure bon le manque d'inspiration et la prise de risques a minima. Du "rrruby" d'après-midi obscur, faiblement éclairé à la chandelle. Du "rrruby" des labours, où l'arbitre déplace l'endroit de la mêlée fermée pour éviter l'enlisement des packs dans la gadoue. Du "rrruby" d'à-peu-près, où un chroniqueur peu éclairé, mais bavard et exalté, d'une radio sûrement peu écoutée, a réussi l' "exploit" de confondre Djibril Camarra avec Juan Leguizamon et Rida Jaouher avec Jean-Philippe Viard. Dimanche après match, à Sapiac, il y a aussi eu douze contrôles antidopage. Six partout. Il y a des jours, comme ça...

Brive/Perpignan : 29-9 - Charles GAUDIN

Le pari était risqué. Plus en terme d'image que sur un plan comptable. Car aujourd'hui, même si Brive a subi une rouste monumentale et humiliante à Clermont (52-10), mercredi dernier lors du derby, les Coujous sont ragaillardis aujourd'hui après la victoire bonifiée sur Perpignan, dimanche au Stadium (29-9). Mais comment le CABCL aurait-il pu battre si nettement le champion de France en titre sinon en lâchant délibérément le match au Michelin quatre jours plus tôt ? Reposer les Kinchagishvili, Thompson, Claassen, Vosloo, Noon, Flutey, Palisson et Waqaseduadua à Clermont aura été la meilleure des préparations et des stratégies. Prendre cinq points en deux matchs et quatre jours face aux deux derniers demi-finalistes valait bien la peine, finalement, d'écorner quelque peu l'image du club en Auvergne. Les Catalans, eux, ont voulu jouer à fond leurs deux matchs, à Toulouse puis à Brive. Le résultat : deux défaites et zéro point. Le pari briviste, lui, a payé. Au-delà même, peut-être, des espérances.

Castres/Albi : 44-10 - Nicolas ZANARDI

Un derby, qu’il soit tarnais, basque, francilien ou isérois, draine plus de passion que n’importe quelle autre rencontre. C’est normal, et le contraire serait même décevant. Mais je dois confesser, n’en déplaise à certains supporters albigeois, ne pas avoir goûté les propos émanant à tous niveaux du camp du SCA à l’issue de la rencontre stigmatisant l’arbitrage de M. Maciello. Que ce dernier n’ait pas été tendre avec les Jaune et Noir (le référé leur distribua pas moins de deux cartons jaunes, un rouge et un essai de pénalité) est un fait. Mais franchement, pouvait-il en être autrement ? Les Albigeois, s’ils reconnaissaient la supériorité castraise, se plaignaient de ne pas avoir été aidés par l’arbitrage. Mais au nom de quoi l’auraient-ils été ? Pourquoi un arbitre devrait-il cesser de sanctionner une équipe qui commet des fautes et qui, contrairement à son adversaire, met un poin(g)t d’honneur à répondre à la moindre provocation plutôt qu’à jouer au ballon ? Et pourtant, le SCA a de la qualité. Benjamin Lapeyre, Dave Vainqueur, Michel Denêtre, Kevin Boulogne, Vincent Clément, Christian Van der Westhuyzen, Clément Maynadier pour ne pas les citer, ont des aptitudes certaines. Mais encore faudrait-il que certains de leurs petits copains (adorables et charmants hors du terrain par ailleurs) en terminent avec des attitudes d’un autre temps, qui n’honorent pas ceux qui les pratiquent. Et encore moins ceux qui les cautionnent, arguant que cela fait partie du rugby. Cela était peut-être vrai à une certaine époque. Mais sûrement pas en l’an 2010, où nous venons paraît-il d’entrer… Meilleurs vœux à tous !

Biarritz/Montpellier : 26-10 - Jérôme FREDON

Il fut l'un des seuls rayons de soleil d'une rencontre assez terne disputée dans un froid polaire et sous la pluie. Depuis qu'il est à Biarritz, Arnaud Mignardi a retrouvé tout son potentiel qui avait fait de lui un international en 2007. Titulaire depuis plusieurs semaines, le centre "XS" a certainement livré contre Montpellier son meilleur match de la saison sous les couleurs du BO. Auteur de son premier doublé de la saison, Mignardi a été extrêmement actif en défense comme en attaque. L'ancien protégé d'Henry Broncan a mordu dans la ligne d'avantage comme dans une tranche d'emmental et fièrement défendu son près carré. A ce rythme-là, le joueur sacré champion du monde des moins de 21 ans en 2006 pourrait très bien dans un futur proche retrouver ses potes Ouedraogo, Médard ou encore Guirado chez les grands Bleus.

Clermont/Toulon : 39-3 - Arnaud BEURDELEY

Vingt-quatre heures se sont écoulées depuis la fin du match entre Clermont et Toulon et pourtant l'image est encore là, bien présente dans notre esprit. Comme après un électrochoc, elle est ancrée profondément. Quasiment indélébile. Cette image, c'est cette mêlée de la 50e minute. Une mêlée comme une autre ou presque... Introduction à l'initiative de Morgan Parra. La suite ? C'est l'œuvre de huit mammouths auvergnats. Dix mètres d'avancée très précisément entre la ligne médiane et celle des quarante mètres. Le tout dans un ballet parfaitement rectiligne. Pas une tête qui ne dépasse, pas un corps en travers. Comme si cet assemblage de huit bonshommes ne faisait qu'un. Incroyable. Une performance que l'on n'avait pas vue depuis très longtemps et qui fut un paramètre capital dans la très large victoire auvergnate. Alors, certes, le RCT n'est plus la référence qu'il a été. Certes, il manquait quelques éléments importants en première ligne (Emmanuelli et Bruno). Mais, quand même...Chapeau beau bas, messieurs les Clermontois.

Bayonne/Toulouse : 13-15 - Pierre MAILHARIN

Jean-Baptiste Elissalde est toujours (plus que jamais ?) un ouvreur de grande classe. Lui qui fut un temps convoité par l’Aviron, du temps où son père en était manager, aura été le véritable bourreau des Ciel et Blanc, dimanche soir. Des chandelles allumées chaque fois à bon escient, des coups de pieds d’occupation diaboliques de précision, et, bien sûr, une efficacité redoutable face aux perches (quatre pénalités sur cinq, plus un drop) : sa partition sans faute lui aura permis – bien aidé en cela par la domination de son pack en conquête - de mettre le vaillant quinze basque sous l’éteignoir tout au long de la partie. Il est d’ailleurs tout sauf anodin de constater que l’ultime baroud d’honneur de ce dernier aura coïncidé avec sa sortie sur blessure…

 - Rugbyrama
 
 
 
À ne pas manquer
  • Abonnement

    Gérez votre abonnement ou abonnez-vous à Midi Olympique, le journal du rugby : voir toutes nos offres…

  • La chronique de Pierre Villepreux

    Ancien international français, il a également été entraîneur du XV de France et reste encore aujourd'hui un des personnages phare du rugby Français.

  • Toutes nos vidéos

    Retrouvez toutes nos vidéos de rugby…

Suivre Eurosport.com
 
Sur Facebook
 
Sur Twitter
 
Sur Mobile
iPhone | Android |