Un XV type made in All BlacksDernière mise à jour : 10/09/2012
 
Utilisez les flèches de votre clavier pour naviguerBalayez de gauche à droite pour naviguer  
1- Roncero (Argentine). A 35 ans, le pilier des Pumas a réussi ses adieux. Sa science de la mêlée fermée a permis au pack argentin de rivaliser avec ses homologues du Sud. Il n’a pas compté ses efforts, comme toujours, notamment en défense.AFP2- Strauss (Afrique du Sud). Quelle activité pour le talonneur sud-africain ! Dans le jeu courant, il a sans cesse sollicité le ballon. Et en conquête, il a montré de très belles dispositions. A gagné des points aux yeux de son sélectionneur après la blessure de B. du Plessis.AFP3- O. Franks (Nouvelle-Zélande). A 24 ans, le cadet des frères Franks est devenu un élément indispensable du pack des All Blacks. Sa tenue en mêlée s’avère vraiment sûre. Six matchs pour autant de titularisations: pas un mince exploit.Icon Sport4- Etzebeth (Afrique du Sud). La première compétition de la pépite sud-africaine a été une grande réussite. Rude au mal, précieux en touche, performant au plaquage, il ne lui manque plus qu’à calmer sa fougue et ses gestes d’humeur. Sinon, les Boks ont trouvé le successeur de Matfield. AFP5- Albacete (Argentine). Le deuxième ligne de Toulouse demeure toujours aussi impressionnant dans les phases de combat et de grattage au sol. Une endurance également incroyable pour l’un des cadres des Pumas.AFP

Passer la publicité

 
 
6- Hooper (Australie). Le parfait clone de Pocock. Bénéficiant d'un centre de gravité très bas, il représente un véritable poison dans les rucks pour l'adversaire. Hooper s'est distingué dans ce secteur, en récupérant un nombre incalculable de ballons dans la compétition.AFP7- McCaw (Nouvelle-Zélande). Toujours aussi pénible au sol mais tellement efficace. A 31 ans, le troisième ligne des All Blacks affiche une santé de fer. Sa couverture de terrain demeure incroyable. McCaw est le premier joueur à glaner 100 succès sur la scène internationale.Reuters8- Read (Nouvelle-Zélande). Le parfait alliage entre puissance et élégance. Le numéro 8 néo-zélandais bonifie tous les ballons qu’il touche et s’invite régulièrement au sein de la ligne de trois-quarts où son passage de bras fait des ravages. Icon Sport9- A. Smith (Nouvelle-Zélande). La dernière petite trouvaille des All Blacks. Vif, souvent inspiré et doté d’une belle passe, il a parfaitement conduit l’attaque néo-zélandaise. Auteur de trois essais, dont un somptueux contre les Boks. Weepu va avoir du mal à retrouver sa place de titulaire.AFP10- Carter (Nouvelle-Zélande). Toujours aussi sobre et efficace, que ce soit au pied ou dans l’animation du jeu. 58 points en seulement quatre matchs joués: son importance dans les nombreux succès néo-zélandais n’est plus à prouver.AFP

Passer la publicité

 
 
11- Ioane (Australie). Au sein d’une équipe wallabie peu inspirée, il a été le seul trois-quarts australien capable de créer des brèches dans les défenses adverses. Très difficile à arrêter, il a marqué deux essais décisifs pour son équipe.AFP12- Nonu (Nouvelle-Zélande). La puissance de Ma’A Nonu est déterminante à plus d’un titre. Elle permet aux All Blacks de jouer en avançant. Et quand il est utilisé en tant que leurre, les défenses sont tellement attirées que le décalage se crée pour ses coéquipiers. Indispensable.AFP13- C. Smith (Nouvelle-Zélande). La sobriété et l’intelligence au service du collectif. Particulièrement attendu après le départ de Sonny Bill Williams, Smith a rappelé à tous qu’il avait lui aussi un sacré talent, notamment grâce à ses crochets et ses prises d’intervalle.AFP14- Habana (Afrique du Sud). L’ailier des Springboks a marqué de son empreinte la première édition des Four-Nations en inscrivant la bagatelle de sept essais. Soit plus d’une réalisation par rencontre. Excusez du peu ! AFP15- Dagg (Nouvelle-Zélande). A 24 ans, le joueur des Crusaders s’est définitivement installé au poste d’arrière des All Blacks. Relanceur hors-pair, précieux sous les chandelles, il demeure également un redoutable finisseur (3 essais).AFP