Richie McCaw, le troisième ligne des Crusaders et des All Blacks - Icon Sport
 
Super 15

Richie McCaw (Crusaders) assume sa faute en finale du Super XV

McCaw assume sa faute en finale du Super XV

Par Clément Mazella
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 03/08/2014 à 17:13 -
Par Clément Mazella - Le 03/08/2014 à 17:13
Pointé du doigt, Richie McCaw a pris ses responsabilités et assumé la faute qui a coûté la victoire et le titre du Super XV à son équipe des Crusaders.
 

Samedi, la foudre s’est abattue sur Richie McCaw. Un coup de sifflet sec, strident et aux conséquences vraiment fâcheuses pour le troisième ligne des Crusaders. Aux commandes de la finale du Super XV, Craig Joubert s’est montré intransigeant avec le All Black le plus capé de l’histoire (127 sélections). Une action litigieuse où il a décidé de pénaliser McCaw, lui signifiant une entrée illicite sur le côté du ruck. Le tout à la 78e minute et alors que les Crusaders menaient de deux petits points. Quelques secondes plus tard, l’ouvreur des Waratahs, Bernard Foley, ne se faisait pas prier et offrait la victoire (33-32) et le titre à la province australienne. McCaw, lui, sortait du terrain dépité, conscient qu’il avait coûté très cher à son équipe.

" C’est du 50-50, j’aurais très bien pu ne pas être sanctionné"

Elu trois fois meilleur joueur du monde IRB, McCaw (33 ans) est un joueur intelligent. Sa spécialité: le jeu au sol. Force est de reconnaître qu’il excelle dans ce domaine, allant toujours à la limite de la règle. Certes, son attitude le fait (régulièrement) jouer avec le feu. Mais samedi, le Néo-Zélandais s’est brulé les doigts. Sa responsabilité, il l’assume. Le joueur n’est pas du style à s’échapper face aux critiques. "J’aurais dû être plus conscient que ma position était aussi illicite. J’aurais dû mieux évaluer la situation. J’ai vraiment les boules, analysait-il après la rencontre. C’est assez décevant mais d’un autre côté, j’ai tout essayé pour jouer le ballon. C’est la loterie et tu ne te rends pas compte de la situation dans laquelle tu es. C’est du 50-50, j’aurais très bien pu ne pas être sanctionné".

" C’est une chose que je vais devoir accepter. Je n’ai pas le choix…"

La décision de Craig Joubert est-elle sévère ? Chacun peut se faire son avis (voir les images ci-dessous). Mais seule l’interprétation de l’arbitre compte. Pour certains, il est juste dommage qu’une telle finale - magnifique à souhait - se joue sur une décision arbitrale. "J’aurais dû être capable de me retirer plus vite de cette zone-là. Au contraire j’ai ouvert une porte à Craig Joubert pour me sanctionner. Que je sois d’accord ou non avec cette décision, cela ne changera rien. Foley a passé la pénalité par la suite… Cela m’ennuie vraiment, mais je ne peux plus rien y faire. C’est une chose que je vais devoir accepter. Je n’ai pas le choix…" Pas sûr que cette action lui fasse changer sa mentalité et sa façon d'être sur un terrain. Et nul doute que le joueur qui a remporté le plus de matchs sur la scène internationale (113) va relever la tête.

 
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
 
×