Thierry DUSAUTOIR - Juin 2010 - France - Test Match - Icon Sport
 
Article
commentaires
Test Match

Dusautoir: "Ultra favoris contre les Fidji"

Dusautoir: "Ultra favoris contre les Fidji"

Par Rugbyrama
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 07/11/2010 à 12:39 -
Par Rugbyrama - Le 07/11/2010 à 12:39
Le troisième ligne et capitaine du XV de France, Thierry Dusautoir, pense que les trois test-matches de novembre "préparent déjà la Coupe du monde" 2011. S'il se méfie de l'équipe des Fidji dont plusieurs joueurs évoluent en Top 14, il estime que le France est légitimement "ultra favorite".

Comment vous sentez-vous physiquement avant d'aborder cette tournée ?

Thierry DUSAUTOIR : Bien même si on est toujours fatigué deux jours après un match de Top 14. D'une manière générale, je me sens quand même bien. Moralement, je suis très heureux de retrouver l'équipe de France. Je le répète souvent mais c'est un plaisir et un honneur de pouvoir défendre les couleurs de son pays.

Le XV de France débute sa préparation avec une cascade de blessés...

T.D : Avant chaque tournée ou avant le Tournoi, il y a toujours quelques blessés. C'est vrai que le nombre est important. Les matches de championnat et de Coupe d'Europe sont sollicitant. Il y a des impératifs avec les clubs qui demandent à certains de faire plus d'efforts à un moment donné. Forcément, ils le paient à un moment ou à un autre. C'est ce qui explique peut-être le nombre de forfaits aujourd'hui.

Le compte à rebours vers le Mondial-2011 est enclenché...

T.D : Cette date, à un an de la Coupe du Monde, est symbolique. Tout le monde s'en inquiète mais il faut savoir qu'un joueur en équipe de France fait des efforts pour y être et pour y rester, il en fait encore plus. Ce sont des gestes à faire tous les jours, sans vraiment se dire qu'on les fait pour la Coupe du Monde. Il faut d'abord les faire pour être le meilleur à son poste.

Mais ce Mondial est forcément dans vos esprits...

T.D : On y pense, ce serait mentir de dire qu'on n'y pense pas. Mais on a nos objectifs sur ces trois matches qui sont importants pour nous, qui préparent déjà cette Coupe du Monde. La manière dont on va les aborder va commencer à conditionner notre état d'esprit pour la Coupe du Monde. On commence donc à la préparer sans se cogner la tête contre les murs. Il faut au contraire que ça devienne naturel.

Vous débutez la tournée par les Fidji, adversaire a priori le plus facile...

T.D : C'est un match de rugby. Si on abordait ce match en se disant qu'il est facile, ce serait la meilleure manière de le perdre. Je pense qu'on sera légitimement ultra favori pour ce match. Mais on les connaît, la plupart jouent dans nos clubs, font la différence et marquent des essais tous les week-end. On sera vigilant, on espère que notre organisation et notre cohésion nous permettront de gagner ce match.

Vous affronterez ensuite l'Argentine et l'Australie. Trois adversaires aux profils très différents...

T.D : Oui, la stratégie va évoluer. C'est bien d'aller crescendo, sachant que les Australiens (dernier match le 27 novembre, ndlr) sont très en forme actuellement. Mais les Fidji me semblent loin d'être des novices. Ce sera un match difficile.

L'objectif est également de faire oublier la tournée de juin, qui s'était moyennement bien passée...

T.D : Elle s'était très mal passée. Evidemment qu'on a envie d'effacer cette tournée. Après, on est quand même des joueurs professionnels, on a envie de gagner. On doit le faire et on se prépare pour ça. On a trois matches pour le faire, il faut le faire.