Test Match

France-Afrique du Sud - Philippe Saint-André: "Nous avons privilégié la continuité"

France10 - 19Afrique du Sud

Pour affronter les Sud-Africains, Philippe Saint-André a décidé de ne faire que quatre changements dans son XV de départ, histoire d'assurer une continuité.

 
Saint-André: "La charnière doit monter crescendo" - Rugby - Test Match
 

Pourquoi cette composition ?

Philippe SAINT-ANDRE: C'est une équipe qui est dans la continuité des deux précédents tests. Lors des deux premiers matchs, nous avons essayé de gérer au mieux notre effectif. Il n' y a que deux joueurs, Damien Chouly et Brice Dulin qui ont disputé l'intégralité des deux rencontres. Il faudra être frais face à l'Afrique du Sud où l'on s'attend à un énorme combat. L'Afrique du Sud est la deuxième meilleure nation au monde. L'intensité et les duels dans les un contre un s'annoncent primordiaux.

Qui couvrirait le poste de numéro huit en cas de sortie de Chouly ?

P.S-A.: C'est Yannick Nyanga qui a déjà évolué quelques fois à ce poste au Stade toulousain. Aussi parce qu'il remplacerait Damien Chouly dans ses responsabilités de capitaine de touche. En troisième ligne, Sébastien Vahaamahina, sur le banc peut aussi couvrir le poste de numéro 6 comme il l'a fait de temps en temps à l'Usap. Mais je crois qu'il était important de garder une certaine continuité dans notre épine dorsale (2, 8, 9, 10, 15). Damien Chouly découvre le très haut niveau. Il a la chance d'enchaîner trois rencontres. En perdant Ouedraogo, il est devenu notre capitaine de touche. C'est lui qui annoncera sur les touches défensives et offensives. Nous avons constaté que l'Afrique du Sud se servait énormément des ballons portés. Elle a inscrit des essais comme ça face à Galles et l'Ecosse. La touche contre les Springboks sera déterminante.

Qu'attendez vous de la charnière reconduite ?

P.S-A.: Plus que ce qu'ils m'ont donné durant les deux premiers tests. Ils doivent monter crescendo. Ils ont montré de vrais progrès dans le jeu d'occupation entre les deux premiers tests. Ils trouvent des habitudes communes. J'attends qu'ils gèrent mieux encore les temps forts de notre équipe et qu'ils soient plus efficaces dans leur jeu au pied durant nos temps faibles.

Vous retitularisez Wenceslast Lauret en troisième ligne. Pourquoi ?

P.S-A.: Les troisième ligne des Sprinboks font entre 115 et 116 kilos. Ca n'existe pas en France, même si l'on dispose d'atouts sur lesquels il faudra nous appuyer. Mais face à eux, il faudra être très fort en défense, très fort sur les premiers plaquages. Le Roux aurait pu rester avec nous au vu de sa performance face aux Tonga. On titularise Wenceslas. Il avait des courbatures après les Blacks et nous l'avons mis au repos. J'attends qu'il mette encore plus d'appétit face aux Sud-Africains qu'il n'en a mis face à la Nouvelle-Zélande.

  En 1997, nous avions pris la marée 

C'est le même principe qui a guidé le choix de Florian Fritz ?

P.S-A.: On connait l'importance de Florian dans le groupe, sa férocité et son envie de gagner les duels offensifs et défensifs. Florian possède aussi un très bon jeu au pied. Il est bon de disposer de quelqu'un de plus dans le jeu au pied long.

Que doit vous permettre cette dernière rencontre ?

P.S-A.: Il doit valider tous les progrès de cette équipe. Nous permettre d'enchaîner deux victoire d'affilée. C'est important pour notre groupe, pour sa confiance, de bien finir 2013. L'année prochaine, nous débutons le Tournoi par deux matchs à domicile face à l'Angleterre et l'Italie. Ce serait bien de les aborder dans les meilleures conditions possibles.

Vous rappelez-vous du match de 1997 face à l'Afrique du Sud perdu 52-17 ?

P.S-A.: C'était ma fin de carrière de joueur et de mes années de capitaine. Nous avions pris la marée physiquement. Les Sud-Af' donnaient l'impression d'être trente quand nous n'étions que quinze. Ils étaient professionnels et pas nous. Nos joueurs aujourd'hui sont prêts physiquement et mentalement à faire un grand match, qui promet d'être un gros bras de fer. J'espère que samedi sera un meilleur souvenir que ma fin de carrière.

 - Midi Olympique@RugbyramaFR
 
 
 
À ne pas manquer
  • Abonnement

    Gérez votre abonnement ou abonnez-vous à Midi Olympique, le journal du rugby : voir toutes nos offres…

  • La chronique de Pierre Villepreux

    Ancien international français, il a également été entraîneur du XV de France et reste encore aujourd'hui un des personnages phare du rugby Français.

  • Toutes nos vidéos

    Retrouvez toutes nos vidéos de rugby…

Suivre Eurosport.com
 
Sur Facebook
 
Sur Twitter
 
Sur Mobile
iPhone | Android |