Kieran Read - nouvelle zélande france - 8 juin 2013 - Icon Sport
 
Article
commentaires
Test Match

Tournée de novembre, France-Nouvelle Zélande - Kieran Read, l'homme à tout faire des All Blacks

Read, l'homme à tout faire des All Blacks

Par Rugbyrama
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 08/11/2013 à 09:22 -
Par Rugbyrama - Le 08/11/2013 à 09:22
Il court, renverse tout sur son passage, plaque, passe et est le "deuxième capitaine" des All Blacks, qui affrontent samedi le XV de France: avec ses qualités hors normes, Kieran Read est unanimement considéré comme le meilleur N.8 au monde.

A 28 ans, le Néo-Zélandais Kieran Read rayonne. Installé depuis quatre ans au fond de la mêlée noire (il a été titulaire lors de 45 des 55 matches des All Blacks depuis novembre 2009), il a pris une nouvelle dimension en devenant le capitaine en l'absence de Richie McCaw, parti en congé sabbatique. Les sept matches de son capitanat entre novembre 2012 et 2013 ont tous été victorieux. Si pour beaucoup le choix de Read était évident, le joueur avoue avoir été "surpris" de cette décision.

"C'était un énorme honneur. Je ne suis pas un leader-né mais c'est venu avec le temps et l'expérience, aux Crusaders et chez les All Blacks. On apprend à connaître la force des gars autour de soi et à savoir comment ils peuvent t'aider. J'aime être capitaine et j'aimerais continuer à le faire à l'avenir", confie-t-il.

Leader par l'exemple

Quand Richie McCaw, sa rage et le charisme de ses 121 sélections sont là, Read, qui a grandi à ses côtés aux Canterbury Crusaders et en sélection, l'épaule. "Richie et lui sont de grands leaders, chacun à leur manière. Ils t'apportent une confiance incroyable. Ils savent trouver les bons mots et ce sont aussi des leaders par l'exemple", explique le deuxième ligne de Canterbury Dominic Bird. "Exemplaire" est le mot qui revient quand on évoque Kieran Read, impliqué dans tous les secteurs du jeu. Ses plaquages tonitruants, ses percussions dévastatrices, ses chisteras dignes d'un trois-quarts et ses chevauchées jalonnées de puissants raffuts suscitent l'admiration.

"J'adore l'engagement, mettre mon corps au défi. Mais courir avec le ballon, c'est cool aussi", sourit-il de ses yeux bleus rieurs. Ses qualités physiques ont été repérées tôt. Enfant, il figurait dans les équipes nationales scolaires de cricket et de rugby. "Sans trop m'avancer, je peux dire qu'il aurait intégré les Black Caps (l'équipe nationale néo-zélandaise de cricket)", confiait il y a quelques années Todd MacDonald, son capitaine dans le club de Karaka. "Ce sont les circonstances qui m'ont orienté plus vers le rugby, raconte Read. Quand j'ai quitté l'école, j'ai été sélectionné avec l'équipe nationale de rugby des moins de 19 ans. Ça m'a donné un vrai aperçu du sport de haut niveau en Nouvelle-Zélande. Après j'ai eu l'opportunité de rejoindre Canterbury et le cricket s'est trouvé mis de côté."

Talent pur et force brute

Le rugby a bercé son enfance. "Je viens de la Counties Manukau (dans le district d'Auckland). Jonah Lomu jouait là-bas, j'adorais le regarder jouer depuis le bord du terrain. Il était phénoménal, il m'a vraiment inspiré. A mon poste, j'aimais aussi Michael Jones. Quand j'avais six ou sept ans, c'était quelqu'un que j'admirais". "Il avait un talent pur et une force brute et on savait qu'avec du temps et du travail, ça pouvait devenir quelque chose de particulier, confie l'entraîneur Rob Penney, qui l'a vu grandir aux Crusaders entre 2006 et 2011. Il lui fallait se développer physiquement et un peu d'aide technique. Il était vraiment athlétique, explosif mais il était un peu léger".

Il est passé d'à peine 90 kg à 110 kg (pour 1,93 m) aujourd'hui, décuplant sa palette de jeu. "Mais je peux encore m'améliorer, notamment dans mon travail autour de la mêlée en tant que N.8", assure-t-il modestement. Avec ses performances actuelles, il fait figure de grand favori pour le titre de meilleur joueur IRB de l'année. "Je ne veux pas y penser. Je veux juste être un grand joueur, un grand All Black", dit-il. Mais à l'instar de Daniel Carter et Richie McCaw, sacrés respectivement en 2005 et 2012 et 2006, 2009 et 2010, un grand All Black n'est jamais loin de cette récompense.

 
 

commentaires


  • Roma20Settembre13/11/2013 07:29

    C'est de loin le meilleur numéro 8 au monde. Je pense qu'il sera désigné jour de l'année 2013 par l'IRB

  • Frédéric Villon11/11/2013 13:19

    Ben Spies ça fait au moins un an qu'il ne porte plus le maillot Boks, le titulaire indiscutable pour l'heure c'est Vermeulen et vu ses perfs m'étonnerait beaucoup que tu revois Spies, faut se mettre à la page

  • Buraxot6609/11/2013 09:26

    où est Spies dans ton raisonnement ? c'est pas plutot lui que tu veux mettre à la place de Vermeulen ? si c'est le cas il est numéro deux juste derriere Read.