Imago
 
Article
commentaires
Top 14

Goode : "Un challenge fantastique"

Goode : "Un challenge fantastique"

Par Rugbyrama
Dans cet article
Par Rugbyrama - Le 10/07/2008 à 15:00
Andy Goode (28 ans), l’international anglais de Leicester, s’est enfin engagé pour trois ans avec le CA Brive. Il est arrivé vers midi avec sa femme et sa fille au cours de la conférence de presse organisée par le club corrézien.
 

Pour se mettre l'ditoire dans la poche, il a bredouillé quelques mots de français : "Je suis très content de venir à Brive, un très grand club. L'année prochaine..." Avant de finir dans la langue de Shakespeare : "L'année prochaine, nous allons tenter de nous qualifier pour la H-Cup. Et d'ci trois ans, le club vise les quatre premières places du Top 14."

Les négociations avec Brive ont commencé début juin mais votre transfert n'est effectif que depuis aujourd'hui jeudi. N'avez-vous pas trouvé le temps long et craint de ne jamais rejoindre le CAB ?

Andy GOODE : J'ai été dans l'incertitude jusqu'au bout. Je ne pouvais pas savoir. Mais les deux clubs, Leicester et Brive, ont agi de manière très professionnelle. Simon Gillham et Peter Wheeler sont de bons amis et sont tombés d'accord.

A 28 ans, et après neuf saisons à Leicester, ressentiez-vous le besoin de découvrir autre chose ?

A.G. : Oui, probablement. Mais ce n'est pas une question d'âge. C'est ma rencontre avec Monsieur Derichebourg qui m'a convaincu. Il m'a présenté des objectifs très ambitieux pour son club. Monsieur Derichebourg est un gagnant. Venir à Brive est un challenge personnel fantastique.

Le fait que Brive compte dans ses rangs quelques-uns de vos compatriotes a-t-il pesé dans la balance ?

A.G. : Ben Johnston est un excellent ami et je connais également bien Ben Cohen et Steve Thompston. Le club a mis en valeur son côté familial. Ça m'a aidé à choisir et l'accueil a été très chaleureux.

Quel regard portez-vous sur le jeu pratiqué dans le championnat de France ?

A.G. : C'est très différent de ce qui se fait en Angleterre. Mais c'est justement très excitant. Le jeu d'arrières est bien plus développé. Et j'espère apporter ma contribution assez rapidement.

Vous comptez neuf sélections sous le maillot du XV de la Rose. Nourrissez-vous encore des ambitions internationales ?

A.G. : Absolument ! J'aspire toujours à être sélectionné. J'ai discuté avec Martin Johnson (le sélectionneur, N.D.L.R.) et il m'a assuré qu'il continuerait à suivre mes performances.