Top 14

La 13e journée en bref

Bayonne qui sort la tête de l'eau, Chris Masoe qui entraîne Castres au sommet et Biarritz qui s'impose sur le fil à Clermont. Voici ce qu'il faut retenir de la 13e journée du championnat, dernière des matchs aller, qui voit Perpignan conserver les commandes malgré un revers étonnant à Albi.

 
La 13e journée en bref - Rugby - Top 14 Icon Sport
 

EN HAUSSE:  : 

Bayonne

Ce week-end aura offert une énorme bouffée d'oxygène à l'Aviron. Après une série noire de cinq défaites consécutives, les Bayonnais ont renoué avec le succès contre Montauban (38-13), avec le bonus offensif à la clé. Comme, dans le même temps, Bourgoin et Brive ont perdu, les Basques font la très bonne affaire de cette 13e journée. Ils bouclent d'ailleurs la phase aller au-dessus de la ligne de flottaison, laissant la place de deuxième relégable au CSBJ. Bayonne n'est plus qu'à deux points du 10e (Montauban, sa victime du jour) et à six du 8e, Montpellier. Un regain de forme qui demandera confirmation la semaine prochaine face au leader, Perpignan.

EN BAISSE:  : 

Perpignan

Le résultat le plus improbable de la journée. Perpignan, solide leader, ne paraissait pas devoir chuter chez la lanterne rouge, Albi, qui n'avait encore gagné qu'une seule fois cette saison. Malgré l'absence de certains internationaux, l'Usap avait les moyens de s'éviter pareil gadin. Mais le champion de France a payé cash sa première mi-temps catastrophique. Et si les Catalans ont pesté après l'arbitre, ils peuvent surtout s'en prendre à eux-mêmes. Ils sont tout de même sacrés champions d'automne mais partagent à nouveau la tête avec Castres. Simple accident? Probablement, mais il faudra un tout autre Perpignan pour ne pas subir un nouvel accroc à Jean-Dauger.

LE JOUEUR:  : 

Chris Masoe (Castres)

Tous les Toulousains qui se sont retrouvés sur son chemin ce samedi l'ont amèrement regretté. Le Néo-Zélandais Chris Masoe était littéralement intenable. Présent aux quatre coins du terrain, le troisième ligne du CO a livré une prestation remarquable dans le combat, à l'image de son équipe. Dans le jeu, c'est encore mieux. L'ex All Black a marqué deux essais dont celui du bonus offensif peu après l'heure de jeu et il est directement impliqué sur les deux autres réalisations tarnaises, signées McIntyre et Sanchou. Si Castres s'est baladé face à Toulouse et se retrouve aujourd'hui à égalité de points avec Perpignan à la fin des matchs aller, c'est bien grâce à lui.

L'ESSAI:  : 

Couet-Lannes (Biarritz)

C'est un essai qui vaut cher et qui pourrait peser lourd à l'heure des comptes en fin de saison. En marquant à la dernière minute l'essai de la victoire à Clermont, le jeune Paul Couet-Lannes a offert une victoire précieuse au Biarritz Olympique. Sachant que pratiquement personne ne vient gagner à Marcel-Michelin (l'ASM n'y avait plus perdu depuis plus d'un an et 14 matches), le BO a grappillé quatre points qui pèsent dans son tableau de marche. Pour ne rien gâter, cet essai n'était pas seulement important, il était aussi remarquablement construit. Sur la dernière mêlée du match, Yachvili a trouvé sa ligne de trois-quarts grand côté. Le ballon a navigué jusqu'à l'aile droite où Bolakoro a parfaitement manoeuvré pour rejouer intérieur sur Couet-Lannes, bien lancé.

LA STAT:  : 

6

Battu à Colombes par le Racing dans le derby de la capitale, le Stade français n'a toujours pas gagné en déplacement cette saison en six matches. Jamais, depuis la création du Top 16 (puis Top 14) en 2001 les Parisiens n'avaient connu une telle disette à l'extérieur. Lors de la saison 2003-2004, ils avaient attendu leur 6e match pour ramener une victoire. Ils devront patienter, au moins, un match de plus cette fois. Leur bilan n'est pourtant pas totalement négatif puisque sur ces six matches, le Stade français a tout de même obtenu trois nuls (à Toulon, Toulouse et Clermont) et un point de bonus défensif ce samedi face au Racing. Mais pour assurer une place dans les six premiers, il faudra bien que les Parisiens finissent par gagner loin de Jean-Bouin. A leur décharge, ils ont déjà joué chez cinq des huit premiers du classement.

LA DECLA  : 

Gaston Maulin (Bourgoin)

"On était en train de voir le bout du tunnel financièrement. Aujourd'hui, on se le rallonge sportivement", regrettait le président du CSBJ après la défaite à domicile devant Montpellier (20-23), qui plonge de nouveau le club isérois dans la zone de relégation.

 - Rugbyrama
 
 
 
À ne pas manquer
  • Abonnement

    Gérez votre abonnement ou abonnez-vous à Midi Olympique, le journal du rugby : voir toutes nos offres…

  • La chronique de Pierre Villepreux

    Ancien international français, il a également été entraîneur du XV de France et reste encore aujourd'hui un des personnages phare du rugby Français.

  • Toutes nos vidéos

    Retrouvez toutes nos vidéos de rugby…

Suivre Eurosport.com
 
Sur Facebook
 
Sur Twitter
 
Sur Mobile
iPhone | Android |