Chiefs - finale Super 15 - 4 aout 2012 - AFP
 
Article
commentaires
Super 15

Première historique pour les Chiefs

Première historique pour les Chiefs

Par Rugbyrama
Dernière mise à jour Le 04/08/2012 à 17:09 -
Par Rugbyrama - Le 04/08/2012 à 17:09
La province néo-zélandaise des Chiefs a remporté le premier Super XV de son histoire en corrigeant en finale les Sud-Africains des Sharks (37-6). Les Chiefs deviennent la sixième équipe à remporter cette compétition. Quatrième finale perdue pour les joueurs de Durban.

Cette finale aurait pu être l’apothéose de l’aventure sud-africaine de Frédéric Michalak. Elle ne fut finalement qu’un long supplice, tant l’adversaire fut supérieur. L’opposition était aussi faussée par les incessants voyages que les Sharks ont dû faire ces trois dernières semaines entre l’Afrique du Sud, l’Australie, et enfin la Nouvelle-Zélande. La solidarité a ses limites. Les organismes des joueurs sud-africains aussi. Cette fameuse solidarité leur aura toutefois permis de faire douter les joueurs de la province de Waikato pendant une vingtaine de minutes, en début de rencontre, au cours desquelles ils ouvrirent même le score grâce à une pénalité de Frédéric Michalak, idéalement placé en face des poteaux (6e). Surpris mais pas déstabilisés, les coéquipiers de Liam Messam (impressionnant de présence) allaient ensuite s’adapter. Voyant qu’ils butaient inlassablement contre le rideau défensif sud-africain, le génial ouvreur Aaron Cruden optait pour la voie des airs. A hauteur des 40 mètres, l’ouvreur tapait un coup de pied par dessus, récupéré par son centre Horrell. Sonny Bill Williams, excellent lui aussi, cassait ensuite deux plaquages avant de trouver du soutien à hauteur. En bout de ligne, l'ailier Tim Nanai-Williams aplatissait (19e). Deux nouvelles pénalités de Cruden allait creuser l’écart (24e, 33e).

Michalak réduit au silence

Le vrai coup de massue survint à la reprise, avec l’essai du troisième ligne centre Kane Thompson suite à un départ de mêlée, qui est néanmoins entaché d’une obstruction évidente du flanker Tanerau Latimer sur son homologue (45e). A 20 à 3, la rencontre tournait au vinaigre pour les Sharks. Conscient que son équipe marquait le coup, John Plumtree injecta du sang frais à son pack en lançant Herbst, Deysel et Sykes. Ceux-ci allaient permettre à Michalak de sanctionner un péché de gourmandise commis par Cruden dans ses vingt-deux mètres (49e). Mais le répit n’allait pas durer. Peu après, Sonny Bill Williams désossait le capitaine Keegan Daniel qui perdait le ballon. Leila Masaga, tout juste entré en jeu, aplatissait cinquante mètres plus loin après avoir effacé deux défenseurs (60e). Sonny Bill Williams, encore lui, allait enfoncer un peu plus le clou en marquant sans opposition sous les poteaux un quart d’heure plus tard, quelques temps de jeu après une superbe percée de Liam Messam (76e).

Les Sud-africains n’avaient pas les armes pour rivaliser. Émoussés physiquement, ils ont subi à l’impact. Maladroits ou mal inspirés, ils ont rendu plus d’une vingtaine de ballons à l’adversaire. Des erreurs fatales à ce niveau de compétition, auxquelles s’ajoutent des plaquages manqués. Incapables de tenir le ballon, les Sharks n’ont pu lancer leurs attaques par l’intermédiaire de Frédéric Michalak, réduit au silence. Les Chiefs ont tenu leur pari. L’osmose entre futurs talents (Cane, Retallick, Kerr-Barlow), stars confirmées (Williams, Cruden) et leaders locaux (Latimer, Messam), David Rennie et Wayne Smith ont façonné un effectif qui vient d’offrir à la franchise de la région rurale du Waikato son premier titre en Super 15. La mission de Frédéric Michalak est à présent terminée. Reste à espérer que la douceur du climat méditerranéen et la ferveur de public varois panseront la plaie de l’ouvreur tricolore.