Montage tingaud goze - 8 novembre 2012 - Icon Sport
 

Tingaud et Goze candidats à la présidence de la LNR

Tingaud et Goze candidats à la présidence de la LNR

Par Rugbyrama
Dernière mise à jour Le 08/11/2012 à 18:56 -
Par Rugbyrama - Le 08/11/2012 à 18:56
De la réunion des présidents de Top 14 et de Pro D2 qui se tenait aujourd'hui à Orly, on attendait qu'un large consensus se fasse autour d'un éventuel candidat à la présidence de la LNR, dont l'élection est prévue vendredi 16 Novembre. Raté. Le président d'Agen Alain Tingaud et celui de Perpignan Paul Goze sont venus s'ajouter au nom de Patrick Wolff, seul candidat officiellement déclaré jusque-là
 

"Pas de fumée blanche à l'horizon". L'ironie de ce président de Top 14, au cours de la pause déjeuner que la grosse vingtaine de présidents de Top 14 et de Pro D2 s'est accordée pendant une toute petite heure, en dit long sur l'intensité des débats qui agitaient depuis plus de deux heures et demie le microcosme du rugby. Ce jeudi, le rugby professionnel avait rendez-vous avec son destin. A l'initiative d'Alain Tingaud, le président du SU Agen, l'ensemble des clubs de Top 14 et de Pro D2 avait été convié à échanger à propos de la prochaine élection du comité directeur de la LNR et de son président. Avant cette réunion, plusieurs présidents espéraient clairement s'envoler d'Orly avec en poche le nom de celui pourrait faire consensus le 16 novembre prochain. Raté. Ils sont repartis l'esprit pour le moins embrouillés. Après des échanges relativement vifs, Paul Goze a annoncé qu'il serait bien, comme Midi Olympique l'avait révélé dans son édition de lundi dernier, candidat à la présidence de la LNR. Alain Tingaud a également fait part de son ambition.

Lorenzetti et Boudjellal se retirent

Evidemment, après coup, aucun protagoniste n'a souhaité s'exprimer sur cette annonce. Seule l'information selon laquelle Mourad Boudjellal, le président de Toulon, et Jacky Lorenzetti, son homologue du Racing-Métro 92, ont retiré leur candidature respective au comité directeur a été confirmée par Alain Tingaud, unique interlocuteur désigné par ses pairs pour communiquer à l'issue de la réunion. "Nous avons avancé sur les candidatures des présidents de Top 14 et de Pro D2 pour les collèges respectifs à l'élection du comité directeur. Jacky (Lorenzetti) et Mourad (Boudjellal) ont proposé de retirer leur candidature dans l'optique de la préparation de la réunion du 15 novembre, ainsi que Christian Millette (président d'Aurillac)".  Evidemment, il est possible de s'interroger sur les motivations profondes de cette décision. "C'est leur choix, a rétorqué Alain Tingaud. Mais je crois que c'est pour faire suite à nos discussions et pour permettre que les présidents de Top 14 et de Pro D2 décident entre eux des personnalités qualifiées extérieures susceptibles d'intégrer le comité directeur. Tout cela pour éviter des batailles électorales entre nous qui ne servent à rien. A partir du moment où les objectifs et les ambitions exprimées par les présidents sont clairs vis-à-vis de ceux qui vont les représenter ou qui seront potentiellement élus au comité directeur, il n'était pas nécessaire de créer des primaires entre eux". Désormais, ils ne sont donc plus que cinq présidents de Top 14 (Goze, Bouscatel, Fontès, Chérèque et Tingaud) pour cinq places au comité directeur, et trois présidents de Pro D2 (Manducher d'Oyonnax, Carré de Colomiers et Simon d'Aix en Provence).

Goze en pole ?

Par ailleurs, Alain Tingaud s'est dit "satisfait" des échanges, ajoutant: "C'était le premier étage de la fusée avant le 16 novembre car nous allons nous revoir jeudi prochain pour une nouvelle réunion qui incluera les personnalités extérieures". Des personnalités extérieures au nombre de cinq (Patrick Wolff, Max Guazzini, Francis Salaïgoty, Thierry Pérez et Jean-Pierre Lux) pour trois postes qui seront donc auditionnées "pour évoquer les raisons pour lesquelles elles se présentent" selon Alain Tingaud. Ils devraient donc être trois à briguer la présidence de la LNR. Même si, il semble bien que Paul Goze, qui a le soutien de Serge Blanco et donc, indirectement, celui de la FFR, soit aujourd'hui en pole position pour succéder à Pierre-Yves Revol.

 
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
 
×