Australie - France 2014, Remi Tales (6-0) - AFP
 
Article
commentaires
Test Match

Australie-France (6-0), l'antisèche - Le chantier offensif est toujours colossal pour les Bleus

Le chantier offensif est toujours colossal

Par Clément Mazella
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 14/06/2014 à 15:23 -
Par Clément Mazella - Le 14/06/2014 à 15:23
En attaque, les Bleus ont fait preuve d’un manque criant d’efficacité face aux Wallabies. Cela ne date pas d’hier. Et cela inquiète vraiment. L’antisèche.

Le jeu: Même sans rythme, les Bleus ne s’en sortent pas

A Brisbane, les Bleus avaient explosé en raison d’un rythme de jeu élevé. Ce samedi, les hommes de Saint-André avaient décidé de réduire la voilure et d’éteindre les Wallabies. Mission accomplie durant près d’une heure. Le score en témoignait: il a fallu attendre la 53e pour voir le tableau d’affichage se débloquer enfin. Ce rythme, guère élevé, convenait parfaitement aux Bleus, dans un style proche à celui du Top 14. Conquête, défense, jeu au pied: ce tryptique était à l’ordre du jour, pour le plus grand désarroi des spectateurs. Qu’importe, les Bleus respectaient le plan de marche de Saint-André qui attendait l’entrée de son banc pour faire la différence. Sauf que les remplaçants ont été en dedans. Tout comme le domaine offensif des Bleus, quasiment insignifiant. Malgré quatre franchissements, quinze défenseurs battus, treize passes après contact et deux pénalités tentées, les Français n’ont pas marqué un seul point. Au niveau international, ça ne pardonne pas. D’autant que les Wallabies étaient vraiment prenables ce samedi.

Les joueurs: Huget et Médard en perdition

Si Brice Dulin a beaucoup tenté, comme à son habitude, il n’a pas été aidé par ses deux ailiers. Yoann Huget et Maxime Médard n’ont pas montré grand-chose et se sont avérés maladroits sur les rares ballons qu’ils ont eus à négocier. Tales a énormément joué au pied alors que Parra n’a pas su emballer le jeu des Bleus. Pour son retour, Dusautoir s’est démené en défense. Chouly s’est montré très précieux en touche. L’attelage Maestri-Flanquart a abattu un énorme travail. Bon match de Guirado, tout comme les piliers Menini et Slimani. En revanche, le banc a vraiment déçu, à l’image des entrées ratées de Le Roux, Burban, Mas et Michalak.

Côté australien, Hooper a couru aux quatre coins du terrain et découpé du Tricolore à tout-va (11 plaquages réussis) malgré un certain déchet (4 ratés). Grosse activité de McCalman et Simmons. S’ils ont souffert dans le premier acte, les piliers Kepu et Slipper ont très bien réagi au retour des vestiaires et ont beaucoup couru. Derrière, les Wallabies ont été plutôt neutres.

Nick Cummins évite le plaquage de Remi Tales, Australie - France
Nick Cummins évite le plaquage de Remi Tales, Australie - France - AFP

Le tournant qui n’a pas eu lieu: le contre de Nyanga

Dans un match aussi fermé et où le score a du mal à évoluer, un coup du sort peut tout faire basculer. Celui-ci aurait pu avoir lieu à la 38e minute en faveur des Bleus. A 30m de sa ligne, derrière un ruck, Tomua tente de dégager son équipe. Sauf que son coup de pied est contré par Nyanga. Le ballon roule vers l’en-but et le troisième ligne toulousain est le plus rapide à la course. Mais le ballon lui échappe au moment de le ramasser. L’une des meilleures occasions des Français.

Le tweet analytique: un banc en dessous

Saint-André misait beaucoup sur son banc de touche pour faire la différence. Mais l’expérience de Max et Domingo n’a rien apporté. Pire, ils ont reculé plusieurs fois en mêlée. Le Roux et Burban ont été trop sanctionnés alors que Michalak a enchaîné les mauvais choix.

La stat: 1 an

La France fanny sur un match international, c’est une chose qui ne remonte pas «ad vitam aeternam». La dernière fois que les Bleus n’avaient pas marqué un point, c’était il y a tout juste un an lors de la tournée d’été en Nouvelle-Zélande (29-0), le 15 juin 2013. Preuve que les Tricolores ont bien du travail dans ce secteur à un peu plus d’un an du Mondial.

La question: Le XV de France peut-il remporter le dernier match ?

Bien entendu. D’autant plus que les Australiens n’ont pas été des plus impressionnants. Maintenant que la série est perdue, les Bleus peuvent se lâcher et sortir de leur torpeur en attaque. Quitte à perdre, autant que cela soit avec panache. S’ils arrivent à être plus efficaces, les Tricolores peuvent bien finir cette tournée sur une bonne note, ce qui lui permettrait d’éviter une sinistrose bien mal venue à un an du Mondial. Ce samedi, on a vu du mieux dans leur organisation, notamment défensive. En gardant cette application, en corrigeant les maladresses (treize en-avant à Melbourne !) et en se montrant plus réalistes sur ses temps forts, la France a de sérieuses chances. Pour cela, Saint-André devra trouver la bonne formule avec les bons joueurs présents en Australie. Car sur les deux premières rencontres, il y a eu bien trop de différences de niveau entre certains éléments.