Icon Sport

AFRIQUE DU SUD - XV DE FRANCE (37-15) - L'antisèche : C'est la déprime...

L'antisèche : C'est vraiment la déprime...

Le 17/06/2017 à 20:52Mis à jour Le 18/06/2017 à 15:21

TEST-MATCH - Incapables d'hausser leur niveau de jeu, les Bleus ont encore lourdement chuté à Durban ce samedi face à l'Afrique du Sud (37-15). Le premier test n'était donc pas un simple accident. Déprimant.

Le jeu : quelle tristesse !

Des premières minutes rassurantes, un superbe essai... et puis plus rien ou presque. Et un score final (37-15) quasiment identique à celui du premier test de samedi dernier (37-14). Les Bleus, qui ont rapidement perdu Yoann Huget (14e) et Louis Picamoles (23e) sur blessures, ont bien tenté de se révolter. En vain. Les joueurs de Guy Novès ont certes tenu le ballon mais leurs attaques ont manqué de vitesse, de génie, d'imagination, de créativité. Les Tricolores ont tapé sur le mur sud-africain, sans réellement le faire bouger. Les Springboks, eux, se sont montrés bien plus tueurs. Et ont transpercé la défense française à 4 reprises. Une nouvelle fois, le XV de France a sombré. Une nouvelle fois, il n'était pas au niveau.

Les joueurs : Penaud parmi les rares satisfactions

L'une des seules satisfactions de ce deuxième test à Durban, c'est la première sélection réussie de Damian Penaud. Le jeune trois-quarts centre (20 ans) a bien joué le coup sur la réalisation de Scott Spedding (3e) et s'est même offert un essai (71e). Devant, Romain Taofifenua a apporté sa puissance alors que Kévin Gourdon a eu le mérite d'essayer.

Damian Penaud (XV de France) face à l'Afrique du Sud - 17 juin 2017

Damian Penaud (XV de France) face à l'Afrique du Sud - 17 juin 2017Icon Sport

Malgré une envie certaine, Yacouba Camara a encore été sanctionné 3 fois. Guilhem Guirado, lui, a manqué 4 plaquages. Mais celui qui est le plus passé à côté, c'est François Trinh-Duc (lire plus bas). Pas aidé il est vrai par un Baptiste Serin bien trop lent à la mêlée. Chez les "Boks", l'homme du match se nomme Soya Kolisi. 1 essai et 2 passes décisives pour le flanker. L'ouvreur Elton Jantjies a pour sa part inscrit 22 points alors que le deuxième ligne Franco Mostert, roi de la touche, a également plaqué à 22 reprises.

Le facteur X : l'interception de Kolisi sur Trinh-Duc

Ça a été le début de la fin. À la 27e minute de jeu, Trinh-Duc héritait du ballon dans ses 22 mètres. Plutôt que de dégager son camp, l'ouvreur tricolore préférait défier la défense sud-africaine. Sauf qu'en tombant, sa passe en direction de Spedding était interceptée par Kolisi, qui n'avait plus qu'à filer sous les poteaux pour permettre aux Springboks de faire le break (17-7). Une offrande pour les "Boks", un coup de massue derrière la tête des Bleus. "FTD" ne s'est ensuite pas rattrapé, avec notamment un jeu au pied défaillant.

François Trinh-Duc (XV de France) - 17 juin 2017

François Trinh-Duc (XV de France) - 17 juin 2017Icon Sport

Le tweet déprimant

La stat : 66

66% d'occupation et 64% de possession : voilà des statistiques qui prouvent bien que les Bleus ont certes tenu le ballon, sans vraiment savoir quoi en faire...

Kévin Gourdon (XV de France) - 17 juin 2017

Kévin Gourdon (XV de France) - 17 juin 2017Icon Sport

La décla : Guy Novès (sélectionneur du XV de France)

" Il y a une classe d'écart puisque ça fait 2 tests que l'on prend 37 points"

La question : un XV de France de France à l'image du Top 14 ?

On le sait tous, ces tournées de juin réussissent rarement au XV de France. Mais bon, quand même... Cette Afrique du Sud-là n'est pas non plus la Nouvelle-Zélande. On était en mesure d'attendre une révolte après le premier rendez-vous raté de Pretoria. Histoire d'avoir une belle à Johannesburg. Encore plus après les déclarations de Bernard Laporte, qui n'ont visiblement pas eu d'effet. Mais voilà : les Bleus, incapables de proposer autre chose qu'un jeu stéréotypé à la sauce Top 14, ont de nouveau sombré.

Raymond Rhule (Afrique du Sud) face à la France - 17 juin 2017

Raymond Rhule (Afrique du Sud) face à la France - 17 juin 2017Icon Sport

Les limites françaises ont atteint leur paroxysme lors de cette séquence à plus de 20 temps de jeu autour de la 50e minute. Un jeu à une passe, aucune vitesse et une domination au final totalement stérile. Même les Springboks, traditionnellement si "sauvages", ont évolué vers un jeu plus aéré. À l'image de celui de la province des Lions. Il est évident que cette génération française manque de grands talents ou que le calendrier est lourd. Et que les Clermontois Sébastien Vahaamahina, Camille Lopez, Rémi Lamerat ou Wesley Fofana manquent. Mais ça n'explique pas les résultats actuels. Bref, c'est vraiment la déprime...

0
0