Getty Images

RUGBY - TEST-MATCH - Chat, Macalou et Lacroix grands gagnants

Les notes des Bleus : Chat, Macalou et Lacroix grands gagnants

Le 15/11/2017 à 11:09Mis à jour Le 15/11/2017 à 13:24

TEST-MATCH - Malgré la défaite, les Bleus sont ressortis de leur deuxième match contre la Nouvelle-Zélande avec quelques satisfactions individuelles. En premier lieu : Gabriel Lacroix et Sekou Macalou, qui ont crevé l'écran. Parmi les "anciens", Camille Chat et François Trinh-Duc ont tiré leur épingle du jeu.

Scott Spedding : 5,5/10

Auteur d'une bonne entame, avec une passe sur un pas pour Chat (4e) et un bon travail sur le premier essai (16e) durant lequel il a parfaitement fixé la défense pour servir Lacroix, le Clermontois a ensuite été moins en vue. Les Néo-Zélandais ayant peu joué au pied, il n'a pas eu l'occasion de briller sur des relances ou dans le jeu aérien. Il a d'ailleurs raté une réception sous une chandelle (54e).

Gabriel Lacroix : 7,5/10

Gabriel Lacroix fut l'une des grandes satisfactions de la rencontre. Auteur de deux essais, le Rochelais a marqué les esprits. A la conclusion d'un mouvement collectif sur le premier (16e), il s'est montré très opportuniste sur le deuxième (28e), avec une interception et une course de 80 mètres. Malgré une grosse faute (plaquage en l'air, 62e), il a laissé une très bonne impression générale jusqu'à sa sortie (67e), après avoir pris un coup aux côtes.

Gabriel Lacroix auteur de deux essais face à la Nouvelle-Zélande, le 14 novembre 2017.

Gabriel Lacroix auteur de deux essais face à la Nouvelle-Zélande, le 14 novembre 2017.Getty Images

Henry Chavancy : 6,5/10

Henry Chavancy a fait du Henry Chavancy : le Racingman a été présent en défense, sobre et efficace. Bien qu'il ait été intercepté sur une longue sautée (68e), il s'est aussi illustré en attaque, inscrivant le dernier essai tricolore sur un départ au ras après la percée de Macalou (72e).

Jonathan Danty : 6/10

Auteur d'une belle percée après un spectaculaire tour sur lui-même dès la 9e, le Parisien a dû céder sa place sur commotion à la 22e. Revenu sur le terrain quelques minutes plus tard, il est définitivement sorti à la 55e. Entre temps, il a fourni un match correct, avec notamment un beau sauvetage sur l'occasion d'Harris à la 49e. Dès son entrée, Vincent Rattez s'est fait rouler dessus sur l'essai de Laumape (55e).

L'apprentissage du haut-niveau...

Hugo Bonneval : 5,5/10

Bien que coupable sur l'essai de Duffie (25e), le Toulonnais a fourni quelques plaquages précieux. Présent sous la pression sous une chandelle néo-zélandaise (37e), il n'a toutefois pas fait vraiment de différence en attaque. Match timoré pour l'ancien Parisien qui, à sa décharge, n'était pas aligné à son poste.

François Trinh-Duc : 6,5 /10

Match très correct pour l'ouvreur toulonnais, toujours aussi présent en défense et juste dans ses choix. Il a réalisé un bon travail sur le premier essai (16e) et bien conduit le jeu durant le premier acte. Moins à l'aise durant le deuxième, il a cédé sa place à Jules Plisson à la 60e. Ce dernier s'est vite illustré par une pénalité transformée, une passe au pied bien senti sur Lacroix et un bon off-load sur une occasion d'essai française (68e). Il a toutefois été intercepté (69e) et a manqué un jeu au pied important (75e).

Yann Lesgourgues : 5/10

Sa meilleure action du match, le Bordelais l'a réalisée... à l'aile, sur une occasion d'essai tricolore (68e) quand il a accéléré et remis intérieur pour Plisson. Auteur de plusieurs mauvais choix, en première période notamment, et d'un jeu au pied parfois approximatif, il n'a pas pesé sur la rencontre comme on aurait pu l'attendre. A son entrée, Maxime Machenaud n'a pas tellement fait de différence...

