nouvelle-zélande 2010 - Icon Sport
 
Article
commentaires
Test Match

Intouchables Blacks, moribonds Gallois

Intouchables Blacks, moribonds Gallois

Par Rugbyrama
Dernière mise à jour Le 30/11/2010 à 14:37 -
Par Rugbyrama - Le 30/11/2010 à 14:37
Les tests d’automne ont une nouvelle fois mis en avant le fossé entre les nations du Sud et celles du Nord. Les Blacks ont montré leur suprématie actuelle. Boks et Wallabies se sont bien comportés tout comme de surprenants Samoans. L’Irlande a souffert et le pays de Galles n’a pas gagné un match.

Le constat est toujours le même. Malgré l’espoir de voir le fossé se réduire, les nations du Sud prouvent même qu’en fin de saison, elles sont supérieures à celle du Nord. Les chiffres sont sans équivoque : une seule défaite pour l’Afrique du Sud et l’Australie, aucune pour la Nouvelle-Zélande. Les Blacks réussissent même un nouveau grand chelem trois mois seulement après leur retentissant carton plein durant les derniers Tri-Nations. Mis à mal par l’Angleterre et le pays de Galles en mêlée fermée notamment, les hommes de Graham Henry ont fait preuve d’une redoutable puissance offensive dans le sillage d’un Sonny Bill Williams convainquant pour ses débuts.

Les Australiens, pour leur part, repartent avec un succès de prestige face à la France (59-16), soit le plus gros écart entre les deux formations. Les Wallabies disposent d’une jeune génération pleine de talent mais encore un peu tendre, à l’image de sa mêlée souvent fragilisée. Un secteur à travailler comme l’attestent les nombreuses reculades contre l’Angleterre, l’Italie et la France. Au final, une seule défaite pour les protégés de Robbie Deans (18-35 à Twickenham) qui peuvent se préparer sereinement pour le prochain Mondial. Chez les champions du monde sud-africains, le constat est assez semblable. Bousculés physiquement, ils ont su répondre de la meilleure des manières en battant l’Angleterre pour leur dernier test (21-11). Toutefois, ils n’ont pas autant brillé qu’en 2009 et ont dû faire face au contrôle positif à un stimulant interdit de deux de leurs joueurs , Ralepele et Basson.

L’Ecosse en surprend plus d’un

Autre nation du Sud à avoir surpris, les Samoa. S’ils n’ont pas connu le moindre succès, les coéquipiers du Toulousain Census Johnston ont chèrement vendu leur peau et ont fait trembler toutes les équipes qu’ils ont jouées. Ils ont mené durant une heure à Twickenham avant de s’écrouler (26-13). Et ils ont cédé à la dernière minute en Ecosse sur une pénalité de Jackson. Le XV du Chardon : voila une équipe qui est sortie grandie de ces tests. Si elle est limitée techniquement, son envie et son abnégation n’ont aucune égale. Laminée par les Blacks, l’Ecosse s’est offert le scalp de l’Afrique du Sud, championne du monde, et a battu les Samoa. Une belle performance pour les hommes d’Andy Robinson qui ont accompli une bonne année 2010 avec des succès retentissant en Irlande et en Argentine et en arrachant le nul en Angleterre.

L’Angleterre a, de son côté, montré des choses très positives et s’avance même comme la meilleure équipe européenne actuellement. Rivalisant avec les Blacks, ils ont fait chuter l’Australie. Avant de sombrer devant l’Afrique du Sud de manière surprenante. Les hommes de Martin Johnson sont sur la bonne pente et nul doute qu’ils seront redoutables dans moins d’un an en Coupe du monde. Côté gallois, c’est un terrible constat : aucune victoire en quatre rencontres. Les hommes de Warren Gatland n’ont rien pu faire contre les trois "gros" du Sud même si le talent du jeune ailier George North a émergé. Le nul contre les Fidji (16-16) a été très mal vécu du côté de Cardiff et on se rend compte que le niveau de cette équipe baisse très vite en l’absence des leaders (Shane Williams, Gethin Jenkins, Martyn Williams, Leigh Halpenny ou Dwayne Peel).

L’Irlande a été irrégulière. Le XV au Trèfle a montré un manque criant d'imagination contre l'Afrique du Sud (21-23) et a subi la dure loi de la Nouvelle-Zélande (18-38). Le Grand chelem du Tournoi 2009 paraît loin. La victoire dimanche contre l'Argentine (29-9) dissimule mal une campagne décevante. Pour les Pumas, c’est la soupe à la grimace avec une seule petite victoire devant une Italie toujours aussi décevante au niveau de ses trois-quarts. Dommage car le pack en a fait souffrir plus d’un.