Top 14

Bilan : Brive

Sixième volet de nos bilans des clubs du Top 14 avec Brive. Les Corréziens, auteurs d'un recrutement intéressant, n'ont pas confirmé leurs ambitions et n'ont pas su arracher leur billet pour la phases qualificatives. Et leur campagne européen s'est avérée désastreuse.

 
Bilan : Brive - Rugby - Top 14 Icon Sport
 

TOUR D’HORIZON :

En début de saison, le club corrézien se montrait particulièrement ambitieux. Il faut dire que le CABCL avait terminé 6e, et donc européen, lors de l’exercice précédent et qu’avec un recrutement de qualité (Flutey, Noon, Waqaseduadua…), l’objectif était de faire au moins aussi bien, donc d’accrocher une place en phases finales. Mais la première partie de saison a été décevante. Elle a abouti au limogeage de l’entraîneur principal, Laurent Seigne. Certes, l’équipe s’est ensuite plutôt bien reprise et aurait pu se qualifier pour les barrages… Mais une fin de parcours trop fragile a entériné les espoirs corréziens. Dans le même temps, les Coujous, qui effectuaient leur grand retour sur la scène européenne douze ans après leur sacre continental, n’ont pas gagné le moindre match en H Cup… Dans l’ensemble, le bilan n’est ainsi pas à la hauteur des espérances initiales.

LE TOP : la victoire contre l’Usap

Bilan : Brive - Rugby - Top 14 C’est certainement le sommet de la saison briviste. Le 3 janvier dernier, on joue la 17e journée du Top 14 et le CABCL reçoit Perpignan, le champion de France en titre. Résultat : sûrement le match le plus abouti des Corréziens et une large victoire (29-9), avec bonus offensif à la clé grâce à trois essais contre aucun à leurs adversaires. Un succès une nouvelle fois acquis en grande partie grâce à l’énorme performance du paquet d’avants coujou, notamment en mêlée fermée. Même le centre international anglais Riki Flutey, la principale recrue du club depuis la plus grande déception avec seulement cinq matchs disputés au total, avait brillé ce jour-là. Et surtout, Brive s’était totalement relancé dans la course aux phases finales en revenant à quatre petites longueurs de la 6e et dernière place qualificative. Les Corréziens ont réussi d’autres coups d’éclat à domicile contre Toulouse (27-21) ou le Stade français (26-14). Cela n’a pas été suffisant…

LE FLOP : la campagne européenne

Champion d’Europe en 1997, seul club français avec Toulouse à avoir remporté la H Cup jusqu’à maintenant, Brive effectuait son grand retour sur la scène européenne. Et il faut avouer que le club entretient une relation particulière avec la compétition continentale. Mais le bilan corrézien est indigne : six matchs, six défaites. Et seulement un petit point de bonus arraché à domicile contre Llanelli lors de la dernière journée de la phase de poule. Soit le plus faible total de l’histoire d’une équipe française en Coupe d’Europe. Plus qu’une déception, une véritable désillusion…

MEILLEUR JOUEUR : Antonie Claassen

Le troisième ligne centre sud-africain a encore franchi un cap cette saison, devenant clairement le leader briviste, aussi bien sur le terrain qu’en dehors. En effet, il est devenu l’indiscutable capitaine du CABCL. Et il faut dire que ce rôle est totalement justifié par ses performances. Adroit balle en main, efficace en touche, excellent défenseur, irréprochable sous les ballons hauts et puissant à l’impact, il n’a pas terminé à la troisième place du classement général des étoiles Midi Olympique (derrière Fernandez-Lobbe et Masoe) à l’issue de la phase régulière pour rien. Et en plus, il fait l’unanimité auprès de ses partenaires et du public corrézien…

REVELATION : Fabrice Estebanez

Bilan : Brive - Rugby - Top 14 Certes, Fabrice Estebanez s’était déjà fait remarquer la saison précédente au centre puisqu’il avait notamment été retenu pour la tournée de l’équipe de France A en Roumanie l’été dernier. Une sélection qui marquait la réussite de son passage du rugby à XIII au rugby à XV. Et cette saison, c’est au poste d’ouvreur qu’il s’est révélé aux yeux du grand public. En raison des prestations décevantes de Goode et Orquera à l’ouverture, le staff briviste a décidé de placer Estebanez en numéro 10. Il n’a pas eu à le regretter. Grâce à sa puissance et à son culot, il a démontré toutes ses facultés à attaquer la ligne adverse. Au-delà, la longueur de son jeu au pied a souvent soulagé son équipe. Il a été récompensé de ses performances en étant retenu dans le groupe qui a préparé le dernier Tournoi des 6 Nations. Il devait également partir en Tournée avec les Bleus cet été avant d’être sanctionné après sa non-participation à un tournoi avec l’équipe de France à VII. Clairement, Fabrice Estebanez est devenu un des meilleurs ouvreurs français.

AVENIR :

Le club briviste s’est montré bien plus calme sur le marché des transferts que lors des deux précédentes intersaisons. Il est évident que le CABCL, avec un budget en baisse, a décidé de se montrer plus raisonnable sur le plan financier. Ainsi, Riki Flutey ou Steve Thompson ont décidé de quitter la Corrèze et Brive a parié sur des espoirs ou des joueurs revanchards : Julien Ledevedec, Régis Lespinas, Mathieu Bélie, Benoît Cabello ou Pablo Cardinali. Toutefois, dirigeants et staffs misent la stabilité d’un effectif compétitif depuis deux ans pour jouer les trouble-fêtes. A priori, les Coujous devraient se montrer moins ambitieux qu’auparavant mais ils espèrent bien être la bonne surprise de la saison prochaine.

LES CHIFFRES CLES

Classement: 9e
Classement attaque : 10e (459 pts)
Classement défense : 8e (513 pts)
Meilleur marqueur : Jamie Noon (4 essais)
Meilleur réalisateur : Alexis Palisson (99 pts)

 - Rugbyrama
 
 
 
À ne pas manquer
  • Abonnement

    Gérez votre abonnement ou abonnez-vous à Midi Olympique, le journal du rugby : voir toutes nos offres…

  • La chronique de Pierre Villepreux

    Ancien international français, il a également été entraîneur du XV de France et reste encore aujourd'hui un des personnages phare du rugby Français.

  • Toutes nos vidéos

    Retrouvez toutes nos vidéos de rugby…

Suivre Eurosport.com
 
Sur Facebook
 
Sur Twitter
 
Sur Mobile
iPhone | Android |