Icon Sport

OPINION - L’exploit de Guy Novès, c’est de refaire vibrer les supporters du XV de France

L’exploit de Novès, c’est de refaire vibrer les supporters des Bleus

Le 29/11/2016 à 17:37

XV DE FRANCE - Un an après le désastre du Mondial, Guy Novès a réussi à redorer le blason du XV de France. Comment ? En gagnant le cœur du public dans le sillage d’un projet de jeu séduisant. L’homme inspire confiance, c’est indéniable. Et ce même si les résultats ne sont pas encore au rendez-vous.

Samedi, vous étiez nombreux à suivre France - Nouvelle-Zélande. A la télé, chez des amis, dans un bar ou sur votre smartphone... Et vous vous êtes tous posés, j’en suis persuadé, cette question : "zut, depuis quand n’avais-je plus autant vibré en regardant le XV de France ?" La finale de la Coupe du monde 2011 peut-être... Ou lors du Grand Chelem 2010. Vous en conviendrez, ce n’était pas hier. Et la perf’ de Guy Novès, elle est là. L’ancien sorcier du Stade toulousain a réussi son pari en gagnant le cœur des supporters et en créant une vague ultra positive derrière les Bleus.

Guy Novès (XV de France) - octobre 2016

Guy Novès (XV de France) - octobre 2016AFP

Novès a rassemblé tout le monde derrière lui

Reconnaissons-le d’emblée : cela n’était pas gagné. L’équipe de France était un vaste champ de ruines. Assommée par l’énorme baffe infligée par les All Blacks en quart de finale de la Coupe du monde 2015. Un 62-13 historique que personne n’effacera de sa mémoire. Le désamour envers les Bleus demeurait total et la sélection nationale n’inspirait que critiques et railleries. Le chantier s’avouait colossal pour Guy Novès dont le poste de sélectionneur avait tout du cadeau empoisonné. Un an après sa prise de fonction, il a rassemblé tout le monde derrière lui.

Certes, le bilan comptable n’est pas optimal : Novès a même le pire bilan pour un sélectionneur français pour sa première année de mandat (4 victoires seulement en 10 matches disputés). Et si le Tournoi des 6 nations a laissé un sentiment mitigé, la seconde partie de l’année 2016 est pleine de promesses. L’été en Argentine, avec notamment un 27-0 infligé aux Pumas, en est le socle. La tournée de novembre où les Bleus ont plus que rivalisé avec l’Australie et les All Blacks le ciment. Le staff du XV de France peut bâtir la suite sereinement.

Baptiste Serin (XV de France) - 26 novembre 2016

Baptiste Serin (XV de France) - 26 novembre 2016Icon Sport

Vivement 2017 !

Bâtir sur un jeu séduisant. Une idée ambitieuse, il est vrai, mais celle-ci a conquis le public français. Novès, lui, a lié les paroles aux actes. Son plan de jeu est clair et on sent que les joueurs tirent tous dans la même direction. Certains se sont révélés, d’autres ont retrouvé leur talent porté disparu depuis plusieurs années et ils semblent avoir tous un point en commun : ils prennent leur pied sur le terrain. Guy Novès inspire clairement confiance et il s’avance petit à petit comme l’homme de la situation.

Le rugby français en avait bien besoin. Le public aussi. L’omniprésent Top 14 est trop souvent le théâtre de matches fermés et atones où supporters et spectateurs s’ennuient ferme. Ils veulent vibrer et pas uniquement lors des phases finales du championnat domestique. Ou en regardant du Super Rugby. En 2016, le XV de France a retrouvé une partie de sa superbe. Reste plus qu’à concrétiser cela en termes de résultats. On imagine que c’est pour (très) bientôt. Vivement 2017 !

Cyril Baille et Gaël Fickou (XV de France) - 26 Novembre 2016

Cyril Baille et Gaël Fickou (XV de France) - 26 Novembre 2016Icon Sport

0
0