damien traille france 2009 - Icon Sport
 
Article
commentaires
Test-matchs

Traille is Back

Traille is Back

Par Rugbyrama
Dans cet article
Par Rugbyrama - Le 25/11/2009 à 09:12
Titulaire à l'arrière face aux Springboks à Toulouse, le Biarrot Damien Traille, qui évolue pourtant au centre en club, est reconduit à ce poste pour affronter les All Blacks, samedi à Marseille. Comme en quart de finale du Mondial 2007. Avec toujours la même mission : sécuriser son équipe.

Sur cette tournée d'automne au moins, son poste ne fait aucun doute. Il devait être titulaire à l'ouverture selon les dires de Lièvremont en juin à l'issue de la tournée en Nouvelle-Zélande et Australie, Damien Traille - 73 sélections - a finalement été intronisé à l'arrière en lieu et place de Maxime Médard. Supplétif de luxe au centre face aux Samoa, l'histoire retiendra qu'il portera face aux All Blacks le maillot bleu floqué du numéro 15, deux semaines après l'avoir revêtu contre les Springboks champions du monde.

L'ouvreur Daniel Carter ou l'arrière Mils Muliaina pourraient en être perturbés. Imaginez en conférence de presse des All Blacks : "Qu'est-ce que j'apprends ? Damien Traille, celui qui était premier centre lors de la victoire de ces Frenchies à Dunedin, sera titulaire à l'arrière ! Crazy". Et oui, cher Mils, c'est que Damien Traille est polyvalent. Et qu'en plus, la question d'être fixé à un poste lui importe peu. Il cadre d'entrée : "Je suis content de jouer déjà".

Humble, modeste ou langue de bois : choisissez votre version. En tout cas, le polyvalent de Biarritz promet qu'il ne se sentait assuré de rien. "Ce retour à l'arrière, je ne m'y attendais pas. Je n'étais pas focalisé là-dessus. Maintenant tant mieux, je vais jouer. A moi de prouver que je peux jouer à ce poste sur la durée. A moi d'apporter de la concurrence : cela ne peut être que bénéfique pour l'équipe de France."

Traille, 30 ans, est prévu comme remplaçant à l'ouverture s'il devait arriver malheur à François Trinh-Duc mais c'est donc bien à l'arrière qu'il se voit offrir une occasion en or de s'imposer incontournable et pourquoi pas, de signer une trilogie victorieuse en cet automne 2009. En cas de succès contre les All Blacks, ce serait d'ailleurs la première fois que Marc Lièvremont conduirait sa sélection à une série de trois victoires consécutives.

" Une toute autre histoire "

Il avait été choisi à l'arrière contre les Springboks pour trois raisons fondamentales : sa défense mais surtout son jeu au pied - "une arme interessante face aux Springboks. C'est lui qui avait le profil pour mettre en place ce que nous souhaitions", disait Lièvremont - et évidemment sa formidable maîtrise dans le jeu aérien. Verdict ? Un jeu au pied irréprochable mais pour le reste, peu de ballons à se mettre sous la dent. Bref, la victoire mais pas le match le plus marrant de sa vie. "Par rapport à ce que j'espérais, je n'ai pas touché énormément de ballons". Euphémisme.

Alors là, il aura face aux All Blacks, une deuxième chance de montrer ce qu'il vaut. Damien Traille est prêt à parier : la mission sera périlleuse. "Ce sera une toute autre histoire. Les Blacks utilisent beaucoup le jeu au pied et avec Daniel Carter, disposent d'une référence. Il me faudra être précieux sur les ballons hauts mais aussi essayer de relancer. Cela veut dire faire les bons tris pour mettre l'attaque dans les meilleures conditions". Traille le dernier rempart en quelque sorte. Il accepte le rôle. "Centre ou ouvreur, ce sont deux postes qui peuvent se rapprocher. A l'arrière, on est moins impliqué dans les phases de combat. On a un rôle plus sécuritaire. Il faut mettre l'équipe en confiance. Cela veut dire être impérial sous les chandelles, arriver à relancer ou renverser la pression par le jeu au pied. Rassurer, cela me plait".

Tant mieux parce que face au mythe All Black, il y aura du boulot. "Ils vont proposer la même chose que les Boks en terme de combat et d'agressivité et autant d'ambitions que les Samoa sur le plan du jeu. On sait qu'ils vont jouer. Mais on sait qu'il faudra faire attention à toutes les pertes de balle : ce sont les meilleurs sur les ballons de récupération. Il faut s'attendre à tout", dit-il

Combat et jeu, il y a de quoi pleurer par avance. "Attendez, n'oubliez pas Carter", supplierait presque Damien Traille. Dan Carter, étiquetté meilleur ouvreur du monde même s'il n'a pas eu le temps de le prouver à Perpignan : il est presque un secteur de jeu à lui tout seul. "Un métronome. Il met le ballon où il veut. Je vais devoir beaucoup communiquer avec mes ailiers et il faut s'attendre à ce qu'un troisième ligne décroche pour la couverture. C'est écrit : les Blacks vont nous mettre la pression par leur jeu au pied. C'est leur grande force".

A Traille de jouer. A l'arrière, l'histoire prouve que cela peut marcher : il portait le numéro 15 en quart de finale du Mondial 2007 pour une des deux victoires de sa carrière en huit tests face aux Blacks.