Icon Sport

RUGBY - France - Nouvelle-Zélande : Yoann Maestri, capitaine d’infortune

Maestri, capitaine d’infortune
Par Rugbyrama

Le 13/11/2017 à 18:42Mis à jour Le 13/11/2017 à 18:49

Non retenu dans le premier groupe du XV de France pour affronter la Nouvelle-Zélande samedi dernier, Yoann Maestri a été relégué dans l’équipe bis qui défiera les All Blacks ce mardi soir. Cadre des Bleus depuis des années, il mènera les troupes à Lyon et aura des choses à prouver à Guy Novès.

Il était l’incontournable des ères Saint-André puis Novès. Depuis 2012, Yoann Maestri avait toujours été appelé en équipe de France. La preuve par les chiffres : 59 sélections dont 55 en tant que titulaire. Depuis que l’ancien patron du Stade toulousain a pris les rênes des Bleus en 2016, il était même apparu à 17 reprises sur 19 possibles.

En fait, les seules rencontres internationales ratées par le deuxième ligne depuis cinq ans et demi l’ont été sur blessure. Alors forcément, quand le staff tricolore a décidé de ne pas le retenir pour le premier match contre la Nouvelle-Zélande, cela ressemblait à un événement. "Maestri n'est pas écarté", s’était défendu Novès. Il s’agissait de faire un exemple symbolique avec un joueur jugé trop souvent fébrile lors de ses dernières sorties avec le XV de France.

Yoann Maestri devant la presse, lundi 13 novembre 2017, à Lyon

Yoann Maestri devant la presse, lundi 13 novembre 2017, à LyonGetty Images

Du coup, le Toulousain se retrouve à disputer le deuxième test – qui n’en est pas un officiellement – contre les All Blacks ce mardi soir. Et il est même capitaine de cette équipe bis. Il y a trois semaines, Novès s’était justifié : "Yoann, il est là. Il n'est peut-être pas dans les 32 parce qu'il y a des joueurs très en forme et des joueurs qu'on veut voir, mais il est là. Il y a de fortes chances qu'il mène cette équipe... Il n'est pas du tout à l’écart du groupe France."

"Ça titille l’orgueil"

Vice-capitaine de la sélection depuis deux ans, Maestri a donc été rétrogradé dans la hiérarchie. "Je ne suis pas vexé, affirme l’intéressé. L'équipe de France n'appartient à personne. Des choix ont été faits et je m'y attendais. J'ai été prévenu, j'ai eu des explications. On a eu des résultats décevants, je comprends qu'il y ait eu des remises en question."

Dans un duel qui s’annonce déséquilibré sur le papier, l’ancien Toulonnais doit ainsi prouver qu’il reste un moteur pour cette génération et qu’il est capable de mener les troupes françaises à la rébellion. Même si lui tempère : "Il ne faut pas sacraliser ce rôle de capitaine. Je n'ai pas envie d'être comparé à un guide, ce serait trop fort." Ensuite, sur le plan personnel, il a tout intérêt à démontrer qu’il demeure l’un des hommes les plus fiables à son poste. "Je vais m'en servir pour essayer de revenir", assure Maestri.

Yoann Maestri (XV de France) - juin 2017

Yoann Maestri (XV de France) - juin 2017Icon Sport

Surtout, le début de saison plaide plutôt en sa faveur et pourrait favoriser un retour dans le groupe principal plus tôt que prévu. En effet, si le joueur avait été maintenu contre vents et marées lors du dernier exercice alors qu'il enchaînait contre-performances et blessures (autant de matches en club qu’en sélection en 2016-2017), le deuxième ligne a retrouvé une constance davantage digne de son standing ces derniers mois.

"L'objectif du Stade toulousain est de l’aider à retrouver au plus vite l'équipe de France, et cela passera inévitablement par de belles performances en club, confiait récemment son entraîneur Ugo Mola. Je suis personnellement très satisfait du début de saison de Yoann." Avant le rendez-vous de Lyon, Maestri ne veut pas se tromper de priorité : "Si chacun joue sa carte personnelle, on va exploser. (…) J'ai pris ça positivement. Il y a des choses à en tirer. Mais je ne cache pas que ça titille l'orgueil, comme tout compétiteur." A vrai dire, lui jouera sûrement plus gros que d’autres ce mardi soir.

0
0