Icon Sport

TEST-MATCH - Le XV de la Rose, bientôt la meilleure équipe du monde ?

Le XV de la Rose, bientôt la meilleure équipe du monde ?

Le 02/12/2016 à 12:15Mis à jour Le 02/12/2016 à 12:43

TEST-MATCH - Samedi, l’Angleterre retrouve l’Australie à Twickenham (15h30). Lors de la dernière Coupe du monde, les Wallabies avaient précipité l’élimination des Anglais dès la phase de poule. Une humiliation dont les hommes d’Eddie Jones ont su se relever pour redevenir irrésistibles avec treize victoires consécutives !

Eurosport Player : Votre journal 100% numérique

Voir sur Eurosport

3 octobre 2015… un dernier Swing low Sweet Chariot tente de provoquer l’impossible après l’essai d’Anthony Watson (56e). Twickenham tremble de peur et d’espoir. Mais le miracle n’arrive pas. Pour la première fois depuis 1987, le pays organisateur de la Coupe du monde est éliminé dès les phases de poule. Le Temple du Rugby se vide déjà alors que Matt Giteau n’a pas encore achevé la victoire des Wallabies sur le XV de la Rose en inscrivant un dernier essai (13-33).

Samedi, Twickenham portera encore la cicatrice de cette sombre histoire du rugby anglais. Au comptoir du célèbre pub londonien The Rugby Cavern, les mémoires sont encore marquées. "Toute l’Angleterre a été la risée de cette Coupe du monde", nous confie un supporter anglais. "On pensait avoir nos chances de la remporter et au final, on s’est couvert de ridicule. Le match face à l’Australie a confirmé qu’on avait une petite équipe".

Dylan Hartley et Eddie Jones (Angleterre) - 1 décembre 2016

Dylan Hartley et Eddie Jones (Angleterre) - 1 décembre 2016AFP

L’Angleterre reste sur trois victoires face à l’Australie

Une petite équipe que le capitaine Chris Robshaw et le sélectionneur Stuart Lancaster n’ont jamais su sublimer. Mais à l’instar du rugby français qui s’est relevé sous l’impulsion de Guy Novès, le XV de la Rose a lui-aussi trouvé son magicien : Eddie Jones. En l’espace d’un an, le coach australien a redonné un élan triomphal à l’équipe du nouveau capitaine Dylan Hartley.

Avec 13 victoires consécutives, un Grand Chelem à la clé dans le Tournoi des 6 Nations 2016 et une série de 3 tests remportés en Australie en juin dernier, l’Angleterre est redevenue une machine à gagner. Et le jeu proposé (32 points en moyenne par match) a reconquis le cœur des supporters. "Ce qui se passe depuis un an est assez incroyable", nous explique l’un d’entre eux aux abords de Twickenham. "On pouvait difficilement faire pire après cette Coupe du monde. Mais ce que réalise Eddie Jones est assez incroyable. L’équipe a de la fierté et elle est dure dans le combat. Ça fait plaisir à voir. Aujourd’hui, on sent qu’on peut battre n’importe qui".

Joe Marler (Angleterre) - 1 décembre 2016

Joe Marler (Angleterre) - 1 décembre 2016AFP

" Je n’ai jamais vu une équipe avec autant de leaders (Glen Ella)"

A défaut d’une confrontation face aux All Blacks qui aurait fait saliver tout le monde de l’ovalie, les Anglais, deuxièmes au ranking World Rugby devant l’Australie, auront la volonté de montrer qu’ils sont peut-être les seuls à pouvoir déloger les Néo-Zélandais de leur première place et effacer leur série de 18 victoires consécutives. "Je n’ai jamais vu une équipe avec autant de leaders", souligne le coach australien Glen Ella dans les colonnes de The Times. "Les joueurs se prennent en main. C’est une organisation impressionnante. Cette équipe d’Angleterre me fait penser à l’équipe d’Australie qui a remporté la Coupe du monde 1999. Sans le moindre doute, elle peut devenir la meilleure équipe du monde dans les prochaines années". Alors nul doute que Guy Novès jettera un œil vers Twickenham samedi avant de retrouver le Temple du Rugby, le 4 février prochain, avec le XV de France

Vincent PERE-LAHAILLE, à Londres

0
0