Jérôme Schuster Perpignan Top 14 2010/2011 - Icon Sport
 
Test Match

Schuster : "Pas pu rêver mieux"

Schuster : "Pas pu rêver mieux"

Par Icon Sport
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 27/10/2010 à 18:22 -
Par Icon Sport - Le 27/10/2010 à 18:22
A 25 ans, le pilier de Perpignan Jérôme Schuster a été convoqué pour la première fois en équipe de France pour la tournée d'automne. Il sentait la pression monter depuis ce lundi alors que Midi Olympique l'annonçait déjà comme la surprise éventuelle de ce mois de novembre. Confidences.
 

Quelle est votre première réaction après votre convocation en équipe de France ?

Jérôme SCHUSTER: Je ne pouvais pas rêver mieux. Le groupe d'avants de l'équipe de France paraissait déjà dessiné depuis quelques mois. Mais Marc Lièvremont réserve des surprises à chaque annonce de groupe donc c'est vrai que l'on y pense toujours un peu dans un coin de la tête.

Avez-vous été surpris de voir votre nom cité comme candidat à l'équipe de France ce lundi dans Midi Olympique ?

J. S.: Quand j'ai lu que je pouvais être retenu, j'ai senti que la pression commençait à monter. Avant je n'y pensais pas. Mes coéquipiers me chambraient depuis lundi donc c'est un vrai soulagement d'avoir vu mon nom au milieu de la liste.

Comment expliquez-vous votre montée en puissance depuis deux saisons ?

J. S.: Quand Jacques Brunel est arrivé au club, nous avons eu une grande discussion avec lui, Bernard Goutta et Didier Sanchez. Avant j'évoluais au poste de pilier droit mais ils m'ont expliqué qu'ils voyaient en moi toutes les qualités pour jouer à gauche. J'ai donc accepté et j'ai travaillé pour prendre mes repères. Petit à petit, j'ai gagné du temps de jeu et de la confiance. J'ai aussi bénéficié des bons résultats de Perpignan. J'ai pu m'appuyer sur un groupe qui tourne très bien et, malgré quelques critiques depuis le début de la saison, c'est assez intéressant de constater que David Marty, Jérôme Porical et que toute la première ligne de l'Usap se retrouvent dans ce groupe de l'équipe de France.

Vous allez notamment découvrir les Bleus avec Nicolas Mas, votre cousin...

J. S.: C'est une fierté de pouvoir partager cette expérience avec mon cousin et avec Guilhem Guirado que je connais depuis très longtemps. Je ne sais pas si nous allons jouer ensemble mais ce serait incroyable. Une fois que vous êtes retenu dans le groupe vous n'avez qu'une seule envie, c'est d'être présent sur une feuille de match, de porter ce maillot bleu.

Pensiez-vous un jour intégrer l'équipe de France alors que vous n'avez pas connu les sélections des jeunes ?

J. S.: Non, je n'ai jamais été sélectionné chez les jeunes. Ma première sélection, je l'ai connue l'été dernier avec France A lors de la Churchill Cup. C'était déjà une immense surprise. Je n'ai commencé le rugby qu'à l'âge de 15 ans et je ne suis arrivé à l'Usap que deux ans plus tard. C'est à ce moment-là que j'ai découvert un niveau intéressant et c'était trop tard pour intégrer les sélections de jeunes.

Avec de découvrir Marcoussis, Perpignan doit encore jouer deux matchs de Top 14. Cela ne va pas être long ?

J. S.: Pour l'instant, je ne vais penser qu'aux deux prochains matchs de Top 14. Nous avons un déplacement difficile au Racing-Metro ce vendredi soir avant de recevoir Toulon à Aimé-Giral. Nous avons l'ambition de grappiller le plus de points possibles avant la trêve internationale. Ces deux matchs seront des vrais tests et notamment pour notre mêlée. Affronter Carl Hayman, c'est déjà se frotter au niveau international.

 
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
 
×