Top 14

Rentrée des classes à Paris

A l'instar d'autres grands clubs du Top 14, Paris a repris en effectif réduit. Ils étaient seulement dix-huit mercredi à se présenter à la réunion de rentrée. Nouvelles recrues et jeunes issus du centre de formation constituaient le gros des troupes parisiennes.

 
C'est la rentrée à Paris - Rugby - Top 14 DPPI
 

C'est donc un Stade français amputé d'une grande partie de ses joueurs qui a repris le chemin de l'entraînement. Il faudra encore patienter deux semaines avant de voir l'effectif parisien réuni au complet. La deuxième vague de retours concernera les joueurs qui ont participé à la tournée des Barbarians en Argentine, lundi prochain, avant le retour la semaine suivante des internationaux français. Soucieux de tourner la page sur une saison décevante compte tenu des prétentions d'un club comme Paris, le staff a décidé d'injecter du sang neuf dans une mécanique peut-être trop bien huilée, qui a semblé à maintes reprises en panne d'inspiration.

C'est pourquoi le préparateur physique du club, le jeune Benjamin Delmoral, s'est envolé de l'autre côté de l'Atlantique afin d'en ramener des techniques d'entraînement inédites dans l'hexagone. Un voyage de deux semaines aux Etats-Unis, durant lequel il a suivi une formation au sein d'un institut spécialisé dans le coaching physique (Athlètes performances) de joueurs de baseball, de hockey sur glace, de basket ou encore de foot US. Le tout, ponctué d'une semaine de travail avec des footballeurs américains.

A la mode américaine?

Une expérience dont la portée n'est évidemment pas encore quantifiable, mais qui démontre la volonté farouche du club de se trouver sans cesse à la pointe de la professionnalisation. Et s'il est encore trop tôt pour parler d'" américanisation" des exercices, il n'en reste pas moins que le travail physique semble satisfaire les joueurs. A l'image de Guillaume Boussès, trois-quarts centre qui vient de prolonger son contrat jusqu'en 2011 dans la capitale: "Les exercices sont vraiment bien pensés! C'est une très bonne reprise. On ne peut pas vraiment parler de méthode américaine, puis c'est encore un peu tôt pour avoir le recul nécessaire sur ce que nous faisons, mais c'est sûr que pour Benjamin (Delmoral, NDLR), cela constitue un apport supplémentaire, ça vient compléter son savoir-faire. Pour nous, c'est évidemment un plus. On fonctionne avec des séances de deux heures par demi-journée, avec une approche assez fine de la préparation qui peut, en général, vite devenir rébarbative. Or là, nous pratiquons beaucoup d'exercices différents, ce qui évite la lassitude."

Essentiellement, il s'agit d'ateliers de musculations, de travail articulaire, d'activités de développement technique et de renforcement de l'endurance, ainsi qu'une attention particulière apportée aux courses, afin de travailler les placements et les appuis. Boussès rajoute: "Nous travaillons pour le moment en deux groupes d'une dizaine de joueurs, ça permet de pointer les faiblesses des uns et des autres, les points spécifiques sur lesquels chacun doit s'améliorer. C 'est un peu comme un suivi individualisé et ça annonce une bonne continuité pour la saison à venir."

Le groupe parisien en dépit des absences commence à se construire. Un collectif doit émerger de ces semaines de préparation, qui au-delà de leur rôle dans la construction physique des joueurs, seront déterminantes dans l'élaboration d'un mental commun. Cela aura toute son importance lorsque viendra l'heure d'aller au combat.

 - Rugbyrama
 
 
 
À ne pas manquer
  • Abonnement

    Gérez votre abonnement ou abonnez-vous à Midi Olympique, le journal du rugby : voir toutes nos offres…

  • La chronique de Pierre Villepreux

    Ancien international français, il a également été entraîneur du XV de France et reste encore aujourd'hui un des personnages phare du rugby Français.

  • Toutes nos vidéos

    Retrouvez toutes nos vidéos de rugby…

Suivre Eurosport.com
 
Sur Facebook
 
Sur Twitter
 
Sur Mobile
iPhone | Android |