Jean Michel GONZALEZ - bath biarritz - 10 octobre 2010 - Icon Sport
 
Article
commentaires

Sélection Côte basque-Landes: Le retour aux sources

Sélection Côte basque-Landes: Le retour aux sources

Par Rugbyrama
Dernière mise à jour Le 23/11/2012 à 10:05 -
Par Rugbyrama - Le 23/11/2012 à 10:05
Il y avait presque vingt ans que le comité Côte basque-Landes n’avait pas organisé de rencontre internationale. Voilà qui est fait, avec une victoire de cette sélection sur le Japon, ce mercredi. L’occasion d’apaiser les tensions entre les clubs concernés.
 

Ce mercredi a eu lieu un petit évènement. La sélection Côte Basque-Landes, qui a réuni sur la pelouse d’Aguilera des joueurs du Biarritz olympique (11), de l’Aviron bayonnais (10) et du Stade montois (2), s’est imposée face au Japon (19-3, triplé de Gerber) pour son grand retour sur la scène internationale. Une renaissance appréciée à sa juste valeur par Jean-Michel Gonzalez, ancien joueur et entraîneur des deux équipes basques et réquisitionné pour l’occasion: "Cela faisait presque vingt ans et un match contre les All-Blacks à Bayonne en 1995 que le comité n’avait pas organisé un match d’envergure internationale. On avait tous à cœur de bien figurer. Il faut tirer un grand coup de chapeau aux joueurs pour leur investissement". Avant de se frotter aux Barbarians, emmenés par William Servat dimanche au Havre, les Nippons ont donc permis à ces joueurs basques ou landais non convoqués en sélection de vivre eux aussi une trêve à l’accent mondialisé.

De rivaux à partenaires

Le troisième ligne du BOPB, Tanguy Molcard, lui aussi interrogé sur le site du club biarrot, s'est réjouit d’avoir pu honorer cette sélection: "C’était vraiment sympa, nous n’avions aucune pression donc nous avons pu jouer avec du relâchement […]. Malgré les conditions le ballon s’est beaucoup déplacé sur le terrain, c’était un match agréable à disputer. Je me suis éclaté et j’ai pris beaucoup de plaisir". Oubliées les rivalités et les tensions aperçues lors des derniers derby basques, c’est avec un état d’esprit remarquable que les Yachvili, Mazars, Baby, Barraque, Gimenez, Garcia, Marmouyet, Baget, Boutaty, Thion ou Roumieu se sont comportés en frères d’armes le temps d’un rassemblement de 48h.