Reuters
 
Article
commentaires
Top 14

Les poteaux vont compter

Les poteaux vont compter

Par Rugbyrama
Par Rugbyrama - Le 23/07/2008 à 09:30
Après le nouveau rôle des arbitres assistants, voici le second volet de notre série sur les nouvelles règles en vigueur pour la saison 2008-2009. Les poteaux d'angle et de coin font désormais partie du terrain ce qui pourrait occasionner quelques situatio

C'est sans doute l'une des règles qui paraît les plus anodines. Celle qui pourrait passer inaperçue aux yeux de tous. Mais pas dans les textes. Pourtant, sur le terrain, la règle des poteaux de coin et d'angle risque de faire basculer un certain nombre de rencontres. Et d'éclaircir des situations obscures de vidéo dans une zone aussi chaude que peut-être celle de l'en-but et de ses coins. Désormais, "les poteaux de coin et les poteaux d'angle de touche de but et de ballon mort ne sont pas en touche de but". En clair, les poteaux de coin et d'angle font désormais partie du terrain, ce qui n'était pas le cas jusqu'à aujourd'hui.

Résultat, si un ballon vient à rester dans l'en-but grâce à l'un des deux, les joueurs pourront aplatir. L'essai sera validé par les arbitres. Cette situation est peut-être exceptionnelle, mais elle peut arriver. On a déjà vu en football des ballons rester dans l'enceinte du terrain grâce au poteau de corner. Bon, évidemment, ce ballon-là n'a pas le rebond capricieux du rugby mais quand même... Cela pourrait bien occasionner des sprints effrénés dans l'en-but pour aller aplatir dans l'espoir que le ballon reste à l'intérieur de la zone de jeu.

Dumé: "Plus cohérente"

La situation décrite dans la seconde partie de la règle pourrait se révéler bien plus fréquente. "Lorsqu'un joueur est en possession du ballon et touche un poteau de coin, il n'est pas en touche de but, sauf si le ballon est en contact avec le poteau et avec le sol." Cela signifie qu'un joueur pourrait aplatir dans l'en-but même s'il touche le poteau avant et qu'il n'a pas touché le sol en dehors du terrain. Combien d'essais a-t-on vu refusés - certes logiquement car en accord avec la précédente règle - car le joueur avait touché le poteau? Et combien de fois a-t-on dû recourir à l'arbitrage vidéo pour savoir si oui ou non le joueur avait touché le poteau avant d'aplatir? Ça ne sera plus le cas.

Joël Dumé, DTN de l'arbitrage se dit "très favorable à cette règle [...] beaucoup plus cohérente. Si l'on part du principe que pour avoir une touche il faut que le ballon ou le porteur du ballon touche le sol en dehors du terrain, il est donc logique que le poteau de touche ne fasse pas partie de la touche , ajoute-t-il. Il y a une harmonisation qui me plait beaucoup. Si un joueur, ayant les pieds dans le terrain et tenant le ballon verticalement au dessus de la ligne de touche, touche le poteau de touche, ni le ballon ni ses pieds ne sont en contact avec le sol en dehors du terrain, il n'y a donc aucune raison de siffler". L'exemple est tiré par les cheveux mais la règle, elle, devrait démêler certaines situations.