Santiago Phelan - argentine - 17 aout 2013 - Icon Sport
 
Article
commentaires
Test Match > - Argentine

Argentine - Santiago Phelan: Histoire d'une fuite

Démission de Phelan: Histoire d'une fuite

Par Midi Olympique
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 24/10/2013 à 14:31 -
Par Midi Olympique - Le 24/10/2013 à 14:31
Vous voulez connaître les véritables raisons du départ précipité de Santiago Phelan ? Les voici...

Six matchs, six défaites et deux exécutions publiques (73 à 13 contre les Springboks à Soweto, 54 à 17 face à l'Australie à Rosario). L'ère Santiago Phelan -l'ancien flanker était en place depuis l'automne 2007- s'est achevée de la pire des façons, en début de semaine. L'ami intime d'Agustin Pichot, sous contrat avec la UAR jusqu'en novembre 2013, aurait pourtant dû diriger la prochaine tournée d'automne (Angleterre, Galles et Italie). Et si Daniel Hourcade, appointé cette semaine en catastrophe par les dirigeants fédéraux, le remplacera au pied levé en Europe (et ce jusqu'au Mondial 2015, avant de diriger la province argentine censée intégrer le Super 15 en 2016), les raisons en sont multiples. Au vrai, Phelan n'aurait pas démissionné si des fuites révélant les querelles internes au sein du groupe argentin n'avaient été révélées par le quotidien la Nacion, vendredi dernier. S'estimant alors "trahi par ses joueurs", Santiago Phelan préféra quitter sur le champ la scène internationale, et ce trois mois avant l'issue prévue par son contrat fédéral.

Querelles internes

Que sait-on, aujourd'hui ? D'abord, le squad argentin semble divisé en deux groupes distincts. Le premier, dirigé par le vice-capitaine Patricio Albacete, compterait entre autres Marcelo Bosch (Saracens) et le néo-bayonnais Santiago Fernandez. Le second, mené par le capitaine Juan-Martin Fernandez-Lobbe, recenserait quant à lui les Racingmen Juan Hernandez et Juan Imhoff, ainsi que le flanker du Lou, Juan Leguizamon. Le premier groupe aurait peu apprécié le traitement de faveur réservé par Phelan à son ami Felipe Contepomi, titularisé contre vents et marées lors du dernier test de Rosario. Les autres -très proches du patron de la UAR Agustin Pichot- ont souhaité rester fidèles aux choix de leur sélectionneur. Patricio Albacete, le deuxième ligne du Stade toulousain, déclarait mercredi à propos du renoncement de Santiago Phelan: "Personne ne l’a trahi. Et puis cette démission est un choix personnel. Quand tu démissionnes, tu ne peux pas rejeter la faute aux autres : il faut assumer. Il nous laisse un peu dans la galère pour les tests de novembre, donc ce n’est pas "top" de sa part".

Du temps où Santiago Phelan était joueur...
Du temps où Santiago Phelan était joueur... - DPPI

Ensuite, les querelles internes entre Phelan et son premier adjoint Fabian Turnes (entraîneur des trois-quarts) ont eu raison de la volonté de l'ancien flanker des Pumas, lequel disait de Contepomi qu'il était indispensable, quand Turnes considérait de son côté que Felipe faisait l'année de trop. Enfin, l'ancien biarrot Martin Gaitan, aujourd'hui analyste vidéo de la sélection argentine, fut lui aussi gravement remis en cause par une partie du groupe pour avoir été à l'origine du système défensif ayant causé la perte des Pumas à Soweto. Selon nos informations, l'homme ayant révélé les secrets des Pumas au quotidien La Nacion serait un ancien attaché de presse de la UAR, aujourd'hui devenu un agent de joueurs influent en Argentine. Qu'on le veuille ou non, le Tucumano Daniel Hourcade (55 ans) hérite donc aujourd'hui d'une situation explosive.

 
 

commentaires


  • posadas199024/10/2013 21:37

    Je pense qu'il était temps que Tati Phelan quitte les Pumas, car il n'a jamais vraiment été a la hauteur. La UAR devrait engager un head coach australien ou neozélandais, ce qui pourait faciliter l'adaptation des Pumas dans le R.C.

  • rugbyx4724/10/2013 17:58

    @t0ul0us1 Non mais de début octobre a fin décembre oui :)

  • ovalus7724/10/2013 15:03

    Je crois qu'il y a un problème d'effectif quand même. Les joueurs dont tu parles (à part Imhoff) sont des survivants de l'équipe de 2007. Ceux de cette génération 2007 qui ont arrêté (Pichot, Ledesma, Roncero, Corletto) n'ont pas été remplacés. En plus à cause du Four Nations les équipes françaises ne veulent plus d'argentins. Il faut que leurs bons jeunes puissent évoluer en club à haut niveau, ça se fera peut-être avec une franchise de superXV, mais ça veut dire encore quelques années de galère pour le XV des pumas.