DPPI
 
Article
commentaires
Top 14

Serge quitte la scène

Serge quitte la scène

Par Rugbyrama
Dans cet article
Par Rugbyrama - Le 13/06/2008 à 15:00
Samedi contre Castres, Serge Betsen (34 ans, 57 sélections) jouera son dernier match sous le maillot biarrot après dix-sept saisons passées au club. Un moment que le futur joueur des Wasps redoute et que Biarritz prépare avec soin.

On l'a déjà dit, une page se tourne au BO. Outre le départ de l'emblématique Patrice Lagisquet, pas moins de huit joueurs quittent le navire. Des cadres du club pour la plupart, à l'image des piliers Denis Avril et Petru Balan, de l'ouvreur Julien Peyrelongue ou de l'ancienne gloire Jimmy Marlu. Le centre Martin Gaitan, en raison de problèmes médicaux, le demi de mêlée Julien Dupuy, en partance pour Leicester, et le troisième ligne Steve Malonga, qui a signé à Castres, tireront aussi leur révérence. Mais Aguilera réserve un adieu particulier à l'un de ses plus fameux représentants : Serge Betsen.

Le futur troisième ligne des Wasps jouera, à 34 ans, son dernier match devant le public basque samedi face à Castres. Un moment forcément particulier, étrange, prenant se prépare : "J'essaie de me dire qu'il s'agit avant tout d'un match de rugby, explique-t-il sur le site internet du club. Ce sera un contexte émotionnel particulier. J'espère que ce sera une belle fête pour toutes les personnes qui me sont chères, ceux qui m'ont vu grandir ici, mes partenaires..." La fête devrait être réussie en effet, puisque le club et les supporters lui ont réservé quelques surprises. L'ancien international (57 sélections) devrait entrer sur le terrain en premier, ovationné par Aguilera, puis il recevra un cadeau offert par l'association Aupa BO à l'issue du match. "Tous les joueurs recevront quelque chose mais le départ de Serge sera un peu plus marqué, c'est vrai", affirme la présidente de l'association, Christine Hypolite.

"Une histoire de coeur"

Il faut dire qu'en 17 saisons sous le maillot rouge et blanc, l'ancien gamin de Clichy a laissé à jamais son empreinte sur le club biarrot. C'est là qu'il s'est révélé, qu'il a connu les joies incommensurables de trois titres de champion de France (2002, 2005, 2006), l'honneur de deux Coupes du monde, le bonheur de deux Grand Chelem avec les Bleus (2002, 2004) pour devenir l'une des icônes du rugby hexagonal.

Il espère tirer sa révérence "sur une note positive" après les derniers mois compliqués que vient de traverser le BO. "C'est important pour notre fin de saison." Pour son adieu au pays qui l'a adopté aussi alors qu'il débarquait, tout juste âgé de 17 ans. "J'ai tout connu au Biarritz Olympique, professionnellement, en tant que sportif de haut niveau, et à titre personnel, se remémore-t-il sur son site officiel. Après Clichy, tout cela a passé très vite... C'est une longue histoire, une histoire de coeur, que j'ai eu la chance de relever avec plusieurs générations de joueurs et dirigeants. Je garde des liens très forts avec Biarritz, mon club d'adoption et de coeur." Samedi, il tirera un trait sur tout ça. "Le sécateur" coupera définitivement le cordon.