Tauleigne (non noté) : sur sa première charge, le régional - Berjallien de formation - a reculé et subi un K.-O. Dure première en Bleu pour ce prometteur numéro 8 (13e). Remplacé par Sanconnie (6), auteur d'une prestation plus que correcte. Le Briviste a brillé par son activité et son intelligence de jeu. Sans pour autant provoquer des éclats en attaque.

Sekou Macalou : 7,5/10

La révélation de la soirée. Ses qualités athlétiques ont crevé l'écran. En touche, ce sauteur très dynamique a régulièrement été sollicité et s'est même permis de voler un un ballon chaud volé en fin de première période. Dans le jeu, il s'est offert, après un raffût, une folle cavalcade de soixante mètres en position de centre à l'origine du dernier essai tricolore. En défense, aussi, il s'est illustré grâce à sa mobilité. Les journalistes néo-zélandais ne parlaient que de lui au coup de sifflet final. Mérite d'être revu en Bleu.

Sekou Macalou durant le test match entre la France et la Nouvelle-Zélande au Stade des Lumieres le 14 Novembre 2017 à Lyon, France.

Sekou Macalou durant le test match entre la France et la Nouvelle-Zélande au Stade des Lumieres le 14 Novembre 2017 à Lyon, France.Icon Sport

Wenceslas Lauret : 5/10

Dans un registre moins spectaculaire, le Racingman s'est illustré défensivement en première période avec un bon retour sur Tamanivalu (23e), sur une interception derrière touche (31e) et plus globalement dans les rucks. En deuxième période, il a davantage subi sous les coups de boutoir all blacks. Offensivement, il est resté trop timide. Dommage car sa dimension physique peut rendre bien des services.

Yoann Maestri : 5,5/10

Le capitaine du soir a tenté de montrer la voie d'entrée avec quelques charges et plaquages appuyés. Le Toulousain n'a pas ménagé ses efforts mais il s'est une fois encore surtout illustré sans ballon, lors des temps forts adverses. En attaque, son apport reste sporadique. Il a subtilisé une touche adverse dans les dernières minutes, en vain.

Yoann Maestri devant la presse, lundi 13 novembre 2017, à Lyon

Yoann Maestri devant la presse, lundi 13 novembre 2017, à LyonGetty Images

Romain Taofifenua : 5/10

Le Toulonnais a touché relativement peu de ballons et n'a donc guère pu exprimer sa capacité à passer après contact. Sur ses rares opportunités, il a montré sa puissance. A son crédit, on retiendra surtout cet arrachage tout en muscles sur une charge néo-zélandaise devant son en-but (44e). Remplacé par Julien Ledevedec (53e), une fois encore en vue en touche.

Malik Hamadache : 5/10

Le Palois a rendu une copie propre en première période, avec une solide tenue en mêlée et quelques puissantes charges toutefois bien contenues. Malheureusement pour le Palois, il a perdu son duel face à Tuipulotu (53e) sur le troisième essai all black. Un vrai bémol. Gomes Sa, entré à la 57e, a tout connu : des mêlées dominatrices puis une dernière, renversée, sur l'ultime balle de match.

Camille Chat : 7,5/10

Le talonneur, tout en dynamisme, a cumulé les actions d'éclat. Il a d'abord renversé Duffie sur l'aile gauche avant de signer une course rageuse de vingt-cinq mètres (4e) ; douze minutes après, il a réalisé une passe en pivot avisée sur le premier essai de Lacroix (16e) ; à plusieurs reprises, il a sonné la charge balle en main, mettant son équipe dans l'avancée à chaque fois ou presque. De plus, le Racingman été propre en touche, un de ses points faibles en principe. Son remplaçant (58e), Christopher Tolofua, aura enterré ballon de la gagne (77e).

Camille Chat (France), face à la Nouvelle-Zélande - 14 novembre 2017

Camille Chat (France), face à la Nouvelle-Zélande - 14 novembre 2017Getty Images

Dany Priso : 5/10

On était en droit d'attendre plus de la bombe rochelaise au physique impressionnant. Le pilier a tenu son rang en mêlée mais n'a pas apporté l'impact espéré dans le jeu courant, à l'image de ce ballon perdu au contact (37e). Il aura tout de même asséné quelques plaquages marquants. Entré à la 53e, Lucas Pointud a tenté d'apporter son dynamisme. En vain.

0
0