racing-metro chabal baïocco 2010 - Icon Sport
 
Article
commentaires
Top 14

Bilan : Racing-Metro

Bilan : Racing-Metro

Par Rugbyrama
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 07/06/2010 à 18:02 -
Par Rugbyrama - Le 07/06/2010 à 18:02
Nouveau volet du bilan des clubs du Top 14 avec le Racing-Metro qui s'est très bien comporté pour un promu. Le club de Jacky Lorenzetti n'a pas manqué ses retrouvailles avec l'élite puisqu'il a réussi à décrocher une sixième place synonyme de barrage et de qualification pour la prochaine H Cup.

TOUR D'HORIZON

Promu en Top 14, le Racing-Metro 92 a répondu aux attentes liées à ses énormes moyens financiers et son recrutement de rêve. Barragiste face à Clermont, le club francilien jouera la H Cup dès sa seconde saison dans l'élite. Les premiers pas des coéquipiers de Lionel Nallet ont été hesitants. Après une victoire inaugurale sur le terrain d'Albi, l'autre promu, les défaites se sont enchaînées et, au soir de la 7e journée, le Racing-Metro était relégable. Mais les Ciel et Blanc n'ont pas paniqué et ils ont su rapidement s'adapter pour enfin gagner. Ils ont multiplié les coups d'éclats face à des équipes comme Toulouse, le Stade français, Biarritz, Toulon, Clermont, en s'appuyant sur un paquet d'avants puissants et des stratèges confirmés au niveau de la ligne d'attaque avec des joueurs comme Jonathan Wisniewski, François Steyn et Andrew Mehrtens. En une saison, le Racing-Metro s'est hissé parmi les gros de ce championnat.

LE TOP : Trois mois d'invincibilité

Icon Sport

Le Racing-Metro, relégable en début de saison avec un bilan de deux victoires pour cinq défaites, a réussi à revenir dans le haut du tableau grâce à une période d'invincibilité de trois mois. Du 26 septembre au 30 décembre, les hommes de Pierre Berbizier ont remporté neuf victoires de rang, établissant le record de cette saison (égalé par Toulon en fin d'exercice). En trois mois, le Racing-Metro est passé de la 13e place à la troisième marche du podium. Une série incroyable qui a malheureusement pris fin au moment où les Racingmen devaient le moins s'y attendre. Ils ont été défaits à domicile par Bourgoin, alors douzième.

LE FLOP : Un quart d'heure fatal

Le Racing-Metro a bien cru tenir son billet pour les demi-finales. Lors d'un match de barrage épique à Clermont, les hommes de Pierre Berbizier ont longtemps mené au score et ils comptaient encore cinq points d'avance à un quart d'heure du coup de sifflet final. Malheureusement, ils n'ont pas réussi à maîtriser cette fin de partie et la victoire s'est envolée. Une défaite amère qui a fait sortir le manager francilien de ses gonds : "M. Berdos fait basculer la partie avec un carton jaune sur une action sifflée, avec une pénalité derrière. Ca fait beaucoup. Je pense que M. Berdos n'arbitrera plus le Racing. Je ne sais pas ce qu'on lui a fait, tous ses arbitrages cette année ont été très, très, très sévères. Je pense que mes joueurs ne méritaient pas ça. Montferrand pouvait gagner autrement, ils n'avaient pas besoin de ce coup de pouce. Un match de ce niveau, à ce moment-là de la saison, on n'a pas le droit. On nous demande de respecter les arbitres. Là, c'est vraiment difficile. En tout cas, je ne respecterai plus jamais M. Berdos." Un final bien triste tant dans le résultat que dans les réactions d'après-match.

LE MEILLEUR JOUEUR : Sébastien Chabal

Sébastien Chabal était attendu après les sommes évoquées lors de son transfert. L'international a répondu sur le terrain. Omniprésent, ses charges, ses déblayages et ses plaquages bien sentis ont souvent permis au Racing-Metro de dominer ses adversaires dans l'affrontement. Efficace sur le terrain, il a aussi été précieux dans la vie du groupe comme le souligne l'entraîneur Simon Mannix : « Il a été exemplaire sur et en dehors du terrain. Au sein du groupe, il a toujours fait preuve de simplicité et d'humilité. Il a aussi une force de travail considérable dont tout le groupe s'est inspiré. » Il a aussi été décisif et notamment face à Biarritz lors de l'avant-dernière journée du championnat avec une charge à la dernière minute pour l'essai de la gagne et de la qualification.

LA REVELATION : Henry Chavancy

Icon Sport

Le Strasbourgeois formé au club n'en finit plus de brûler les étapes. Titulaire toute la saison aux côtés de François Steyn ou d'Andrea Masi, le jeune centre Henry Chavancy a fait étalage de qualités très intéressantes, que ce soit dans sa capacité à faire jouer ses partenaires (c'est lui qui a offert à Cronje l'essai contre Clermont en barrages) mais aussi à s'engager dans les intervalles. A 22 ans seulement, il incarne l'avenir du poste en équipe de France, comme en témoigne sa sélection avec les A pour disputer la Churchill Cup aux Etats-Unis. Une tournée d'apprentissage qui doit constituer une étape importante dans sa progression.

L'AVENIR

Le président Jacky Lorenzetti a annoncé une augmentation du budget d'un million d'euros pour atteindre les 17 millions. Sixième budget lors de l'exercice en cours, le Racing devrait faire partie des quatre clubs les plus fortunés lors de la reprise en août. Et le président Jacky Lorenzetti a profité de cette manne financière pour enrôler Juan Martin Hernandez, le génial argentin, et Benjamin Fall, l'ailier de l'équipe de France. Nicolas Durand, Mirco Bergamasco, Julien Brugnaut, Scott Zimmermann, Karim Ghezal, Antoine Battut, et Albert VuliVuli viendront aussi renforcer les Ciel et Blanc. Il est évident que le Racing-Metro visera une place en demi-finale du Top 14.

LES CHIFFRES CLES :

Classement final : 6e
Classement attaque : 7e (518 points)
Classement défense : 10e (530 points)
Meilleur marqueur : Sireli Bobo (6 essais)
Meilleur réalisateur : Jonathan Wisniewski (179 points) .