Nonu - Nouvelle Zélande - 29 septembre 2012 - Icon Sport
 
Article
commentaires
Test Match

International: Les tops et flops de 2012

International: Les tops et flops de 2012

Par Rugbyrama
Dernière mise à jour Le 28/12/2012 à 11:47 -
Par Rugbyrama - Le 28/12/2012 à 11:47
L'automne parfait du XV de France, la longue série d'invincibilité des All Blacks ou la descente aux enfers des Gallois... Retrouvez les tops et flops de 2012.

LES TOPS

La Nouvelle-Zélande

Dans la foulée du titre mondial, les All Blacks ont maintenu une cadence infernale: ils ont poussé leur série d'invincibilité à vingt matches dont une victoire magnifique à Soweto contre les Springboks et une démonstration à Buenos Aires contre les Pumas. Eux aussi ont sorti des jeunes loups affamés: Julian Savea, Brodie Retallick et un demi de mêlée ultra rapide: Aaron Smith. Et comme Dan Carter, Conrad Smith, et Richie McCaw ne donnent pas de signes de faiblesses....

La France

Icon Sport

Les Bleus n'ont pas fait un Tournoi des six nations magnifique (seulement quatrième avec deux succès, un nul et deux défaites), mais ils ont vécu un automne superbe. Trois victoires en trois matches contre l'Australie, l'Argentine et les Samoa avec, en plus la révélation de quelques talents: Brice Dulin, Maxime Machenaud, Yannick Forestier et les retours au sommet de Louis Picamoles, Frédéric MichalakFlorian Fritz ou Yannick Nyanga. Sur le plan du jeu, les hommes de Saint-André ont montré de très belles choses en fin d'année notamment dans l'efficacité offensive et le domaine de la conquête.

Les Samoa 

Les Polynésiens sont souvent les mal aimés du circuit international: fédération désargentée, effectif éparpillé. Mais on les sent de plus en plus compétitifs comme l'a prouvé leur campagne automnale: victoire sur le terrain des Gallois et défaite de peu contre les Français avec comme joueur-phare un demi de mêlée nommé Kahn Fotuali'i. Il joue au pays de Galles pour les Ospreys. Mais le pilier de Toulouse, Census Johnston, l'arrière David Lemi (Worcester) et le numéro 8 de Newcastle Taiasina Tuifu'a ont montré qu'ils pourraient jouer dans n'importe quelle soit disant "grande équipe".  

L'Angleterre mérite une mention spéciale. Ses résultats ont été en dents de scie, mais les hommes de Stuart Lancaster ont gagné à Paris durant le Tournoi et ont été les seuls à battre les ogres all blacks en 2012. Personne n'avait fait ça depuis quinze mois.  

LES FLOPS

Le pays de Galles

Icon Sport

Attention, ce texte est à prendre avec des pincettes... Les Gallois ont quand même réussi l'exploit de réussir un nouveau Grand Chelem, le onzième sous la conduite de Sam Warburton, le troisième ligne des Blues de Cardiff, et des attaquants de race comme Alex Cuthbert et Leigh Halfpenny sans compter le plaqueur-gratteur Dan Lydiate. Mais ensuite, les maillots rouges ont vécu une rapide descente aux enfers: sept défaites consécutives, trois de très peu en tournée en Australie  mais surtout quatre à domicile en novembre: contre la Nouvelle-Zélande, l'Australie mais aussi l'Argentine et les Samoa. Il a suffi de quelques blessures pour que le fragile édifice s'effondre. C'est l'éternel problème des nations celtes.

L'Ecosse

Le XV du Chardon retrouvera-t-il des années fastes ? On en doute de plus en plus tant on le voit souffrir depuis le début des années 2000. Il a fini 2012 par une gifle reçue à Aberdeen des mains des Tonga. Le sélectionneur Andy Robinson a préféré démissionner dans la foulée. Mais sincèrement, qui aurait fait mieux que lui avec un effectif aussi limité ? L'Ecosse avait commencé l'année par une cuiller de bois dans le Tournoi. Elle s'est donnée un peu d'oxygène en battant par miracle la réserve de l'Australie puis les Fidji et les Samoa en juin. Mais en novembre, elle est retombée dans la médiocrité avec trois défaites en trois matches (dont 50 points encaissé face aux All Blacks), jusqu'au naufrage final. Bonne chance au nouvel entraîneur Scott Johson. On dit de lui que c'est un homme de défi.