Taumalolo - chiefs - 2012 - AFP
 
Article
commentaires
Super 15

Chiefs: Taumalolo est prêt à en découdre

Chiefs: Taumalolo est prêt à en découdre

Par Rugbyrama
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 26/07/2012 à 10:08 -
Par Rugbyrama - Le 26/07/2012 à 10:08
Véritable phénomène du Super Rugby, le pilier gauche des Chiefs a été titularisé pour affronter les Crusaders ce vendredi matin en demi-finale (9h, heure française). Recrue de Perpignan qu’il rejoindra prochainement, Taumalolo est bien décidé à quitter le club qui l’a révélé sur un titre.
 

Avant le Mondial néo-zélandais, personne ne le connaissait. Puis les supporters français en ont fait la douloureuse connaissance, lors du revers historique des Tricolores en phase de poule (19-9) Fakaa'nalua Ki Arizona Taumalolo, ou le pilier tonguien qui exhortait les Français à choisir la mêlée pour utiliser leur dernière cartouche, alors que son équipe menait largement au score. Trop heureux d’en découdre une dernière fois, il salua la décision du capitaine Thierry Dusautoir avec un grand cri de joie. Vision insupportable pour les supporters du XV de France, et qui grava le faciès du coupable dans toutes les mémoires.

Contrairement à d’autres, Sona Taumalolo n’a connu aucune décompression après le Mondial. Il est rentré à Hamilton, patrie des Chiefs, où il a littéralement fait sauter le compteur d’essai des piliers néo-zélandais : huit réalisations en Super Rugby, deux en championnat provincial. Et voilà comment un pilier gauche rivalise, en termes de nombre d’essais, avec les plus redoutables ailiers du championnat de l’hémipshère Sud, comme Lwazi Mvovo des Sharks, ou encore Zac Guildford, des Crusaders qui égalent le Tonguien.

Pilier d'avant-garde

Puissant, mobile et adroit ballon en main, Taumalolo n’est pas le prototype du pilier moderne. Il en est sa version la plus aboutie. Son dernier fait d’arme ? Une percée plein champ longue d’une bonne trentaine de mètres, au milieu de Crusaders médusés. C’était le 6 juin dernier. Sur une phase de jeu chaotique, le ballon arrive dans les mains de la bombe tonguienne qui, malgré ses 118 kilos, dépose Richie McCaw. Même Israel Dagg, l’arrière des Crusaders, semble donner un franc coup de rein pour revenir au niveau du pilier des Chiefs. Preuve de son envie débordante de jouer, le colosse préférera taper un coup de pied à suivre plutôt que d’aller au contact. Erreur, puisque Dagg, d’un coup de pied désespéré, envoya le ballon en dehors des limites du terrain. Taumalolo, qui avait prolongé son effort, pesta de ne pouvoir aplatir.

La saison prochaine, le public d’Aimé Giral pourra se délecter des prestations de Sona Taumalolo. Le Tonguien s’est engagé pour trois saisons avec le club catalan. Mais avant cela, le phénomène disputera ce vendredi un match capital : une demi-finale de Super Rugby contre les Crusaders. Une victoire lui permettrait de regoûter au frisson d’une finale. En 2009, il était titulaire quand les Chiefs furent balayés par les Bulls en finale, sur le score sans appel de 61 à 17. "Plus jamais ça", s’était-il sûrement dit. En féroce compétiteur, il va pouvoir prendre sa revanche. Avant de briller en pays catalan.

Retrouvez dans l'édition Midi Olympique de demain vendredi un dossier de quatre pages qui fait l'état des lieux du Super 15 et présente les deux demi-finales Chiefs-Crusaders et Stormers-Sharks.