2010 Top 14 Finale Clermont Brennus - AFP
 
Article
commentaires
Top 14

Enfin champion !

Enfin champion !

Par Rugbyrama
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 29/05/2010 à 23:29 -
Par Rugbyrama - Le 29/05/2010 à 23:29
Il a fallu attendre la onzième finale... Grâce à sa victoire (19-6) contre Perpignan, ce samedi au Stade de France, Clermont est sacré champion de France pour la première fois de son histoire. Napolioni Nalaga a inscrit le seul essai du match alors que Jérôme Porical a raté douze points au pied.

Dix de perdues, une de gagnée. Après presque cent ans de larmes, après les désillusions de 1936, 1937, 1970, 1978, 1994, 1999, 2001, 2007, 2008 et 2009, Clermont a remporté le premier Bouclier de Brennus de son histoire. Une victoire, la plus belle de l'histoire du club, et une revanche puisque les Jaunards se sont joués de Perpignan, qui les avait vaincus en finale l'an dernier. Ils ont enfin profité de leur expérience à ce stade de la compétition et su contenir la fougue des Catalans. Ces derniers se sont, de toute façon, montrés bien trop fébriles et approximatifs pour espérer réaliser un doublé.

Une entame parfaite

Comme de coutume lors des précédentes finales, l'entame était clermontoise. Au quart d'heure de jeu, l'ASMCA menait ainsi 10 à 0 à la suite d'une pénalité de Parra et un essai de Nalaga après une belle percée de Rougerie. Dominateurs dans la possession, les Auvergnats occupaient très bien le terrain grâce à la botte de James. Ce que peinaient à faire les Perpignanais. Malgré leur engagement extrême et leur défense toujours aussi solide, ces derniers regardaient leurs adversaires jouer. Ils rendaient beaucoup de munitions, en touche (deux ballons perdus sur leurs lancers en moins de vingt minutes) et dans le jeu courant. Du coup, ils subissaient. Mais ils restaient dans le match grâce à la botte de Porical (deux pénalités, 21e et 28e) et rien n'était joué à la pause (13-6 pour Clermont).

Les supporters catalans se disaient alors que l'an dernier, à la même époque, leur équipe avait su revenir en deuxième mi-temps alors qu'elle accusait du retard après 40 minutes de jeu (quatre points exactement). Les choses furent toutefois moins favorables cette fois. Car au retour des vestiaires, la maîtrise restait clermontoise. Souvent décisifs durant le deuxième acte, les hommes de Jacques Brunel peinaient à trouver le bon tempo. A l'image de leur buteur Jérôme Porical, habituellement si précieux dans ses tirs au but lors des phases finales et qui n'a réussi qu'un deux sur six durant cette finale (33% de réussite). Ils n'arrivaient pas à mettre en place leur jeu et James continuait de les balader du bout de son pied. Parra, lui, les maintenait à distance.

Drop de 50 mètres pour Floch

Les supporters jaunes et bleus, déchaînés dans les travées du Stade de France, comprenaient que leur rêve allait se réaliser quand Floch, des 50 mètres, claquait le drop. Un coup de massue pour l'Usap. On jouait la 69e minute de la rencontre et les Auvergnats, qui comptaient treize points d'avance, n'allaient jamais être rattrapés. Plus agressifs, plus intelligents, ils ont parfaitement maîtrisé leur finale cette fois. La onzième était la bonne.

Dans la froide nuit parisienne, le Stade de France s'embrasait. L'ASMCA tenait son premier Bouclier, son bout de bois et d'histoire. Clermont-Ferrand peut remplacer la statue de Vercingétorix par celle d'Aurélien Rougerie, comme le suggérait en plaisantant Anthony Floch dans Midi Olympique vendredi. Car l'Auvergne vient de remporter sa plus belle victoire depuis celle de Gergovie en -52. Et les supporters ont bien eu l'impression de l'attendre 2000 ans ce Bouclier. Le Bouclier à Vern, a-t-on envie de dire...

AFP